Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Voltige
Voltige

Soutien de la fondation Aide sportive suisse: un cœur de battante

14 décembre 2015 14:04

Ramona Näf pratique la voltige depuis ses neuf ans. Son grand rêve: les Championnats du Monde. La Fondation Roger Federer la parraine dans son long chemin vers le plus haut niveau.

Ramona Näf Ramona Näf

Ramona Näf commença la voltige pour une raison très simple: la fillette alors âgée de 
9 ans s’ennuyait à la gymnastique aux agrès. «Les exercices toujours pareils ne me plaisaient plus», raconte la Suissesse. Sa mère prit alors la fillette par la main et l’emmena à l’écurie la plus proche. Là-bas, le petit bout de chou aux cheveux blonds observa avec de grands yeux les gymnastes évoluant sur le dos du cheval – et fut tout de suite séduit par la vivacité.

Le passage du chevalet immobile au cheval galopant à vive allure se fit facilement pour la jeune sportive, si facilement qu’elle fit bientôt partie de la première équipe du célèbre club de voltige Lütisburg. En 2009, Ramona Näf remporta déjà la deuxième place en équipe sur le dos de Corado aux Championnats d’Europe à Malmö.

Enflammée  
«Depuis, ce sport est ma grande passion», explique la jeune fille de 17 ans. Elle y consacre aussi presque tout son temps libre et s’entraîne quatre fois par semaine. La diversité de ce sport lui plaît particulièrement. «Il faut de la force, de l’équilibre, de l’endurance, de la concentration et du courage!» En plus de cela, le cheval, les membres de l’équipe et la longeuse doivent se faire entièrement confiance, sinon les acrobaties ne peuvent pas fonctionner.

Mais les moments où les gymnastes et le cheval forment une unité n’en sont qu’autant plus beaux. «Je vis pour ces moments», raconte Näf. Et elle n’est pas la seule: sa mère aussi s’engage entièrement pour la passion de sa fille.

Federer comme parrain 
C’était aussi cette dernière qui a rendue sa fille attentive à l’Aide sportive et son système de parrainage. C’est ainsi que Näf remplit le formulaire il y a trois ans – certes, avec peu d’espoir mais beaucoup d’enthousiasme. La surprise fut d’autant plus grande lorsqu’un parrain s’annonça peu de temps après. Et pas n’importe qui: Roger Federer. «Cela m’a évidemment énormément réjouie, j’ai sautillé à travers tout l’appartement!», se rappelle Näf en riant.

Cela fait huit ans que la fondation de l’as du tennis soutient 34 jeunes sportifs – surtout dans les sports marginaux où même de grands succès ne rapportent que peu de profit.

Cet été, le star invita même ses athlètes pour un entraînement et prit le temps de discuter avec eux. Pour Näf, ce soutien moral est presque autant important que le soutien financier. «C’est énormément motivant quand quelqu’un comme Roger Federer croit en nous», d’après Näf. Aussi dans les moments difficiles: lorsqu’elle chuta à l’entraînement il y a trois ans et se retrouva avec les deux bras dans le plâtre, un mail encourageant avec des vœux de bon rétablissement lui parvint de la fondation. 

Des objectifs ambitieux
Aujourd’hui, les deux bras sont de nouveau en bonne santé et Näf plus en forme que jamais. La jeune fille de 17 ans est en troisième année d’apprentissage de plâtrière et peut s’affirmer sans problème dans ce monde d’hommes. Le travail physique n’est jamais de trop pour l’agitée – elle est heureuse de ne pas devoir rester sagement assise.

Seuls les jours très froids, quand elle doit aller du chantier gelé à l’entraînement dans le manège où il fait tout autant froid, elle doit serrer les dents. Dans ces moments, elle profite de son cœur de battante. «Abandonner n’est pas une option pour moi!», dit Näf. Il est bien possible que cette volonté de fer soit payante et que son rêve du titre de Championne du Monde individuelle se réalise.

Sarah Forrer