Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Protection des animaux & éthique

Ethique - «Je me perfectionne constamment afin de toujours mieux comprendre mon cheval»

11 février 2019 08:00

La formation de base et la formation continue figurent tout en haut de la liste des priorités de la Fédération Suisse des Sports Equestres FSSE. En effet, seule une bonne formation et les connaissances correspondantes permettent d’assurer des contacts éthiquement corrects avec le cheval. C’est la raison pour laquelle la fédération a adopté des principes éthiques, publié une brochure d’information et remanié la formation de base.

Code d’éthique de la FSSE

Le Code d’éthique* de la Fédération Suisse des Sports Equestres FSSE comprend des principes éthiques dans trois domaines: le rapport avec le cheval, le rapport entre les personnes dans les sports équestres et l’éthique dans les compétitions.

Toutes les personnes affiliées à la FSSE et à ses associations-membres reconnaissent le Code d’éthique de la FSSE et s’obligent, au plus près de leur conscience et de leurs connaissances, à se baser sur ces principes dans leurs relations avec les chevaux et les humains.

Les principes éthiques relatifs aux trois domaines mentionnés ci-dessus figurent aux pages suivantes. Ils sont valables pour toutes les personnes actives dans le milieu des sports équestres, de l’élevage, de la détention et de la formation de chevaux, que ce soit dans le cadre des loisirs ou de façon professionnelle. Il faut entendre par sports équestres, au sens de ces principes éthiques, toute activité physique avec le cheval, avec ou sans esprit de compétition. Lorsqu’on parle ici de chevaux, on pense toujours à tous les animaux de la famille des équidés, soit également les poneys, les mulets et les ânes. Tous ces principes éthiques répondent à un seul impératif: le plaisir avec le cheval.

* Approuvé par l’Assemblée des membres de la Fédération Suisse des Sports Equestres en date du 27 octobre 2018

Photo: iStockphoto Photo: iStockphoto

Le 1er janvier 2019, la Fédération Suisse des Sports Equestres FSSE a introduit la nouvelle formation équestre de base monte/attelage.

Le nouveau concept de formation est construit de la manière suivante:

1. Formation équestre de base monte/attelage:

Cette formation est une formation de base pour le cavalier/le meneur et le cheval, et avec un examen, elle permet d’obtenir une attestation (sans équitation) ou un diplôme. Le test d’équitation ne comporte pas de saut.

2. Le brevet:

Le brevet est proposé par les disciplines de la FSSE ou par les associations comme le dressage, le saut, l’attelage, le western, etc. et il sert de bilan personnel pour accéder au plus bas niveau du sport de compétition ou comme examen de formation sans accès au sport de compétition. La présentation à la main et la théorie feront désormais partie de l’examen du niveau brevet.

3. La licence:

La licence sert de test pour le sport de compétition et elle est proposée par les disciplines de la FSSE comme la licence de saut, de dressage, d’attelage, de TREC, etc. Elle ne subit pas de modifications notables excepté le fait que pour la licence de dressage et de saut, la présentation au trot et l’examen de théorie feront partie de l’examen de brevet. Le contrôle des passeports des chevaux avec inscription correcte des vaccinations est maintenu.

En plus de la formation de base, le perfectionnement permanent est un must pour chaque personne qui s’intéresse aux chevaux. Et cela fait partie des principes éthiques édictés par la FSSE : «Je me perfectionne constamment afin de toujours mieux comprendre mon cheval.»

Photo: SVPS/Sandra Mumprecht Photo: SVPS/Sandra Mumprecht

On n’a jamais fini d’apprendre

La loi sur la protection des animaux stipule que toute personne qui s’occupe d’animaux doit tenir compte au mieux de leurs besoins et veiller à leur bien-être. Pourtant, il n’est pas toujours facile et évident pour les personnes qui détiennent ou s’occupent de chevaux de savoir comment se comporter correctement et dans l’intérêt du cheval. C’est pourquoi il est de la responsabilité éthique de chacun d’acquérir le savoir le plus large possible en la matière et de constamment se poser les questions suivantes:

Est-ce que je me perfectionne en continu dans ma discipline équestre et est-ce que j’applique régulièrement mes nouvelles connaissances?

Est-ce que je dispose des connaissances de base sur la détention, l’alimentation et la santé des chevaux me permettant d’évaluer correctement les situations concernant mon cheval? Est-ce que je développe régulièrement ce savoir en acquérant de nouvelles connaissances?

Est-ce que je fais appel aux experts concernés comme les vétérinaires, les maréchaux-ferrants, les selliers, etc. lorsque j’observe chez mon cheval quelque chose qui nécessite ou pourrait nécessiter l’intervention de ces spécialistes?

Celui qui forme les personnes pratiquant les sports équestres et les futurs professionnels de la branche équine endosse une responsabilité éthique particulièrement importante. C’est pourquoi il convient de se remettre constamment en question:

En tant qu’enseignant, est-ce que je remplis mon rôle d’exemple en particulier au niveau de mon comportement envers les chevaux?

Lors de mes cours, les chevaux et les sportifs équestres bénéficient-ils d’une pédagogie de qualité et ne sont-ils pas trop sollicités?

Lors de mes cours, les sportifs équestres et les futurs professionnels peuvent-ils développer leur personnalité et leurs compétences sociales?

La Fédération Suisse des Sports Equestres et ses associations membres s’engagent pour un sport éthique et loyal ainsi que pour la protection des animaux. Le sport équestre fait l’objet d’une attention de plus en plus critique de la part du grand public. Et tous ceux qui sont en contact avec des chevaux doivent en être conscients - qu’il s’agisse de cavaliers pratiquant l’équitation de loisir ou de professionnels.

Nicole Basieux/Extraits de la brochure
«Un coeur pour le cheval» de la FSSE

En plus de la formation de base, le perfectionnement permanent est un must pour chaque personne qui s’intéresse aux chevaux. Photo: FEI En plus de la formation de base, le perfectionnement permanent est un must pour chaque personne qui s’intéresse aux chevaux. Photo: FEI

Information importante: reconnaissance du brevet de cavalier actuel

Tous les détenteurs d’un brevet de cavalier obtenu jusqu’au 31 décembre 2018 (monte classique, western, chevaux d’allure) peuvent participer à des épreuves de dressage FB, à des épreuves de saut B et à des épreuves de Concours Complet B1,
en analogie avec le nouveau brevet Combiné.
Pour le CC B1, le test d’argent CC n’est plus indispensable pour se lancer dans le sport de compétition. Le brevet Attelage permet de participer à des épreuves de la catégorie B (niveaux 4 et 5).

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.