Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Saut
Saut

Le nouveau chef promotion de la relève saut: «La relève saut veut avoir son mot à dire au niveau européen...»

14 décembre 2015 10:19

Le directoire saut de la FSSE a créé un nouveau poste au sein de son directoire. Celui-ci porte le titre «Chef promotion de la relève» et est occupé dès maintenant par Stéphane Montavon. Il a répondu aux questions du «Bulletin» et il veut faire de la relève d’aujourd’hui l’élite de demain. Un défi de taille.

«Bulletin»: Quelles sont vos responsabilités en tant que chef promotion de la relève?
Stéphane Montavon: Il s’agit en fait de la position du chef sport pour l’entier de la relève. Il est responsable de la mise en œuvre de la stratégie décidée au sein du directoire. De plus, il dirige les responsables des quatre cadres de relève Poney (P), Children (Ch), Junior (J) et Jeunes Cavaliers (JC). Il fixe les objectifs sportifs, les critères de sélection ainsi que la formation des cadres. J’organise aussi les entraînements des divers cadres. L’objectif principal est d’arriver à préparer chaque année des équipes fortes et performantes pour défendre nos couleurs aux championnats internationaux.

Qu’est ce qui a motivé la discipline à créer ce nouveau poste? 
La discipline a voulu donner un signal fort à l’ensemble de la relève en délivrant le message suivant: vous êtes l’élite de demain! Par voie de conséquence, tous les efforts doivent être mis en œuvre pour permettre d’atteindre cet objectif, tout en garantissant en même temps une formation complète et compatible avec le cursus scolaire.

J’insiste sur la compatibilité avec le cursus scolaire car ce dernier est absolument fondamental. Tous les cavaliers de nos cadres ne seront pas à terme des cavaliers de l’élite. Une solide formation scolaire en parallèle est donc nécessaire pour pouvoir assurer un développement professionnel à chacun. Cela est aussi de notre responsabilité et j’entends l’assumer!

Quelles sont les priorités pour assurer une relève de qualité?
La Suisse regorge de cavaliers de talent et de très bons chevaux. Notre relève est aussi très motivée et on peut compter sur leur environnement familial extrêmement généreux. Je suis très confiant à ce niveau. J’ai plus de soucis sur les capacités dont dispose la relève d’aujourd’hui en ce qui concerne la formation de leurs chevaux.

Il serait souhaitable que chacun ait une fois dans sa carrière, amené et formé un cheval jusqu’au haut niveau. Pour ceux qui arriveront un jour dans l’élite, ce savoir-faire est essentiel car il sera toujours plus difficile à acquérir. C’est ce savoir qui permettra aux cavaliers talentueux et travailleurs de percer et de s’établir au haut niveau. Cet apprentissage est donc à mes yeux essentiel.

Quels sont les partenaires sur lesquels vous comptez pour mener à bien votre tâche?
Dans un premier temps nous pouvons compter sur les entraîneurs personnels. Les membres des cadres Jeunes Cavaliers et Juniors ont presque tous leur entraîneur attitré. J’entends renforcer cette collaboration et les englober dans nos réflexions. Dans un but d’assurer la qualité de la formation, nous continuerons d’avoir recours à des entraîneurs de renom qui pourront peaufiner le travail fait à la maison. Il faudrait également que les bases minimales de dressage soient maîtrisées, ce qui n’est de loin pas toujours le cas.

Dans un deuxième temps, je compte beaucoup, et je le souligne, sur le travail effectué au sein des associations régionales qui font un excellent travail de base. Ces dernières ont beaucoup investi ces dernières années dans la formation de leurs entraîneurs et nous pouvons compter sur un enseignement de qualité dès le début. Le ZKV (ZKV Future) et l’OKV (OKV Newcomers) ont organisé des circuits qui prennent en compte cette formation de base et c’est pour la suite d’une carrière au niveau national, un tissu absolument indispensable pour progresser.

Dans un troisième temps, la discipline saut et ses entraîneurs nationaux font un excellent travail. Nous pouvons compter sur un soutien de taille grâce à Swiss Team Trophy STT, sans qui, l’organisation de concours strictement réservés à la relève serait impossible.

Ce soutien remarquable et important peut encore grandir. En effet, la Suisse romande est encore assez peu représentée au sein de STT, c’est pourquoi j’invite tous les intéressés à soutenir STT pour assurer l’avenir de notre relève: www.swiss-team-trophy.ch
 Finalement, nous sommes fortement épaulés par Swiss Olympic qui nous offre des conditions-cadres de formation strictes et rigoureuses et qui nous met des moyens financiers importants à disposition, de manière à pouvoir assurer la formation de nos très bons cavaliers.

Vous avez mentionné Swiss Olympic. Quelles sont ces conditions-cadres de formation?
Swiss Olympic nous impose des thèmes que nous devons enseigner à l’ensemble de notre relève. Cela passe par la gestion de carrière, la planification des entraînements, la communication, le respect de critères d’éthique, les règles élémentaires d’une bonne hygiène de vie pour les athlètes, des connaissances vétérinaires de base du cheval athlète, la préparation mentale et le coaching. Ces deux derniers éléments sont essentiels dans une discipline comme la nôtre où la performance au haut niveau se joue sur des détails qui requièrent une concentration maximale.

Vous semblez attacher beaucoup d’importance à la préparation mentale et au coaching – pouvez-vous nous en dire plus?
En effet, la typologie de chacun est différente et chaque athlète doit pouvoir apprendre à se préparer à une échéance pour laquelle il sait que l’on compte sur lui. Cela s’apprend par diverses méthodes. C’est un secteur où il y a beaucoup de travail à faire et notamment au niveau de la relève. C’est aussi une formation que chacun pourra utiliser dans un cadre professionnel et familial. Au niveau de nos responsables de cadres, nous mettrons également en œuvre des programmes de formation pour nos entraîneurs afin de les perfectionner à ce niveau. C’est un domaine passionnant et en plein développement.

Quelle sera la grande échéance de 2016 pour la relève?
Ce seront sans doute les Championnats d’Europe pour les quatre cadres. Les Chil­dren, Juniors et Jeunes Cavaliers se retrouveront à Millstreet en Irlande du 26 au 31 juillet, alors que les Poneys iront à Vilhelmsborg au Danemark du 17 au 21 août. A ce stade, nous envisageons une participation aux deux évènements. 

Quel sera le programme d’entraînement et de concours avant ces échéances?
La période hivernale commencera avec deux journées pour les cadres: le samedi 16 janvier à Berne pour les Juniors et les Jeunes Cavaliers et le samedi 23 janvier toujours à Berne pour les cadres Poney et Children. On poursuivra ensuite avec des entraînements adaptés à chaque catégorie d’âge. Quelques concours pour la relève (3 à 4)  – financés en partie par STT – permettront les premiers repérages et des CSIO à l’étranger (3 à 4) permettront à la Commission de Sélection COSEL de se déterminer.

La COSEL donnera son verdict un mois avant l’échéance des Championnats d’Europe, afin de permettre un éventuel camp d’entraînement de 2 à 3 jours en équipe avant les Championnats. Je tiens à l’organisation de ce camp qui devrait permettre de souder nos équipes avec leur entourage.

Quels seront vos objectifs pour 2016? 
Nos objectifs sont très clairs: pour les quatre catégories d’âge, nous visons une place parmi les huit premiers en équipe et deux paires en finale de l’individuel. Ces objectifs sont réalistes et relèvent tout de même d’un véritable défi.

Avant de vous souhaiter bonne chance dans votre mission, dites-nous quelle sera votre mot de la fin et votre devise.
Je nous souhaite du succès et du plaisir. Notre sport souffre d’un manque d’esprit d’équipe! Mettons de côté nos intérêts personnels et apprenons à nous battre ensemble pour une bannière, celle de notre pays qui entend avoir son mot à dire au niveau de la relève européenne, et ceci dans les quatre catégories d’âge!

Nicole Basieux

Responsables 2016

  • Stéphane Montavon, Chef de la promotion de la relève.
  • Albert Lischer, comme responsable des catégories J et JC. Il sera assisté de Christian Sottas, successeur désigné, qui assumera la fonction de chef d’équipe adjoint. 
  • Cornelia Notz continuera d’assumer la responsabilité du cadre Children. Suite à une 
    formation continue terminée avec succès dans le domaine de la préparation mentale, 
    elle exercera aussi des responsabilités dans ce domaine pour les quatre catégories d’âge.
  • Christian Sottas continuera d’assumer la responsabilité du cadre Poney.