Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+

JO de Tokyo: le voyage en avion de nos chevaux

18 juillet 2021 12:00

Les premiers chevaux olympiques européens, dont le voyage en «classe Affaires» constitue un véritable défi logistique, ont déjà atterri à Tokyo. Embarquez avec nous pour jeter un regard derrière les coulisses du transport aérien de nos sportifs à quatre sabots.

Départ des chevaux olympiques de Lière (BEL) | © FEI/Leanjo de Koster Départ des chevaux olympiques de Lière (BEL) | © FEI/Leanjo de Koster

Depuis deux mois déjà, la santé des chevaux olympiques est surveillée selon un protocole strict, et seuls les animaux en bonne forme physique sont admis à la quarantaine de sept jours précédant le départ. Durant celle-ci, ils sont à nouveau examinés de la tête aux sabots et maintenus en forme par des séances de travail. Les chevaux qui passent cette étape avec succès obtiennent alors enfin le tampon officiel tant convoité dans leurs documents de voyage, tampon qui leur ouvre l’accès à l’aéroport de Liège (BEL). Ce dernier s’est spécialisé dans le transport de chevaux et dispose même d’un hôtel réservé à ses clients quadrupèdes!  

 

Plus d’espace en «cabine» pour les chevaux olympiques

Pour que le voyage de Clooney et compagnie soit aussi confortable que possible, seuls deux chevaux, et non trois comme c’est le cas d’habitude, sont chargés par box aérien. Ainsi, chaque cheval dispose d’un peu plus de place dans le box long de 317 cm, large de 244 cm et haut de 233 cm qu’il partage avec un autre animal. L’espace à disposition ne permet toutefois pas aux chevaux de se coucher.

Mis à part cela, les athlètes de haut niveau ne doivent évidemment manquer de rien à bord! C’est pourquoi des grooms et un vétérinaire embarquent avec les animaux pour les surveiller et les distraire pendant le vol, grâce à des repas réguliers, comprenant du foin à grignoter et 40 litres d’eau par cheval.

Une température de 14 à 17 °C, agréable pour les équidés, est maintenue à l’intérieur du Boeing 777-F de la compagnie Emirates SkyCargo, et un maximum de 19 box aériens sont transportés par vol. Le voyage de Liège à Tokyo Haneda dure environ 18 heures. Une courte escale est effectuée à Dubaï (EAU) pour faire le plein de carburant et permettre le changement de l’équipage.

Au total, quatorze vols de ce type sont prévus pour transporter les 247 chevaux olympiques. Pour les Jeux Paralympiques, cinq vols pour 78 chevaux sont actuellement planifiés. En plus des athlètes quadrupèdes, les avions transportent près de 100 000 kg d’équipements (selles, brides, couvertes, etc.) ainsi qu’environ 60 000 kg de nourriture.

Les coûts du voyage en avion, se montant à près de 20 000 francs par cheval, sont par ailleurs toujours pris en charge par le comité d’organisation des Jeux Olympiques, seul le transport des chevaux de réserve sont à la charge des nations participantes.

 

En camion jusqu’au site équestre

De retour sur la terre ferme après le vol longue distance, les chevaux sont sortis des box aériens et directement chargés dans les camions – évidemment climatisés – mis à disposition par l’Association japonaise des courses.

Après environ une heure de route, les chevaux atteignent enfin leur «village olympique»: les écuries de Baji Koen. Les installations entièrement rénovées offrent tout le confort que l’on puisse désirer pour les athlètes équins olympiques issus de 50 nations. Après leur long voyage, les chevaux sont accueillis sur place par leurs grooms et immédiatement choyés par ceux-ci. Après tout, il faut tout mettre en œuvre pour que les sportifs à quatre sabots se remettent aussi vite que possible de leur périple et qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes sur le carré de dressage ou dans le parcours d’obstacles.  Que les Jeux commencent!

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.