Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Interviews

«Le cheval n’est pas un appareil de sport, c’est un partenaire»

19 août 2020 09:00

Avec le début de cette nouvelle décennie, la Fédération Suisse des Sports Equestres (FSSE) a décidé de se consacrer activement à la mise en oeuvre de sa stratégie d’avenir. Sachant que les associations régionales sont des piliers importants de la FSSE, le «Bulletin» propose une série d’articles dans lesquels les présidentes et présidents desdites associations révèlent leurs défis et stratégies futurs. Dans ce numéro, le «Bulletin» s’entretient avec Andrea Bürki, présidente de la Fédération équestre de la Suisse du Nord-Ouest (Pferdesportverband Nordwest PNW), sur la cohésion au sein du monde équestre, le bénévolat et la passion des chevaux.

Andrea Bürki est une cavalière passionnée, ici avec sa jument Marryline de la Ferme CH.  |  © màd Andrea Bürki est une cavalière passionnée, ici avec sa jument Marryline de la Ferme CH. | © màd

Andrea Bürki a repris le témoin de son prédécesseur, Regula Estermann, à l’Assemblée des délégués en novembre 2017. Depuis, elle a déjà pu atteindre d’importants résultats grâce à son engagement inlassable, notamment l’occupation de tous les postes du Comité directeur de la PNW, ce qui lui a coûté beaucoup de temps et d’efforts. La présidente de la Fédération équestre de la Suisse du Nord-Ouest promeut une communication transparente. Et une chose est sûre: elle a la passion du cheval dans le sang.

 

«Bulletin»: Avec près de 2500 membres, la PNW est l’une des deux plus petites associations régionales de sport équestre en Suisse aux côtés de la Federazione Ticinese Sport Equestri (FTSE). Andrea Bürki, dans quelle direction la PNW veut-elle se développer, quels sont les trois grands thèmes qui sont importants pour la PNW à moyen et long terme?

Andrea Bürki: La PNW se voit comme une partenaire des passionnés des chevaux dans notre région, toutes disciplines confondues, de l’éleveur jusqu’au sportif professionnel. Nos principaux domaines d’activité sont la promotion du sport équestre en général et du sport de la relève en particulier, mais aussi la construction, le maintien et l’extension d’infrastructures équestres et, finalement, la mise en place de moyens de communication fonctionnels et d’un lobby politique.

 

Pourquoi ces sujets vous tiennent-ils particulièrement à coeur?

Notre fédération ainsi que nos associations membres sont intimement liées au sport équestre sous toutes ses formes. Malheureusement, les associations membres voient le nombre de leurs membres diminuer et ont donc toujours moins de bénévoles à leur disposition. En tant qu’association régionale, nous estimons qu’il est de notre responsabilité d’apporter du soutien à nos membres afin d’assurer la survie des clubs et de trouver, en collaboration avec ces derniers, de nouveaux moyens d’en assurer la pérennité.

La mise en place et le maintien d’infrastructures équestres coûte cher et exige beaucoup d’engagement de la part des membres des associations concernées. Des obstacles bureaucratiques doivent de plus être surmontés lors de l’extension d’installations existantes ou de la construction de nouvelles infrastructures. Notre fédération offre son soutien également dans ce domaine.

Ce n’est qu’avec l’appui de sa base que notre association peut faire du bon travail. Pour cela, la base doit savoir qui nous sommes et ce que nous faisons. Nous avons donc emprunté de nouveaux chemins pour rendre notre travail plus transparent. Il nous est également important de faire connaître notre sport auprès de la population et surtout auprès des politiciens et des politiciennes afin d’en élargir la reconnaissance aux yeux du grand public.

 

En quoi les défis de la PNW diffèrent-ils des thèmes centraux des autres associations régionales? Les sujets qui préoccupent les diverses associations sont-ils si différents, au fond?

Les thèmes centraux sont les mêmes pour toutes les associations. Cependant, l’un des défis pour une petite fédération comme la nôtre est que nous manquons de «ressources humaines» pour traiter nos différents projets avec efficacité. Contrairement aux fédérations équestres de Suisse centrale (Zentralschweizerische Kavallerie- und Pferdesportverband ZKV) et de Suisse orientale (Verband Ostschweizerischer Kavallerie- und Reitvereine OKV), notre comité est très petit. Nous manquons donc souvent des moyens nécessaires pour accomplir notre travail.

 

Comment voyez-vous la coopération avec les autres associations régionales? Et avec la FSSE?

La PNW collabore étroitement avec l’OKV, la ZKV et la FER. Cette coopération est d’une grande importance pour nous en tant que petite fédération. D’une manière générale, il est primordial pour toutes les associations régionales que nous nous engagions ensemble pour nos intérêts. Nous sommes les centres de contact directs des clubs, donc de la base. Nous devons de plus tous coopérer et communiquer de manière efficace en raison de notre proximité géographique étroite.

Nous percevons la collaboration avec la FSSE comme bonne et constructive.

 

Voyez-vous des possibilités d’amélioration? Si oui, où et dans quelle mesure?

Nous souhaiterions que les informations circulent mieux entre la FSSE et les associations régionales. Des rencontres informatives entre la FSSE et les associations régionales - comme celle qui a eu lieu pour la première fois au cours du premier trimestre de cette année - sont à saluer.

Elle remplit son rôle avec intérêt et engagement: Andrea Bürki lors de la Conférence des présidents de la FSSE en février 2020.  |  © FSSE Elle remplit son rôle avec intérêt et engagement: Andrea Bürki lors de la Conférence des présidents de la FSSE en février 2020. | © FSSE

Comment résolvez-vous le conflit entre le travail bénévole et professionnel au sein de la PNW? Disposez-vous d’un nombre suffisant de bénévoles qui s’engagent pour l’association avec le professionnalisme et la compétence nécessaires?

Le conflit entre bénévolat et travail professionnel nous met régulièrement à l’épreuve. C’est un problème que nous pouvons régler uniquement grâce à une bonne collaboration et à la concertation de tous au sein du comité. Depuis la dernière Assemblée des délégués, tous les postes du Comité directeur sont enfin à nouveau occupés. Cela facilite énormément notre travail et nous permet d’accomplir celui-ci de manière professionnelle. D’une manière générale cependant, il est difficile pour nous tous de trouver des volontaires prêts à s’engager bénévolement.

 

Comment gérez-vous les conflits d’intérêt au sein de l’association?

Nous essayons de contourner les conflits d’intérêt en suivant le principe de majorité. Si un membre du comité se trouve en situation de conflit d’intérêt lors d’une prise de décision, il s’abstient du vote. Ainsi, nous assurons une prise de décision impartiale et désintéressée.

 

Quels sont vos plus beaux souvenirs en lien avec votre mandat de présidente de la PNW?

J’aime me rappeler les discussions intéressantes que j’ai eues et le grand engagement de différentes personnes pour notre association. La collaboration fantastique et constructive que nous avons au sein du comité est un véritable enrichissement pour moi. La grande acceptation de notre travail auprès des membres, les nombreuses manifestations et championnats réussis et les succès remportés par nos juniors issus de nos programmes de promotion de la relève me remplissent également de joie.

 

Quels ont été les plus grands défis de votre mandat jusqu’à présent?

Comme déjà mentionné, il a fallu énormément de temps et beaucoup, beaucoup de discussions ont été nécessaires pour pourvoir les différents postes du comité. C’était un processus très fatigant et aussi démoralisant. Je souhaiterais que les gens soient plus disposés à s’investir, aussi sans compensation financière. Ce n’est qu’à travers notre engagement que nous pouvons préserver notre association régionale et avec elle les différents clubs locaux.

 

Qu’est-ce qui vous fascine dans le sport équestre?

Je suis moi-même cavalière active et propriétaire de chevaux. Le sport équestre et la compagnie des chevaux me permettent de trouver l’équilibre avec mon quotidien stressant. Ces animaux nous donnent énormément, mais ils nous apprennent aussi le sens de la responsabilité, la sensibilité, la sérénité et la discipline. Le cheval n’est pas un appareil de sport, c’est un partenaire.

 

Comment le sport équestre va-t-il évoluer selon vous? A quoi ressemblera-t-il dans 10, 20 ou 50 ans?

Je n’arrive pas à imaginer que le sport équestre disparaîtra un jour. Je pense cependant que nous devons repenser nos structures actuelles. Des thèmes comme l’éthique, le respect des animaux et la santé des chevaux vont certainement jouer un rôle de plus en plus important. Un autre sujet prédominant est la confrontation avec la protection des animaux. Mais la passion et la fascination que nous éprouvons pour le sport équestre va demeurer et captiver encore de nombreux amateurs de chevaux, qu’ils soient cavaliers ou non.

 

Que souhaitez-vous pour le sport équestre suisse? Et pour la PNW?

Au sport équestre suisse, je lui souhaite beaucoup de succès. Et je ne pense pas qu’aux succès internationaux, mais aussi aux petits progrès personnels que chacun d’entre nous fait avec son cheval. Ensuite, je souhaiterais plus de soutien pour le sport équestre de la part de la population et plus d’aide financière de la part de l’Etat pour les jeunes cavaliers ambitieux. Pour la PNW, je souhaite la continuation de la bonne collaboration avec nos associations membres, les autres associations régionales et la FSSE.

Interview menée par
Nicole Basieux

Andrea Bürki (deuxième à gauche) en action en tant que présidente de la PNW sur une place de concours  |  © màd Andrea Bürki (deuxième à gauche) en action en tant que présidente de la PNW sur une place de concours | © màd

Informations sur la PNW

Fondation: 1988
Membres: 29 associations, en tout env. 2500 personnes
Région d’activité: les cantons de Bâle-Ville et Bâle-Campagne, les régions de Dorneck, de Thierstein et du Leimental (canton de Soleure) ainsi que le Haut et le Bas Fricktal (canton d’Argovie).
Site web: www.pnw.ch
Facebook: www.facebook.com/PNW-189316917815929

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.