Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Attelage
Attelage

Journée de l’attelage du 28 novembre 2015 à Berne: de la Coupe de la Jeunesse à l’éthique dans les sports équestres en passant par l’aide obligatoire

14 décembre 2015 10:53

Près de 100 personnes intéressées par l’attelage se sont retrouvées à Berne pour la journée de l’attelage. En plus de la rétrospective et des perspectives sportives, on y a entre autres parlé des changements de règlements, de la Coupe de la Jeunesse et des programmes de dressage. L’après-midi, le sujet de la Rollkur (hyperflexion) était à l’ordre du jour.

Pius Hollenstein, le chef de la discipline attelage, a salué dans l’auditorium de la caserne de Berne les participants qui avaient quelquefois dû braver des conditions de route très précaires. Il a démontré que l’année 2015 avait également été une année chargée pour la discipline. Par rapport à 2014, les participations dans les concours et le nombre d’épreuves proposées ont augmenté alors que le nombre des examens de brevet réussis a diminué. 

La Coupe de la Jeunesse: un défi pour les jeunes meneurs
Une nouveauté importante pour 2016 est l’introduction d’une Coupe pour la Jeunesse dont les principes ont été élaborés au sein d’un groupe de travail. Après l’introduction du brevet pour jeunes meneurs en 2015, cette Coupe offrira désormais des possibilités de départ attractives pour les jeunes, débouchant sur une finale organisée dans le cadre des championnats suisses et pour laquelle les meneurs ayant effectués deux épreuves sont qualifiés.

Le directoire Attelage espère que de telles épreuves de qualification seront proposées dans toutes les régions. Il s’agit d’un parcours de maniabilité, et le vainqueur est celui qui s’approche le plus du temps idéal imparti sans avoir fait de faute. Cette coupe sera un pilier important de la promotion de la relève et c’est donc pourquoi le directoire soutient financièrement les organisateurs de telles épreuves. Pius Hollenstein a rappelé aux organisateurs qu’à partir de 2016, la présence d’un vétérinaire de concours homologué sera obligatoire.  

Lieux des championnats suisses désignés
C’est avec plaisir que le chef de discipline a constaté que les places pour les championnats suisses 2016 et 2017 sont d’ores et déjà désignées. Ainsi, Berne les organisera l’an prochain à la fin de septembre, et une année plus tard, les meneurs se mesureront dans le Weinland zurichois. La recherche d’un organisateur pour les années suivantes a déjà débuté. 

La qualification pour les championnats nationaux présente également quelques nouveautés. Les meneurs et les chevaux doivent impérativement avoir fait deux épreuves complètes à quoi s’ajoutent trois épreuves courtes dont l’une d’entre-elles peut être une épreuve complète réduite. Pour les poneys, aucune épreuve complète réduite n’est prise en compte. Ceci doit permettre d’éviter que des meneurs qui n’ont aucune expérience dans des épreuves complètes participent aux championnats suisses. 

Aide obligatoire dans toutes les catégories et épreuves
Daniel Wüthrich, élu en octobre comme successeur de Peter Koradi à la fonction de chef technique, présente les modifications de règlement les plus importantes. Dès 2016, un aide sera obligatoire dans tous les degrés et pour toutes les épreuves. Lorsque le meneur a moins de 18 ans, l’aide doit avoir plus de 18 ans, et lorsque le meneur a plus de 18 ans, l’âge minimal de l’aide est de 14 ans (16 ans pour les attelages à quatre), ceci dans le but d’améliorer la sécurité. 

Le nombre des départs autorisés a été adapté au Règlement général sans parler des autres petites modifications. C’est pourquoi il est vivement recommandé d’utiliser cette période de repos pour jeter un œil dans les règlements, tant dans le Règlement d’attelage que dans le Règlement général. Tous les règlements figurent sur www.fnch.ch sous Disciplines > Attelage > Règlements.

Des Suisses très forts en international
Le chef du sport Beat Schenk a, à son tour, fait un bref bilan de la saison écoulée. Les résultats dans les classements annuels internationaux, les Top Driver Awards, prouvent que les meneurs suisses ont leur mot à dire sur la scène internationale. Chez les attelages à un poney, Cédric Scherrer occupe l’excellente quatrième place et chez les attelages à deux poneys, Christof König obtient la 13e place. Les places 11 et 12 du classement des attelages à un sont occupées par Eric Renaud et Michaël Barbey.

Et grâce à sa 13e place chez les attelages à quatre, Jérôme Voutaz s’est qualifié pour la Coupe du monde. Lors de sa première participation à Madrid, il s’est classé troisième. 

L’attention se porte déjà sur la prochaine saison avec les championnats du monde 
des attelages à un et à quatre. Beat Schenk a également parlé des modifications les plus importantes apportées au Règlement FEI. Il convient de souligner que le fait de ne pas porter de protection dorsale dans toutes les phases du marathon n’entraîne pas seulement la disqualification, mais qu’à l’avenir, cela vaudra également un carton jaune. 

Déjà avant la journée de l’attelage, la fixation des programmes de dressage avait entraîné des réactions. Après une brève discussion, il a été décidé que les débutants en L pourront présenter le programme 3 durant deux ans afin de leur faciliter l’accès dans cette catégorie et leur permettre de s’initier lentement à des programmes plus exigeants.  

Enfin, les responsables ont encore donné une brève information du CO du CAI 2* organisé début juin à Signy, au bord du lac Léman. Pour la première fois depuis 2008, une épreuve internationale complète y sera proposée. Le CO et le directoire espèrent que de nombreux meneurs suisses utiliseront cette possibilité de se qualifier en international. Le départ est également autorisé aux chevaux avec passeport national sans FEI Recognition Card. Après cette matinée riche en information, les thèmes de discussion ne manquaient pas pour l’apéro et le déjeuner.  

L’éthique dans le sport équestre
L’après-midi, le Dr méd. vét. Stéphane Montavon a parlé de l’éthique dans le sport équestre et en particulier du sujet de la Rollkur. Son exposé était particulièrement varié et il y a intégré les participants ce qui a permis des échanges animés. Il est seulement regrettable que certains participants du matin n’aient plus été présents l’après-midi pour cet exposé, sachant en fin de compte que le bien-être du cheval doit prévaloir sur tout autre sujet. 

Claudia A. Spitz