Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Concours Complet
Concours Complet

De B2 à CCI 3* en moins de deux ans: «L’adrénaline que me procure cette discipline est hallucinante!»

16 décembre 2014 11:31

Mélody Jaggi (30 ans) a largement surpassé ses attentes avec son cheval Frimeur du Record CH: cette année, la paire fit son entrée dans le Cadre élite de Concours Complet. Rien d’exceptionnel jusque-là, sauf que le duo n’a commencé en CC début 2013 seulement! Interview avec la cavalière prometteuse.

«Bulletin»: Vous avez terminé la saison 2014 en débutant en niveau 3 étoiles et vous êtes désormais membre du Cadre élite. Est-ce qu’à Ravenna (ITA) tout s’est déroulé selon vos plans?
Mélody Jaggi: Nous pensions débuter les 3 étoiles courant 2015 … Mais la saison 2014 se passait tellement bien que nous avons décidé de tenter une compétition 3 étoiles en fin de saison. C’était surtout pour essayer, pour voir comment le cheval réagirait et si Frimeur (et moi) aurait suffisamment de courage. Et Frimeur a prouvé qu’il a toute l’envie et la force nécessaires pour aller au bout de cette nouvelle catégorie!

Votre début en 3 étoiles correspond à votre 14e départ en concours complet! Quel a été votre parcours dans les sports équestres avant cela? Qu’avez-vous fait auparavant dans les chevaux?
J’ai débuté en CC l’année dernière dans un B2 à Eiken. Je me suis mise au complet car Benoît, avec qui je vais me marier en janvier, m’a mise au défi de le faire. Tout a vraiment commencé comme cela! L’adrénaline que me procure cette discipline est hallucinante!

Jusqu’à maintenant, j’ai principalement concouru en saut d’obstacles. J’ai fait de très jolis résultats avec les juniors dont un 9e rang aux championnats suisses juniors et intégré le cadre Jeunes Cavaliers en 2003. Jürg Notz m’a beaucoup aidé durant cette période.
Sinon j’ai toujours concouru en dressage dans de petites catégories mais la discipline m’a toujours énormément plu. Je possède également ma licence d’attelage. Mon ancien patron Philippe Kunz est un virtuose dans cette discipline et j’ai eu la chance de me former à ses côtés. C’est le travail à ses côtés qui a fait de moi ce que je suis aujourd’hui.

Au Chalet-à-Gobet, en pleine saison, je monte six à sept chevaux par jour. Nous avons des chevaux de propriétaires, mais également de jeunes chevaux de l’élevage familial «Peccau». J’essaie de sortir en saut et en dressage, mais avec le CC je n’ai pas souvent le temps! Le travail est varié et nous enseignons beaucoup.

En avril 2013, vous avez starté à Eiken dans la catégorie B2. C’était là votre tout premier départ en CC. Selon vous, comment une progression si rapide et si réussie a-t-elle été possible?
Je m’occupe de Frimeur du Record CH depuis le début de ses quatre ans. Je travaillais pour son éleveur Raymond Martin et à la fin de ses quatre ans, je n’ai pas pu le laisser repartir! J’ai toujours eu une très belle relation avec ce cheval qui a très peu fait jusqu’à la fin de ses six ans, hormis une formation de base à la maison.

Je pense que c’est surtout le travail de ces premières années qui m’a permis de monter rapidement dans les catégories. Et l’expérience que j’ai en saut m’a permis de compenser l’inexpérience de Frimeur qui me fait pleinement confiance.

Quels sont vos plans à moyen et à long terme? Est-ce que le championnat d’Europe 2015 à Blair Castle (GBR) est un objectif?
J’ai envie de dire que cette année, j’ai atteint des objectifs qui paraissaient un peu tôt pour nous. Alors une aussi grande manifestation que les championnats d’Europe semble arriver un peu vite, mais je me sens capable de décrocher la lune avec ce cheval! Gardons la tête froide: si nous méritons une place, nous irons, sinon on patientera!

Vous et votre cheval de neuf ans Frimeur du Record CH êtes un couple solide. Quels sont vos points forts, quelles sont vos faiblesses?
Je monte Frimeur depuis ses quatre ans. Je le connais très bien, nous apprenons ensemble, nous nous construisons dans cette discipline ensemble. Le dressage n’est pas simple pour nous. Frimeur a un long dos difficile à tonifier, mais il porte bien son nom et sait pertinemment «frimer» devant les juges. En cross, Frimeur n’a pas une galopade idéale mais il adore ça et veut toujours aller de l’autre côté du saut. Il a très bien compris le but du jeu!

Nous arrivons en général bien à gérer les parcours de saut. Il a certes perdu un peu de respect avec le cross mais il sait qu’en saut, ça tombe. Il est malin et panique parfois un peu. Au boxe, il reste calme. Un vrai mental! Mais attention, en balade, il a peur des flaques d’eau, des troncs et des touffes d’herbe un peu trop hautes. Quelle personnalité!

Vous êtes installée au manège du Chalet-à-Gobet chez la famille Johner. Avec qui vous entraînez-vous?
À la maison, je m’entraîne pour le dressage avec Lise Johner, pour le saut avec Benoît et Jean-François Johner et pour la condition physique je me fais des plannings. Il va d’ailleurs falloir mettre l’accent là-dessus pour que Frimeur progresse dans son galop. 

Mais au quotidien, nous collaborons ensemble en famille. Je n’ai pas toujours le temps d’organiser des cours réguliers. Nous nous faisons confiance et chacun d’entre eux est toujours là au cas où il y aurait des soucis. Je suis très reconnaissante envers la famille Johner, car si elle ne me soutenait pas pour partir à l’étranger, je ne vivrais pas la merveilleuse expérience du CC!

Lors de grandes échéances, je vais également faire des répétitions générales chez René Aberlé à Vulbens. Cela me permet de me remettre pleinement dans le bain avant un gros cross. Idéalement, j’aimerais partir en stage chez un top cavalier de complet pour me perfectionner et apprendre. J’espère qu’avec l’équipe j’aurai la possibilité de faire des stages de perfectionnement.

Êtes-vous écuyère? Montez-vous aussi régulièrement d’autres chevaux?
J’ai tout d’abord fait une école supérieure de commerce. Puis, l’opportunité de travailler à court terme avec les chevaux s’est offerte et je n’ai plus arrêté. J’ai alors passé mon CFC d’écuyère et continué avec le «Brevet fédéral d’écuyer». J’enseigne à Granges-Vernay aux apprentis des «Métiers liés aux chevaux», aide durant les cours pratiques donnés aux apprentis au Chalet-à-Gobet depuis cette année et officie en tant qu’experte lors des examens de fin d’apprentissage. Ça fait beaucoup, mais je trouve très intéressant d’être en contact avec les cursus d’apprentissage.

Cette année, j’ai eu l’occasion de monter une dizaine de chevaux en concours, de faire de jolis L en dressage, de concourir jusqu’en 130 cm pour le saut et de débuter des 3 étoiles en CC. De quoi m’offrir de belles expériences!

L’année prochaine se déroulera un concours complet international  2 étoiles au Chalet- à-Gobet dans le cadre d’Equissima. Êtes-vous impliquée? Qu’est-ce qui nous attend?
Avec l’immense soutien de la ville de Lausanne, Marc-Henri Clavel met sur pied un 
2 étoiles international pour 2015. Le dressage et le saut se dérouleront comme les années précédentes sur les installations du Chalet-à-Gobet mais le cross aura lieu sur un terrain à cinq minutes à pied du site principal, de l’autre côté de la route de Berne. D’immenses tribunes permettront aux spectateurs d’observer la quasi-totalité du cross. Nous nous réjouissons beaucoup! 

Organiser un 3 étoiles est bien sûr le rêve de tout le monde, mais le comité souhaite tout d’abord organiser ce 2 étoiles de manière irréprochable et gagner de l’expérience avant d’envisager de mettre la barre encore plus haut! 
Le seul bémol est la date: les championnats d’Europe se dérouleront la semaine suivante, mais la date est fixée depuis longtemps. Nous ferons donc de notre mieux pour que tous les participants et les spectateurs fixent spontanément ce rendez-vous dans leurs agendas pour les années suivantes.

Votre rapide progression montre qu’en de bonnes circonstances l’on peut vite grimper les échelons du CC. Que conseillez-vous à tous les jeunes, à tous les passionnés de CC, pour progresser? 
Je leur conseille de ne négliger aucune discipline, surtout pas le dressage qui apporte l’harmonie et la précision nécessaires au cross et au saut. Le cross développe la condition physique et le courage et le saut montre comment les chevaux ont récupéré ainsi que la précision de leurs cavaliers. Tout est beau!

Que souhaitez-vous pour le Concours Complet en Suisse?
Oufffff… Je n’ai pas assez de recul. J’ai seulement fait 14 complets. Ce que j’espère par contre, c’est que des clubs aient le courage d’organiser des petites catégories. C’est tellement enrichissant de devoir monter trois épreuves différentes avec le même cheval. C’est une discipline qui permet de former autant les cavaliers que les jeunes chevaux. Je sais ce que nécessite l’organisation d’une épreuve de CC et je profite de ces lignes pour remercier tous les organisateurs de complet en Suisse. Sans ces petites catégories, je ne serais pas là à répondre à vos questions. MERCI!

Tamara Acklin