Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Elevage de chevaux

La monte naturelle en élevage: romantisme sauvage ou risque sous-estimé?

15 mai 2017 14:38

Avec la globalisation et l’utilisation de semence congelée, l’élevage du cheval de sport d’aujourd’hui ne connaît presque plus de limites géographiques. Les contacts directs entre la jument et l’étalon sont donc rares. Pour les juments difficiles à saillir, la monte naturelle représente cependant une alternative importante aux méthodes courantes. Les propriétaires de juments souhaitant élever leur propre poulain voient la saillie par un étalon au pâturage comme la méthode de reproduction la plus proche de la nature. Alors que les uns perçoivent la monte naturelle comme une humanisation potentiellement dangereuse, les autres la voient comme une méthode d’élevage avérée s’inscrivant dans l’esprit de la modernité.

Dans l’exploitation du couple Hürzeler, l’écurie en stabulation libre propose également un vaste espace réservé au chevaux. La détention en troupeau d’un étalon reproducteur ne peut que fonctionner si les chevaux disposent de suffisamment de place. Dans l’exploitation du couple Hürzeler, l’écurie en stabulation libre propose également un vaste espace réservé au chevaux. La détention en troupeau d’un étalon reproducteur ne peut que fonctionner si les chevaux disposent de suffisamment de place.

Il y a deux choses qui caractérisent la Bourgogne: le vin et les grandes étendues. Il fait bon y vivre, autant pour les humains que pour les chevaux. C’est notamment ce qui a poussé il y a plus de 20 ans l’éleveur suisse renommé Jean-Jacques Fünfschilling d’y installer une grande exploitation équestre en parallèle à son élevage «de Lully» situé dans le canton de Fribourg. L’élevage au coeur de la France n’était alors pas uniquement destiné aux jeunes chevaux qui devaient y trouver suffisamment de place pour grandir et s’ébattre: le célèbre étalon Gauguin de Lully, qui avait établi de nouveaux standards dans le monde du dressage sous la selle de Christine Stückelberger, devait y mener une nouvelle carrière comme étalon de pré. «Retour à la nature», voilà quelle était la devise de l’élevage.

Une méthode ancienne à nouveau d’actualité

Déjà à cette époque, une partie de l’exploitation Fünfschilling en Bourgogne était gérée par Christian Hürzeler et son épouse Marianne. Lorsque fin 2016 Jean-Jacques Fünfschilling se retira de son activité d’éleveur, le couple Hürzeler reprit l’intégralité de l’élevage avec ses 40 hectares de pâturage et ses grandes écuries à stabulation libre. Hürzeler est convaincu que la détention d’étalons reproducteurs au pré est plus actuelle que jamais. Aujourd’hui, les propriétaires de chevaux cherchent à revenir à une détention respectueuse des chevaux et donc aussi à l’élevage en liberté.

Bien qu’à ce jour l’incomparable Gauguin de Lully n’est plus actif en Bourgogne - il mourut en 1996 d’une rupture de l’aorte au milieu de son troupeau après sa deuxième saison d’élevage - le propriétaire pense avoir trouvé un successeur digne avec l’étalon pur-sang Stargate XX. L’étalon de 18 ans s’occupe déjà depuis de nombreuses années de sa famille équine, et les six poulinières - dont cinq juments un peu plus âgées déjà actives dans l’élevage Fünfschilling - donnent naissance chaque année, avec un taux de gestation de presque 100%, à des poulains en bonne santé faisant ensuite leurs preuves dans le monde du sport.

L’élevage naturel prend du temps

D’après Hürzeler, la clé du succès pour l’élevage en monte naturelle libre réside en une préparation soigneuse, ce qui prouve que son projet n’a rien à voir avec du romantisme idéalisé. Afin que l’acte se déroule au mieux et pour éviter les blessures, rien n’est laissé au hasard. Les nouvelles juments ne sont donc pas directement intégrées au troupeau: ce n’est qu’une fois que la jument en chaleur est passée à la barre de soufflage - où l’étalon et la jument peuvent faire connaissance en toute sécurité - et que la jument a manifesté sa disposition à la saillie, elle est amenée à l’étalon pour une première saillie en monte en main. Pour cela, Hürzeler renonce délibérément à l’emploi d’entraves pour la jument mais utilise cependant un tord-nez pour des raisons de sécurité, la monte naturelle étant plus dangereuse pour l’étalon que pour la jument, d’après Hürzeler. Si ce premier contact entre l’étalon et la jument s’est bien passé, ils sont ensuite lâchés ensemble au pré et sont finalement intégrés au troupeau. Hürzeler a pu constater qu’il est difficile d’observer le comportement de reproduction des étalons au sein d’un troupeau. Etalon et jument semblent profiter du calme de la nuit et des heures matinales afin de trouver le meilleur moment pour s’accoupler, ce qui augmente considérablement les chances de fécondation.

La préparation et la gestion de la famille de chevaux exige beaucoup de temps, d’expérience et de doigté. Les raccourcis et les compromis ne sont pas une option étant donné qu’ils augmenteraient les risques de blessure.

Des reproducteurs au caractère irréprochable

Chez la famille Hürzeler, l’élevage de chevaux de sport en monte naturelle libre s’est toujours passé sans encombres jusqu’à présent. L’agriculteur de formation admet cependant que seuls les étalons et les juments au caractère irréprochable se prêtent à la monte naturelle. Une jument difficile avec l’étalon ne devrait pas être saillie en monte naturelle.

Si Stargate devait un jour être remplacé, le choix du nouvel étalon reproducteur devrait donc prendre en considération non seulement son potentiel sportif, mais aussi son caractère. Le géniteur doit se montrer respectueux envers les humains et ne doit pas non plus être agressif avec les juments ou les poulains, explique Hürzeler: «Ce qu’il nous faut, c’est un père de famille attentionné.» Si ces conditions sont remplies, le nouvel étalon apprend tout d’abord la monte en main. Une fois que cela fonctionne, il peut être intégré au groupe de juments. «Au final, il faut faire confiance à l’instinct des animaux. Tout comme la plupart des juments s’occupent instinctivement bien de leurs poulains, les étalons se sentent rapidement à l’aise au sein de la communauté familiale.»

Un autre facteur décisif pour le succès de la détention d’étalons en pâturage est l’espace disponible. Les différents membres du groupe ne seront à l’aise que si l’étalon a la possibilité de se retirer et si les juments et les poulains ne sont pas constamment harcelés.

Rajeunissement du groupe de juments en perspective

Afin d’assurer la pérennité de leur projet d’élevage, Christian et Marianne Hürzeler aimeraient prochainement rajeunir leur troupeau de poulinières. Toute personne souhaitant offrir la possibilité d’une saillie naturelle à sa jument est la bienvenue. Les séjours de courte durée ne sont cependant pas souhaités, étant donné qu’ils perturbent la vie du troupeau. Dans l’idéal, la poulinière passe plusieurs saisons de monte au pâturage auprès de l’étalon et offre chaque année un poulain à son propriétaire.

Concilier sport et élevage

A Dintikon dans le canton d’Argovie, une autre star de l’élevage vit en liberté au sein d’un groupe de poulinières: Lord Sinclair III, le fleuron de l’élevage de sport Rietenberg géré par Simon Alt et son épouse Corinne Sélébam Alt. Ces derniers avaient acheté l’étalon bai foncé élevé en Bavière précisément pour disposer d’un étalon de pâturage pour saillir leurs juments difficiles. Lord Sinclair III avait été retiré du sport pour cause de blessure et l’on pensait alors qu’il ne pourrait plus être monté. Pourtant, l’étalon de 17 ans est aujourd’hui à nouveau actif en dressage, et ce jusqu’au niveau Grand Prix! Simon Alt est persuadé que ce revirement est dû en grande partie à la forme de détention de l’animal: «Entre la stabulation libre et le pâturage, Lord est en mouvement toute la journée. Les déplacements tranquilles au pas constituent la meilleure thérapie pour sa faiblesse.» Mais la détention naturelle de l’étalon et son activité d’élevage et de sport ont un prix, explique Corinne Sélébam Alt: «La saison de monte et celle de concours tombent pratiquement au même moment. Lorsque ses juments sont en chaleur, Lord ne prend presque pas le temps de manger, et la saillie est épuisante! Evidemment, cela se voit, il n’a pas un bourrelet de graisse. Quand il passe ses nuits à saillir, il lui manque parfois aussi un peu de ‹jus› sur le carré de dressage le lendemain.»

Des juments inconnues au sein du harem

Les clients principaux de l’élevage de chevaux de sport Rietenberg sont des propriétaires voulant offrir le contact direct avec l’étalon à leur jument ainsi que des éleveurs professionnels propriétaires de juments difficiles ne répondant pas à l’insémination artificielle. Après avoir fait passer la jument inconnue à la barre de soufflage plusieurs fois pas jour, elle peut être intégrée sans problème au harem au pâturage. «Nous devons être absolument sûrs que la jument soit en chaleur. Pour ce faire, la jument et l’étalon peuvent d’abord faire connaissance à travers une fenêtre. Même si la jument se montre prête à saillir à ce moment-là, il n’est pas garanti à 100% qu’elle ne bougera pas lors de la monte. C’est pourquoi elle est ensuite conduite à la stalle d’examen, où l’étalon pourra la renifler et la mordiller à travers une fenêtre sans qu’il ne monte», explique Corinne Sélébam Alt. C’est seulement si la jument ne bouge pas dans cette situation où elle ne peut pas s’en aller et qu’elle invite l’étalon à la saillie que nous amenons l’étalon à la jument - que ce soit à la main ou en liberté au pâturage. Après ces préparatifs minutieux, les entraves ne sont plus nécessaires pour les juments.

Cependant, il ne faudrait jamais laisser qu’une seule jument au pâturage avec l’étalon, rajoute Simon Alt. Les juments se protègent les unes les autres et courtisent l’étalon ensemble. Sinon, l’étalon fait une fixation sur la jument et peut la pousser dans un coin même si elle n’est pas prête à être saillie.

La nature comme exemple

Que la monte soit naturelle, en main ou en liberté au pâturage, le couple Sélébam Alt est convaincu qu’il faut prendre exemple sur la nature afin de créer les conditions optimales. «Au pâturage, l’étalon saillit les juments six à sept fois par jour. C’est la jument qui décide combien de fois et pendant combien de temps elle tolère l’étalon.» Les experts d’élevage ont de plus remarqué qu’après l’accouplement, l’étalon faisait marcher la jument devant lui pendant encore un certain temps. S’étant inspiré de cela, les éleveurs de chevaux de sport de Rietenberg promènent les juments saillies à la monte en main au pas après l’acte afin d’augmenter les chances de fécondation.

Il est également important de laisser une certaine liberté à l’étalon lors de la monte en main. «Il ne faut pas être trop sévère avec l’étalon dans cette situation. Il doit évidemment rester contrôlable, mais il devrait aussi avoir le droit de ‹faire le chef›. Sinon, il peut arriver que l’étalon perde l’envie.»

Des mains expertes uniquement

Malgré toutes les précautions, Corinne Sélébam Alt et Simon Alt sont également d’accord sur le fait que la monte naturelle présente tout de même un certain risque. Les chevaux peuvent taper ou mordre et la jument peut subir des blessures à l’intérieur du vagin pendant l’acte. Bien que cela soit très rare, il ne faut pas sous-estimer de telles hémorragies internes.

La saillie en monte naturelle est donc une option non négligeable dans l’élevage du cheval de sport. Le travail et les préparatifs en revanche sont considérables et toutes les personnes impliquées doivent être conscientes des risques qu’elles prennent. La monte naturelle, et plus particulièrement la monte en liberté, restera probablement une niche sur le marché de l’élevage du cheval de sport, étant donné qu’elle ne permet pas de couvrir une grande demande dans les courts délais souhaités aujourd’hui. Pourtant, cette méthode de reproduction ne doit pas être vue comme une humanisation naïve étant donné qu’elle exige un grand savoir et beaucoup d’expérience de la part de l’étalonnier et qu’elle trouve sa place dans l’élevage, notamment aussi dans l’élevage du cheval de sport.

Cornelia Heimgartner

màd

Le pur sang Stargate a trouvé une nouvelle vocation comme étalon de pâturage après sa carrière de cheval de course. Le pur sang Stargate a trouvé une nouvelle vocation comme étalon de pâturage après sa carrière de cheval de course.


<br />Moments de convivialité. Lord Sinclair III apprécie également les moments plus calmes de la vie d’un étalon de pâturage.
Moments de convivialité. Lord Sinclair III apprécie également les moments plus calmes de la vie d’un étalon de pâturage.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.