Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Elevage de chevaux

«Les deux manifestations se sont fondues l’une dans l’autre pour devenir une unité»

17 juillet 2017 08:01

Philipp Züger, président du Comité d’organisation du concours hippique de Galgenen, et
Marc Friedli, nouveau président ACSS, attendent avec impatience le concours et la vente aux enchères suisse des poulains d’élite qui y est intégrée pour la troisième fois déjà. Dans un entretien avec le «Bulletin», ils commentent l’élevage de chevaux en Suisse et expliquent pourquoi il faut avoir acheté un poulain dans une vente aux enchères au moins une fois dans sa vie.

L’installation à Galgenen. L’installation à Galgenen.

«Bulletin»: Du 2 au 6 août a lieu le concours hippique de Galgenen avec la vente aux enchères suisse des poulains d’élite le samedi soir qui y est intégrée pour la troisième fois. Qu’est-ce qui attend les spectateurs à Galgenen ces jours-là? Philipp Züger, d’un point de vue sportif?

Philipp Züger: Comme chaque année, nous essayons de maintenir notre philosophie et d’offrir des possibilités de participation à tous les niveaux. Du cavalier débutant au professionnel, tous peuvent prendre le départ chez nous. Une offre si complète, qui réunit non seulement le saut d’obstacles et le dressage mais aussi l’élevage, est presque unique en Suisse. Les points forts sont donc la kür de dressage et la vente aux enchères le samedi ainsi que l’épreuve qualificative pour le championnat suisse le dimanche.

Marc Friedli, à quoi peuvent s’attendre les spectateurs du point de vue de la vente aux enchères?

Marc Friedli: Les spectateurs peuvent s’attendre à une manifestation inoubliable avec des poulains de haute qualité. Cependant, comme Philipp l’a déjà expliqué, tout ne tourne pas autour des poulains, il s’agit plutôt d’une expérience globale comprenant le saut d’obstacles, la kür de dressage et aussi l’apparition de l’équipe Horseman, qui ne fait que très peu de représentations en Suisse. Galgenen est le meilleur endroit pour entrer en discussion avec d’autres passionnés et nouer de nouveaux contacts avec les éleveurs. Une vente aux enchères est également toujours un moment très émotionnel et reste ancré dans le souvenir des spectateurs.

Philipp Züger, la vente est organisée cette année pour la troisième fois à Galgenen. Comment s’est développée cette «manifestation dans la manifestation»?

Züger: La première année, le plus gros défi était de trouver tous les points de contact et les entrelacements. L’année passée, nous avons pu optimiser beaucoup de choses et profiter des synergies. Aujourd’hui, notre équipe est bien rodée et les deux manifestations se sont fondues l’une dans l’autre pour devenir une unité.

Marc Friedli, vous avez endossé le rôle de président de l’ACSS depuis cette année mais étiez déjà membre du comité directeur et aviez organisé plusieurs ventes aux enchères auparavant. Y a-t-il encore du potentiel pour faire évoluer la vente?

Friedli: La vente aux enchères avait déjà un standing assez élevé ces dernières années. Evidemment, il y a toujours des finesses ou des détails à améliorer. Selon moi, le plus gros potentiel réside dans l’activation et l’intégration d’éleveurs de Suisse romande et du Tessin. La Suisse romande dispose d’un grand élevage de qualité avec une excellente génétique. En plus de cela, nous essayons aussi de faire venir des acheteurs potentiels romands et tessinois à Galgenen. D’un point de vue organisationnel, nous nous trouvons déjà à un très bon niveau et le concours hippique de Galgenen est toujours au top.

La présélection des poulains pour la vente aux enchères a eu lieu récemment à Rickenbach et à Avenches. Etes-vous satisfait de la qualité des poulains de cette année?

Friedli: Les deux présélections ont été un grand succès. Nous avions déjà remarqué lors des inscriptions qu’il y avait des poulains très prometteurs avec des origines internationales, c’est pourquoi il a été extrêmement difficile cette année de choisir les meilleurs des meilleurs. Le panel des participants était très diversifié et de bonne qualité. Mes compliments vont donc aux éleveurs, qui ont très bien présenté leurs juments et leurs poulains, ce que nous voyons aussi comme une forme de reconnaissance envers l’ACSS.

Qu’est-ce qui attend les acheteurs potentiels?

Friedli: Des poulains avec une très bonne génétique, beaucoup de potentiel et des origines internationales. En effet, il y a des lignées très intéressantes, du jeune étalon prometteur au cheval olympique établi ... Tous les poulains sont qualitativement au top. Et comme il s’agit d’une vente aux enchères, l’on a la possibilité d’acquérir un super poulain à un prix convenable.

En avant-programme de la vente aura à nouveau lieu une kür avec des cavaliers de dressage suisses renommés. Vous réunissez donc les cavaliers de saut et de dressage ainsi que les éleveurs au même endroit, ce qui est très rare en Suisse. En Allemagne par contre, tel est le cas lors de nombreux concours. Ne serait-ce pas un modèle qui pourrait faire école en Suisse?

Friedli: Pour le public, c’est effectivement un grand événement et un changement bienvenu. Les synergies peuvent être utilisées en fonction, bien que cela demande plus de travail organisationnel et un plus grand nombre de bénévoles. Des manifestations comme celle-ci ne sont pas encore vraiment établies en Suisse, mais peut-être que nous jouons un rôle précurseur. Pour beaucoup d’organisateurs cependant, la place disponible pourrait être un problème, étant donné qu’il faudrait avoir plusieurs paddocks à disposition afin d’effectuer en même temps des épreuves de dressage et de saut, comme c’est le cas en Allemagne. Les contacts entre les cavaliers de saut et de dressage et les éleveurs sont très précieux. De cette manière, les éleveurs sont plus près du cavalier de sport et donc de l’acheteur potentiel. Les cavaliers de sport quant à eux ont ainsi peut-être la possibilité de trouver plus directement et rapidement leur cheval de relève.

Züger: Cela dépend toujours comment l’on souhaite positionner une manifestation. Pour une vente aux enchères, il est important et juste de toucher les cavaliers de sport. Le meilleur endroit pour le faire est donc lors d’une manifestation sportive. L’élevage concerne toutes les disciplines, c’est pourquoi il était logique pour nous d’organiser aussi quelque chose pour les cavaliers de dressage lors de notre concours de saut. C’est notre philosophie. Les cavaliers de saut et de dressage n’ont pas souvent à faire les uns aux autres, mais, une fois qu’ils se retrouvent ensemble sur une même place, l’intérêt réciproque est palpable.

Philipp Züger, vous êtes membre du cadre Saut Elite, président du comité d’organisation du concours hippique de Galgenen et directeur de la centrale bio-électrique de Galgenen. En plus de cela, votre famille gère l’élevage Züger comprenant plus de 70 chevaux. Comment arrivez-vous à concilier toutes ces tâches?

Züger: Pour moi, ce changement de décor est passionnant. Tout cela ne serait cependant pas possible sans le soutien de ma famille et d’une bonne équipe d’employés. Notre écurie de pension et d’école est spécialisée dans la formation de jeunes chevaux et cavaliers. Nous avons tous énormément d’expérience que nous partageons volontiers.

Votre famille s’était aussi fait un très bon nom dans l’élevage, certains de vos étalons, comme Raimondo ou Lombard, sont inoubliables. Vous n’avez plus d’étalons chez vous aujourd’hui mais restez tout de même étroitement lié à l’élevage en tant que cavalier de sport car vous achetez et formez des poulains et des jeunes chevaux. Comment jugez-vous l’élevage suisse en tant que cavalier de sport?

Züger: L’élevage chevalin suisse s’est beaucoup développé, entre autres aussi grâce à l’ouverture internationale et la possibilité d’utiliser des étalons étrangers. Il y a de plus en plus de bons chevaux suisses dans le sport de haut niveau. La vente aux enchères est aussi une plateforme bienvenue pour notre famille afin d’investir dans des poulains suisses de qualité dans l’espoir de pouvoir former de bons chevaux de sport à l’avenir.

Vous avez également formé vous-même vos chevaux de GP Casanova F Z et Cassido GZ et disposez d’un autre cheval de pointe avec Lykkeshoejs Castus avec lequel vous avez déjà gagné des petites épreuves lors de CSI-5*. Quels sont vos objectifs sportifs pour cette année?

Züger: J’espère être sélectionné pour des épreuves Coupe des nations et des compétitions 5* en Suisse. J’essaie toujours de rivaliser avec l’élite mondiale. Nous portons aussi une attention particulière à nos jeunes chevaux très prometteurs qui ont beaucoup de potentiel et essayons de les préparer soigneusement aux tâches plus hautes.

Marc Friedli, la famille de votre compagne présente régulièrement des poulains à la vente aux enchères suisse des poulains d’élite. Comment jugez-vous le marché actuel en Suisse? Les gens achètent-ils à nouveau plus de poulains?

Friedli: L’élevage chevalin en Suisse est toujours en phase de décroissance, mais d’une manière moins violente que ces dernières années. Il se trouve néanmoins en croissance pour ce qui est de la qualité, à laquelle les éleveurs portent une attention particulière. Le savoir-faire et les relations internationales ont augmenté, ce qui est certainement aussi dû aux réseaux sociaux. Les jeunes éleveurs amènent également un nouveau souffle dans le milieu. D’une manière générale, l’élevage suisse se trouve sur une bonne voie. Lorsque l’on acquiert un poulain, l’on achète finalement toujours de l’espérance. L’élevage doit rester un plaisir étant donné qu’il n’y a pas de garantie pour l’avenir. Bon nombre de poulains vendus par le biais de la vente aux enchères suisse des poulains d’élite sont aujourd’hui actifs dans le sport de compétition.

Quels conseils donneriez-vous à un acheteur potentiel qui souhaite acheter pour la première fois un poulain lors de la vente aux enchères?

Friedli: L’on ne peut pas vraiment se tromper lors de l’achat d’un poulain d’élite suisse. Les poulains sont jugés lors de la présélection par deux juges neutres, l’un venant de Suisse, l’autre d’Allemagne. Tous les poulains sélectionnés doivent passer un test santé. Et il y a une chose que la plupart des intéressés ne savent pas: s’il y a un poulain dans le lot qui nous intéresse, l’on peut contacter l’éleveur auparavant afin de voir le poulain à l’écurie et d’en apprendre plus sur son entourage. Les éleveurs aiment recevoir des acheteurs potentiels et montrer leurs poulains. Une autre possibilité est de voir les poulains le jour de la vente dans les écuries sous tente et de discuter avec les éleveurs sur place. Le jour des enchères, il y a également une présentation des poulains l’après-midi où ils peuvent être vus en mouvement.

Züger: L’achat d’un poulain est toujours lié à beaucoup d’émotions. Chaque passionné devrait vivre cela au moins une fois dans sa vie.

Katja Stuppia

Katja Stuppia

Le poulain Zira Blue ZSH. Le poulain Zira Blue ZSH.

Philipp Züger et Acolino.
 Philipp Züger et Acolino.


Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.