Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Dressage
Dressage

Klaus Balkenhol: «Le point le plus important: la confiance»

15 octobre 2014 13:50

Klaus Balkenhol und das frisch gebackene Schweizermeister-Paar Anna Mengia Aerne-Caliezzi und Raffaelo Va Bene. Klaus Balkenhol und das frisch gebackene Schweizermeister-Paar Anna Mengia Aerne-Caliezzi und Raffaelo Va Bene.

Voilà une des nombreuses déclarations marquantes et mémorables du maître d’équitation ­allemand Klaus Balkenhol, qui, sur une initiative de l’association Académie de dressage Silvia Iklé, a fasciné environ 750 visiteurs le soir du 23 septembre 2014 au centre équestre Eisfeld à Gossau ZH.

La décision de l’Académie de dressage Silvia Iklé d’incorporer une soirée avec le maître d’équitation allemand Klaus Balkenhol dans leur programme annuel s’est avérée être une excellente idée. L’intérêt d’environ 750 personnes surpassa toutes les attentes et confirma à l’association qu’elle se trouve sur la bonne voie avec son engagement et ses objectifs. Il y a une grosse perte de valeurs dans notre sport équestre, constata le présentateur Frank R. Henning déjà au début de la passionnante soirée avec pour sujet «Développement et identification des problèmes chez les chevaux de dressage».

Il est l’initiateur de la série d’apprentissage live «Die alten Meister» (Les vieux maîtres), très populaire en Allemagne. Cette constatation, qui a aussi conduit à la fondation de l’association Académie de dressage Silvia Iklé il y a six ans, fut finalement une sorte de fil rouge qui traversait les commentaires du maître Klaus Balkenhol tout au long de la séance d’entraînement avec cinq chevaux de dressage d’âge et de niveau de formation différents, montés par des cavaliers confirmés.

Précis et axé sur la résolution des problèmes
Balkenhol ne moralisait pas. Il constatait, fondait ses constatations et fournissait toujours des preuves impressionnantes et évidentes. Rien ne lui échappait. Le public et les cavaliers firent l’expérience d’un homme qui identifiait les problèmes en un rien de temps, savait comment les aborder et proposait des solutions sans se limiter uniquement à des questions de technique d’équitation. L’anatomie du cheval, l’ensemble du matériel et même la signification de l’état psychique du cavalier trouvèrent leur place dans ses observations.

Pour Klaus Balkenhol, ce fut aussi l’occasion de critiquer l’évolution de l’équitation, de définir cette perte de valeurs. Se référant concrètement au monde du dressage, il demanda par exemple: «Avons-nous oublié la décontraction?» Sa réponse: «Les pas exaltés ne devraient pas être le but.» À un autre moment, il déplora: «Ce que l’on exige de jeunes chevaux de nos jours est incroyable.»

Et il remarqua aussi: «L’élevage des chevaux est bien plus avancé que la formation des cavaliers.» Le principe de durabilité, qui semble aussi se perdre, apparaissait dans bon nombre de ses exercices, comme par exemple lorsqu’il rappelait que dans le travail avec les chevaux, une des exigences principales est de prendre le temps, et de donner du temps aux chevaux. «Le bon contact est une nuque ouverte.» – «Seule une bonne assiette permet une bonne influence.» – «On ne résout pas les problèmes avec un cheval en utilisant la force.» – «Je dois agir; le cheval dois réagir.» – «Vous ne pouvez pas améliorer le pas. Vous ne pouvez que le maintenir ou le gâcher.» – «Dès le début, tout doit se faire avec sensibilité.» Voilà seulement quelques citations tirées des commentaires de Balkenhol.

La complicité au centre de l’intérêt
Le cœur du message était: «Le point le plus important: la confiance.»
Un des messages principaux de Klaus Bal­kenhol était aussi que la complicité entre l’être humain et le cheval devait être un plaisir. Il structura donc son exposé de presque trois heures en conséquence: positif, avec une bonne dose d’humour et très constructif. Le public était enchanté.
Grâce aux infrastructures et à la préparation logistique professionnelle de la famille Reutimann (écurie Einsfeld) et de leur équipe, la soirée a été un succès.

L’immense engagement d’Albert Ley, membre de l’Académie, a résulté en un apéritif copieux pour tous. L’organisation technique visuelle et sonore, ainsi que la présentation de l’événement par Frank R. Henning et son équipe se déroula parfaitement. Des séquences de ­représentations des vieux maîtres ainsi que la Kür spectaculaire de la paire Silvia Iklé/Salieri CH en 2008 à Aix-la-Chapelle furent montrées sur grand écran.

Heinrich Schaufelberger