Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Endurance
Endurance

L’avenir de l’endurance

11 août 2015 11:09

Après que la FEI ait condamné les Emirats Arabes Unis au printemps en raison d’infractions au règlement et de cruauté envers les animaux, la suspension a à présent été levée fin juillet après l’élaboration d’un catalogue de mesures, juste avant le délai d’engagement pour les championnats d’Europe mi-septembre à Samorin (SVK).

Lors de courses d’endurance aux Emirats Arabes Unis (UAE) l’hiver passé, de nouveaux sérieux incidents ont eu lieu, avec des chevaux gravement blessés, des infractions au règlement et des tromperies.

C’est pourquoi la FEI (Fédération Equestre Internationale) a au début de cette année, sous la houlette de son nouveau président Ingmar de Vos (Belgique), suspendu la fédération des UAE (EEF) de manière inopinée. Cela signifie que les UAE n’avaient pas le droit d’organiser des événements, les cavaliers endurance ne pouvaient prendre le départ d’aucune course FEI, et les cavaliers de toutes les autres disciplines pouvaient uniquement participer à des compétitions sous le pavillon de la FEI. 

La Suisse a déjà attiré l’attention sur les catastrophes lors de courses dans les pays arabes avec son «clean endurance» et s’est battue pour une meilleure protection des chevaux. 

Conditions
La suspension a à présent été levée fin juillet, après que la FEI et l’EEF aient signé un accord, qui doit dans le futur empêcher les infractions dénoncées. Ainsi, des mesures doivent entre autres être prises afin d’éviter les accidents graves aux chevaux, et pour que les règles de la FEI soient respectées intégralement, même lors de compétitions nationales. De plus, la circulation de véhicules sur les parcours équestres, interdite dans le règlement, doit être empêchée. Par ailleurs, un consultant indépendant national sera mis en place, autorisé par la FEI. L’EEF va en outre soumettre des rapports mensuels à la FEI durant la saison 2015/16. 

L’EEF a également consenti à ce que la FEI puisse adopter des sanctions lors d’infractions à ces mesures, et ce jusqu’à la levée de l’interdiction.

L’accord est momentanément valable pour trois ans. Dans ce laps de temps, l’EEF est en quelque sorte un membre en probation, et des rencontres annuelles seront organisées afin de discuter de la situation. La période probatoire peut être prolongée par la FEI en cas de besoin. Il est vraiment à espérer que toutes les décisions soient appliquées et qu’il ne s’agisse pas, comme par le passé, d’une simple déclaration d’intentions. La FEI est appelée à exercer sa fonction de contrôle dans toutes les circonstances et d’appliquer les règlements et accords avec toutes les conséquences que cela peut impliquer.

S’agissant de la question de savoir si des cavaliers des Emirats s’inscriront pour une participation aux championnats d’Europe en Slovaquie, la réponse se fera connaître début août.

CE à Samorin (SVK)
Indépendamment des événements autour des cavaliers des UAE, les préparations pour les championnats d’Europe de 2015 sont en route. Ils seront menés mi-septembre à Samorin en Slovaquie. Le départ et l’arrivée se trouvent le long du Danube dans les environs de la capitale Bratislava. Le parcours est décrit comme étant varié avec des boucles le long des côtes et une ronde dans les collines.

La Suisse s’engage pour dépêcher une équipe. Actuellement, trois cavalières ont rempli les conditions requises nationales et internationales. Il s’agit d’Andrea Amacher, Véronique Curchod et Natalie Miller.

Première lutte pour le titre
Pour Véronique Curchod, il s’agit de la première participation à des championnats internationaux d’endurance. La vétérinaire du canton de Vaud monte depuis 2012 en international et a parcouru sa première course de 160 kilomètres fin mars à Fontainebleau (FRA) sur la jument pur-sang arabe de 12 ans Nuwaif. Elle est par ailleurs la première cavalière de Romandie sélectionnable pour une telle épreuve. Ceci la réjouit particulièrement, car il lui tient à cœur de promouvoir et de diffuser plus largement le sport d’endurance en Suisse romande, et c’est pourquoi elle a déjà organisé divers cours. 

Elle est encadrée lors des courses notamment par son époux, qui possède lui-même une expérience internationale et mène l’équipe des grooms: «Nous nous faisons entièrement confiance.» Toutes les personnes de soutien étaient déjà présentes à Fontainebleau, ce qui permet de compter sur une équipe soudée pour une participation aux championnats d’Europe. Pour Véronique Curchod, cette qualification était un but: «Je suis tellement contente que nous ayons réussi et que nous puissions ainsi gagner de l’expérience. Je me rends bien compte que je n’ai aucune chance individuellement, mais avec l’équipe, il est certainement possible d’atteindre quelque chose.» 

Du poulain au cheval de niveau international
Andrea Amacher a également réussi la course de 160 kilomètres à Fontainebleau avec Rustik d’Alsace, avec qui elle avait remporté le bronze avec l’équipe suisse aux Jeux Equestres Mondiaux 2014 en Normandie. La participation à ce championnat d’Europe était un but depuis l’année passée. «Je voudrais volontiers une fois monter en Slovaquie et y représenter la Suisse.»

C’est également pour elle la confirmation de longues années de travail avec Rustik d’Alsace, qu’elle a acquis comme poulain sevré et conduit à présent avec une grande persévérance au niveau international. «Nous nous connaissons très bien: Rustik ne se fait jamais du mal; même après un départ en masse, je peux très bien le contrôler et monter exactement à mon tempo.»
Pour Andrea Amacher, l’équipe est également au premier plan. «Si tout fonctionne, un classement dans les meilleures six nations est possible.»

Natalie Miller est à 19 ans encore jeune cavalière et a terminé sa première course de 160 kilomètres dans le classement avec le hongre de 11 ans Assidaroi de Bozouls à Rambouillet (FRA), dans des conditions difficiles et un sol profond. C’était son but pour la saison. Elle a commencé le sport d’endurance il y a environ cinq ans avec un Franches-Montagnes, avec lequel elle a effectué toutes les qualifications nationales. Elle monte en international depuis 2012 et a été deux fois championne junior en national. Egalement sélectionnée, Natalie Miller a cependant dû retirer son cheval en raison d’une blessure. 

Afin de compléter l’équipe, la cavalière cadre Gaby von Felten avec Farah du Cavallon a été à présent nominée; elle avait terminé avec succès le Championnat d’Allemagne en juin, qui n’était à l’origine pas prévu comme course de sélection. Elle vit en France et pour elle aussi, ce sont les premières compétitions en tant qu’athlète pour la Suisse. 

La COSEL avait convoqué toutes les paires à Avenches le premier weekend d’août, afin de vérifier l’état d’entraînement et la santé des chevaux. La sélection s’est faite par la suite. 

Claudia A. Spitz