Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: En mémoire

En mémoire de Michael Läuchli

15 janvier 2018 08:00

Le 24 décembre 2017, le dentiste bâlois Michael Läuchli s’est éteint. C’était un des nôtres qui s’était engagé avec passion et de façon polyvalente durant des décennies pour le cheval et le sport équestre.

En tant que reporter de concours, principalement dans les domaines du saut et du concours complet, il ne se contentait pas de rapporter, mais il proposait aux lecteurs une image informative complète de l’évènement avec des remises en question et des analyses. Dans cette optique, son humour très fin ainsi que son oeil attentif et critique pour une observation indépendante faisaient merveille. A partir du milieu des années 1980, il a fait partie des collaborateurs réguliers de l’ancien «Schweizer Kavallerist» (aujourd’hui «Kavallo») en charge, dans un premier temps, tout particulièrement du CC. Lorsque sa fille Angelika a débuté le saut d’obstacles, cette discipline est alors passé au premier plan.

Longtemps président de la Commission des sanctions de la FSSE

L’opacité, et surtout les magouilles étaient presque insupportables pour Michael Läuchli. Il aimait la franchise et il l’exigeait, ce qui faisait de lui un interlocuteur intéressant et toujours très engagé. Il ne défendait pas ses opinions avec une obstination têtue, mais lorsqu’il pouvait les étayer avec de bons arguments pertinents, il pouvait parfois se montrer véhément. De ce fait, la fonction nullement facile de membre de la Commission des sanctions de la Fédération Suisse des Sports Equestres de 2000 à 2002 et ensuite de président jusqu’en 2012 était taillée pour lui. Au sein de la Fédération équestre du Nord-Ouest, il fut un vice-président apprécié pour son savoir, ses expériences ainsi que sa nature ouverte et indépendante.

Son cher Jura

Michael Läuchli a passé ses dernières vacances dans le Jura, une région qu’il avait appris à aimer il y a presque 50 ans en tant que gymnasien en la parcourant à cheval et sur laquelle il avait également écrit en tant que pays d’origine du cheval franches-
montagnes. Depuis lors, les chevaux l’ont toujours accompagné, tout comme le Jura auquel il est toujours resté très attaché.
Il n’était ni un cavalier de concours actif ni un journaliste professionnel. C’était tout simplement un homme de cheval qui s’adonnait à sa fascination pour le cheval avec une passion qui faisait
de lui un ambassadeur inoubliable pour la cause du cheval en exigeant et en faisant preuve d’humanité, également dans les rapports avec cette créature.

Heinrich Schaufelberger; photo: Elisabeth Weiland

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.