Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+

La fondation Aide sportive suisse: le système de parrainage

14 décembre 2015 13:55

L’Aide sportive suisse mise depuis des années sur la promotion ciblée de la relève. Des jeunes talents des sports équestres en profitent aussi. Ils ne reçoivent pas seulement un coup de pouce financier, mais apprennent aussi à fréquenter les sponsors et les donateurs.

Mathilde Cruchet a trouvé un parrain. Mathilde Cruchet a trouvé un parrain.

«Qui est Giulia?» C’est avec cette question que l’Aide sportive lança sa recherche de parrains pour jeunes talents. Il s’avéra ultérieurement que ce concept fut l’un des plus réussis de la fondation, bien qu’il y a dix ans, les responsables ne pouvaient pas le savoir.

À cette époque, l’aide sportive utilisa son enseigne, le très populaire «Super-Déc­athlon» (Super10Kampf), pour recruter des parrains pour la première fois. Elle fit imprimer «Qui est Giulia?» sur des dizaines de milliers de sticks bang bang colorés qui furent distribués aux spectateurs du Hallen­stadion de Zurich.

Vers la fin de la manifestation, lorsque l’ambiance atteignait son point culminant, les animateurs présentèrent la jeune Giulia, alors âgée de onze ans. Le nom de famille de la fillette blonde originaire de Gossau était Steingruber. Elle était un jeune talent de gymnastique aux agrès. Elle trouva rapidement un parrain – et atteint ensuite le niveau mondial.

Aujourd’hui, elle est Championne d’Europe au saut de cheval et au concours général individuel et fut élue sportive de l’année en 2013. «Par après, il s’agissait naturellement d’un coup de chance pour nous», dit Doris Rechsteiner, directrice de la fondation, en riant.

Un concept simple 
Pas tous les parrainages ne se déroulent de manière si réussie. Certains jeunes talents arrêtent avant, se blessent ou fixent les priorités différemment: l’école au lieu du sport. D’autres ne parviennent jamais à atteindre le plus haut niveau. Pourtant, certains des sportifs soutenus ont atteint l’élite mondiale, comme par exemple Lara Gut, Belinda Bencic ou Nino Schurter. Il n’est donc pas étonnant que Rechsteiner parle d’un vrai succès: «Le système de parrainage s’est très bien établi ces dernières années et plaît autant aux sportifs qu’aux donateurs.»

Le principe est simple: les jeunes athlètes en possession de la Swiss Olympic Talents Card national ayant besoin de soutien financier s’inscrivent pour un parrainage sur le site web de l’Aide sportive. Dans leur profil, ils évoquent brièvement leurs traits de caractère, leurs buts et présentent leur sport.

Les parrains potentiels, comme des sportifs d’élite, des entreprises, mais aussi des privés ou des fondations, parcourent les différents jeunes talents et choisissent ensuite leur favori. Sur demande, l’aide sportive se charge de la recherche. Il leur est complètement libre de choisir qui ils souhaitent soutenir. En tant que parrains, ils paient 2500 francs par année. 2000 francs vont directement au jeune talent, 500 francs couvrent les frais du projet.

Le montant peut être déduit des impôts (max. 500 francs pour le canton de SG). Jusqu’à aujourd’hui, divers parrains ont pu être trouvés. Certains sportifs comme Roger Federer et sa fondation, Didier Cuche ou Nino Schurter s’engagent pour la relève. Depuis peu, McDonald’s soutient également l’Aide sportive. 154 restaurateurs s’engagent personnellement comme parrains pour un talent de leur région.

Plus que de l’argent 
Lors d’un parrainage, il n’est pas uniquement question de soulager le budget familial, le soutien est plus que financier. «C’est un soutien moral très important», explique Rechsteiner. Après tout, le fait que, souvent pour la première fois, une personne en dehors du cercle familial croit au succès d’un jeune athlète est très motivant. En plus de cela, les jeunes sportifs apprennent de manière ludique à être en contact avec des partenaires et des sponsors. Ainsi, les espoirs informent leurs parrains régulièrement sur leurs succès, les coups bas, leur stade d’entraînement ou sur ce qu’ils préparent en ce moment.

Une fois par année, l’Aide sportive organise la journée du parrainage, où les parrains et leurs athlètes peuvent se rencontrer. De véritables amitiés se sont déjà formées ainsi. «Certains ont une relation très étroite avec leurs parrains», d’après Rechsteiner. Un parrain avait même accompagné son protégé aux Jeux olympiques, un autre avait offert l’examen de conduite au jeune sportif et un troisième, qui avait pratiqué le même sport étant plus jeune, donnait de précieux conseils et entraînements à son jeune talent. «Il s’agit de précieuses expériences pour les adolescents», explique Rechsteiner.

Actuellement, plus de 450 athlètes profitent d’un parrain. Un nombre à peu près identique attend encore un donneur. Dans les sports équestres, 24 des 91 talents qualifiés sont inscrits, 14 d’entre eux bénéficient d’un soutien. Pour Rechsteiner, de nouveaux parrains sont la bienvenue. «Évidemment, ce serait super de trouver un parrain pour chaque jeune talent inscrit», dit Rech­steiner. Elle rajoute avec un clin d’œil: «J’espère que beaucoup de passionnés de chevaux vont s’annoncer maintenant!»

Sarah Forrer

Brève explication – l’aide sportive

L’Aide sportive a été fondée en 1970. L’événement déclencheur avait été le débâcle olympique de 1964 à Innsbruck, où la Suisse était rentrée sans aucune médaille. Suite à cela, 
la fondation a été créée dans le but de donner de meilleures chances aux athlètes suisses. Depuis sa fondation il y a 45 ans, l’Aide sportive a investi plus de 115 millions de francs dans le sport suisse.

Au total, elle a soutenu 16 500 sportifs. Alors qu’auparavant la fondation venait surtout en aide aux sportifs d’élite, c’est la promotion de la relève qui se trouve au premier plan depuis dix ans. Vous aussi pouvez soutenir l’Aide sportive avec un don par SMS: envoyez un SMS «ONETEAM50» au numéro 488 pour un don de CHF 50.– (n’importe quel montant est possible). Vous trouverez plus d’informations sous www.sporthilfe.ch.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.