Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+

De Rio vers Tokyo - de la samba au sumo et aux sushis

14 janvier 2019 08:00

Les qualifications dans les disciplines de sport équestres Dressage, Saut, Concours Complet et Para-Equestrian Dressage pour les Jeux olympiques et paralympiques d’été à Tokyo en 2020 sont déjà en cours alors qu’au Japon, on planifie, on construit et on organise depuis belle lurette. L’été passé, la manager du sport de la Fédération Suisse des Sports Equestres a pour la première fois visité les lieux.

Celui qui n’a encore jamais mis les pieds en Asie et donc jamais au Japon peut définitivement se réjouir. Evelyne Niklaus, la manager du sport de la FSSE, s’est rendue à Tokyo en août 2018 pour se faire une première idée de la situation. «Le Japon, respectivement les méthodes de travail des Japonais sont très structurées. Ils sont très bien organisés et les travaux de construction sont effectués au millimètre près», a-t-elle raconté. Et en comparaison avec les Jeux Equestres Mondiaux de 2018 à Tryon, tout sera certainement prêt à Tokyo.

Autres pays, autres coutumes

Mais quoi qu’il en soit, la culture du Japon diverge fortement de nos cultures à nous autres Européens et Occidentaux. Lors de la présentation, les organisateurs ont à plusieurs reprises informé que les délégations doivent se familiariser avec les règles différentes de savoir-vivre et l’étiquette. Et Evelyne Niklaus de constater en souriant: «Il existe bien quelques ‹interdits› au Japon, et les risques de dérapage sont plus que suffisants.»

Swiss Olympic tentera, dans la mesure du possible, d’initier, d’informer et de former les athlètes et tous les accompagnants, par exemple sur le fonctionnement des WC japonais ou sur ce qu’on peut faire dans un restaurant et ce qu’il vaut mieux éviter. «Les sportives et les sportifs équestres devront donc se pencher plus sérieusement sur la culture japonaise que ce qui était le cas à Rio en 2016, à Londres en 2012 ou même à Hongkong en 2008, lieux dont la culture est très axée sur la culture occidentale», constate la manager du sport. Mais de tels grands événements à l’autre bout du monde ont également leur charme.

Les travaux de construction pour les Jeux olympiques et paralympiques d’été au sein de 
la métropole de Tokyo battent leur plein. Photo: Evelyne Niklaus Les travaux de construction pour les Jeux olympiques et paralympiques d’été au sein de la métropole de Tokyo battent leur plein. Photo: Evelyne Niklaus

L’équipe suisse de Saut d’obstacle avec une place de quota

Une équipe suisse de sport équestre sera en tous cas de la partie à Tokyo. Il s’agit des cavaliers de Saut d’obstacles qui ont décroché un ticket pour l’équipe pour les Jeux olympiques de Tokyo grâce à l’excellent résultat de l’équipe aux JEM en automne 2018 à Tryon. Quant aux cavalières et aux cavaliers des deux autres disciplines équestres olympiques, à savoir le Dressage et le Concours Complet, ils ont encore quelques possibilités de décrocher l’un des sésames par équipe très convoités comme par exemple lors des Championnats d’Europe ou des Prix des nations. S’ils devaient ne pas y parvenir, il existe encore la possibilité de décrocher des places de quota individuelles en récoltant des points lors des diverses manifestations internationales, ce qui sera l’objectif également pour le Para-Equestrian Dressage.

A Tokyo, toutes les infrastructures sont réunies dans l’une des deux zones prévues, soit dans l’«Heritage zone», qui se trouve plutôt à l’intérieur du pays, ou dans la «Tokyo bay zone», qui est orientée vers l’océan. Le village olympique se trouve exactement au milieu des deux zones et il est situé au centre de la ville. Les cavaliers y auront certainement leurs quartiers. Les compétitions équestres auront toutes lieu dans l’«Heritage zone» à une exception: le cross est prévu sur une île située devant la ville et se trouvant dans la «Tokio bay zone» ainsi que dans la trajectoire d’atterrissage de l’aéroport Haneda. L’île est reliée à la terre ferme par un pont. Et c’est dans ce canal que les compétitions des rameurs seront organisées.

Le cross est prévu sur une île située devant la ville. Photo: Evelyne Niklaus Le cross est prévu sur une île située devant la ville. Photo: Evelyne Niklaus

Sous le numéro 8 se trouveront les infrastructures équestres, sous le numéro 20 le cross du concours complet et exactement entre les deux zones se trouvera le village olympique (en bleu foncé). Photo: Evelyne Niklaus Sous le numéro 8 se trouveront les infrastructures équestres, sous le numéro 20 le cross du concours complet et exactement entre les deux zones se trouvera le village olympique (en bleu foncé). Photo: Evelyne Niklaus

CC: tour de force logistique

Pour les chevaux et les cavaliers de la discipline Concours Complet, toute la logistique sera analogue à celle des Jeux olympiques à Hongkong: «Le dressage aura lieu dans le stade normal. La veille du cross, les chevaux seront transportés sur l’île où le cross aura lieu et ils seront logés dans des tentes. Le soir du cross, ils seront ramenés dans le stade où l’épreuve de condition et l’épreuve de saut auront lieu», explique Evelyne Niklaus. Il s’agit-là d’un grand défi en matière de logistique mais qui a déjà bien fonctionné par le passé.

Les représentants des différentes délégations ont reçu les premières informations lors de la reconnaissance du lieu. Photo: Evelyne Niklaus Les représentants des différentes délégations ont reçu les premières informations lors de la reconnaissance du lieu. Photo: Evelyne Niklaus

Concours test en août 2019

«Et à la mi-août 2019, un concours test sera organisé afin de tester et de mettre à l’épreuve tous les déroulements», ajoute-
t-elle. Evelyne Niklaus se rendra à Tokyo avec le vétérinaire de la discipline Concours Complet et chef d’équipe de l’élite Dominik Burger pour suivre cette manifestation test et pour se rendre compte de l’avance des préparatifs. Ils procéderont également à diverses clarifications en concertation avec les responsables des trois autres disciplines.

«La distance du village olympique jusqu’aux infrastructures du sport équestre à l’intérieur du pays représente environ 40 à 50 minutes avec la navette», explique Evelyne Niklaus. Petit inconvénient: les installations de sport équestre se trouvent au centre d’un quartier d’habitation où il n’y a aucun hôtel et aucun restaurant, un hébergement directement sur place est donc très compliqué. Par contre, pour les grooms et les vétérinaires, des logements seront disponibles directement sur le périmètre des compétitions.

Une quarantaine de plusieurs jours avant le départ

En fait, les Jeux olympiques d’été ont déjà eu lieu à Tokyo en 1964. Cependant, les installations pour les sports équestres seront complètement renouvelées même si elles se trouvent au même endroit qu’alors. Le voyage aller des chevaux sera analogue à celui de Hongkong en 2008: il y aura une quarantaine de plusieurs jours avant l’exportation - pour les Européens vraisemblablement dans un lieu centralisé. Pour les jeux à Hongkong, cela avait été fait à Aix-la-Chapelle. Et comme pour toutes les grandes manifestations internationales des dernières années, les vols des chevaux depuis l’Europe seront organisés de manière centralisée pour chaque discipline.

Vue sur la silhouette urbaine de Tokyo. Photo: Evelyne Niklaus Vue sur la silhouette urbaine de Tokyo. Photo: Evelyne Niklaus

Défi au niveau des conditions climatiques

«Le climat devrait représenter un casse-tête plus ou moins important pour tous les athlètes sachant qu’à cette période de l’année, il fait chaud et humide à Tokyo», selon Evelyne Niklaus. Cependant, les organisateurs ont déjà trouvé des solutions et ils fixeront les compétitions équestres soit le matin (dressage du CC et cross) ou le soir (dressage, saut, saut du CC). Et malgré le défi, la manager du sport de la FSSE Evelyne Niklaus est très confiante: «J’ai vraiment un très bon sentiment pour ce grand événement dont l’organisation sera certainement excellente.»

Nicole Basieux

Voyage aux Jeux olympiques de Tokyo

Celui ou celle qui ne veut pas manquer cet événement sportif majeur et qui voudrait soutenir les sportifs suisses de pointe sur place peut s’adresser à Globetrotter, le partenaire officiel pour tous les voyages officiels de Swiss Olympic

sport@globetrotter.ch,

pour les billets et le voyage aux JO de Tokyo.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.