Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Détention des chevaux, aménagement du territoire

Mesures en faveur de l’environnement dans les écuries pour chevaux et les centres équestres

19 juin 2018 06:00

Les spécialistes des chevaux, les sportifs équestres et les cavaliers de loisir s’y connaissent en matière de monte, d’éthologie équine, de médecine vétérinaire, de soins aux sabots et de bien d’autres thèmes encore. Pourtant, au niveau des connaissances en matière de mesures de protection de l’environnement dans le cadre de la construction d’écuries et de centres équestres ainsi que de matériaux et de produits respectueux de l’environnement, il y a encore beaucoup à faire.

Le bois est très apprécié pour la construction de manèges et d’écuries. Il est important de veiller à ce qu’on utilise du bois indigène partout où cela est possible. Cela permet d’éviter que du bois provenant de la déforestation de la forêt vierge se retrouve en Suisse. (image: zVg) Le bois est très apprécié pour la construction de manèges et d’écuries. Il est important de veiller à ce qu’on utilise du bois indigène partout où cela est possible. Cela permet d’éviter que du bois provenant de la déforestation de la forêt vierge se retrouve en Suisse. (image: zVg)

La protection de l’environnement nous concerne tous et notre société en est consciente depuis fort longtemps. Or, cette notion reste encore lettre morte dans de nombreux centres équestres et écuries privées. Pourtant, avec des mesures de construction et des produits écologiques, on peut obtenir de très bons résultats tant dans les écuries privées que dans les centres équestres.

Une exploitation modèle
A Dürrenroth dans l’Emmental, Andrea et Paul Rindlisbacher ont réalisé un souhait de longue date avec leur centre équestre Chipf. Ce centre, avec son grand manège de 20 × 40 m et les douze stabulations libres, a été construit en complément de l’exploitation agricole déjà existante qui comportait quatre boxes et une place de sable, et il se distingue par des mesures de construction écologiques.

Matières premières renouvelables
Andrea Rindlisbacher raconte: «Lorsque nous avons planifié notre centre équestre, il était important pour nous qu’il soit optiquement assorti avec l’exploitation agricole. Dès lors, on a très vite compris qu’il nous fallait travailler avec autant de bois que possible. De plus, le fait que le bois soit très intéressant du point de vue écologique en tant que matière première renouvelable était encore plus appréciable.» La famille Rindlisbacher a veillé à ce qu’on utilise surtout des essences indigènes de manière à s’assurer qu’aucun bois provenant de l’exploitation abusive de la forêt vierge ne soit utilisé. Celui qui construit avec du bois devrait déjà envisager l’approvisionnement en bois indigène lors de l’établissement des plans. Et si, pour des raisons techniques, il faut utiliser des essences qui ne poussent pas chez nous, seul du bois avec le label FSC devrait être utilisé.

Lorsque nous avons planifié notre centre équestre, il était important pour nous qu’il soit optiquement assorti avec l’exploitation agricole. Dès lors, on a très vite compris qu’il nous fallait travailler avec autant de bois que possible.

Le centre équestre Chipf de la famille Rindlisbacher avec l’imposanteinstallation photovoltaïque sur le toit du manège. (image: zVg) Le centre équestre Chipf de la famille Rindlisbacher avec l’imposanteinstallation photovoltaïque sur le toit du manège. (image: zVg)

Une technologie photovoltaïque coûteuse
Les Rindlisbacher voulaient cependant encore plus qu’une simple construction en bois. Ils voulaient en effet équiper le grand toit du manège avec des panneaux photovoltaïques pour la production d’énergie. Or, ce projet dépassait leur budget. Et pourtant, une importante installation photovoltaïque couronne le manège. «Nous avons pu louer le toit à une entreprise privée. Ainsi, nous n’avons pas dû financer le tout et nous pouvons tout de même produire une énergie précieuse. Une situation bénéfique pour tous», selon Andrea Rindlisbacher.

Nous avons pu louer le toit à une entreprise privée. Ainsi, nous n’avons pas dû financer le tout et nous pouvons tout de même produire une énergie précieuse. Une situation bénéfique pour tous.

Utilisation de l’eau de pluie
Une mesure très intéressante en faveur de l’environnement est l’utilisation de l’eau de pluie pour arroser les sols de manèges et les paddocks extérieurs tout comme pour les chasses d’eau ou les aquatrainers. L’installation de la famille Rindlisbacher leur permet de faire partie des pionniers qui utilisent déjà l’eau de pluie pour l’irrigation des manèges. L’eau de pluie est conduite du toit par un système de filtre dans le réservoir d’eau de pluie. Les grands réservoirs nécessaires pour les centres équestres sont enterrés. A l’aide d’une pompe à pression, l’eau de pluie filtrée est amenée sur les lieux d’utilisation par un système spécial de tuyaux. Grâce à l’enregistrement automatique du niveau de remplissage, l’alimentation du réservoir vide est assurée par l’apport d’eau potable. La quantité d’eau économisée dépend des conditions climatiques. Et malgré le fait qu’il pleuve encore souvent chez nous malgré le réchauffement climatique, l’eau de pluie n’est que rarement utilisée, ce qui est vraiment dommage.

Nous restons informés et nous voulons tenir compte des aspects écologiques également pour les innovations futures tout en tablant sur la durabilité.

Lorsqu’on n’a besoin que d’un éclairage discret pour les chemins et les paddocks en sable, les lampes solaires sont une solution très écologique et décorative. (image: zVg) Lorsqu’on n’a besoin que d’un éclairage discret pour les chemins et les paddocks en sable, les lampes solaires sont une solution très écologique et décorative. (image: zVg)

Eclairage LED prévu
Dans les manèges tout comme dans les écuries, un bon éclairage est un avantage. La technologie LED est aujourd’hui la plus efficace en matière d’énergie et de durée de vie. Avec des éclairages LED tout comme avec des lampes économiques, on économise environ 80% d’énergie par rapport aux lampes à incandescence. Les LED ont cependant un plus grand spectre lumineux et ils ont une durée de vie plus longue. On peut par exemple choisir différentes intensités lumineuses du blanc chaud au blanc studio, voire des lumières de couleur. Actuellement, le centre Chipf de la famille Rindlisbacher n’est pas équipé d’éclairages LED, mais cela est prévu. Andrea et Paul Rindlisbacher nous disent: «Nous restons informés et nous voulons tenir compte des aspects écologiques également pour les innovations futures tout en tablant sur la durabilité.»

Des petites constructions efficaces en énergie
Pour les habitations avec écuries intégrées, le standard Minergie est recommandé. Minergie est un standard suisse de construction pour les nouveaux bâtiments mais également pour les bâtiments rénovés et modernisés. Ces constructions se distinguent par une consommation d’énergie très basse et une part aussi haute que possible en énergies renouvelables.
Cette modeste consommation d’énergie est obtenue grâce à une enveloppe d’édifice de haute qualité et à un renouvellement de l’air systématique, combinés à des énergies renouvelables comme par exemple la géothermie ou l’énergie solaire. Pour les manèges et les écuries isolés, le standard Minergie n’entre pas en question car ces bâtiments sont souvent des constructions dites froides et que seuls quelques locaux comme les bureaux, les toilettes, les douches et les salles de repos sont chauffés.

Protection de l’environnement format réduit
Le fait que des mesures écologiques ne soient pas que possibles pour de nouvelles constructions ou pour des rénovations est démontré par l’exemple d’Anna Siebenhaar et Walter Wirth. Pour ses deux chevaux, le couple a loué une petite stabulation libre avec place de sable et pré à Bazenheid dans le Toggenbourg. Du point de vue construction, tout était déjà là, mais le couple a voulu tabler sur l’écologie au niveau des petites choses pour lesquelles il pouvait décider lui-même.

Bio-Compolit comme litière
Ils ont choisi comme litière le Bio-Compolit composé d’un mélange de compost et d’écorce. Walter Wirth explique: «Nous voulions une litière qui soit plus saine pour les sabots, qui ne soit pas mangée par nos juments qui ont tendance à prendre du poids, et qui produise un volume aussi petit que possible de fumier. La litière Bio-Compolit remplit tous ces critères, elle est pauvre en poussière et elle absorbe l’urine permettant ainsi d’éviter toute odeur d’ammoniac.» Cette litière ayant un ph neutre, cela permet d’éviter une acidification du sol lorsqu’on enlève le fumier. Toutefois, la litière Bio-Compolit a quelques petits désavantages. Du fait de sa couleur brun foncé, les boxes et les stabulations libres semblent plus sombres qu’avec une litière plus claire comme la paille ou les copeaux. De plus, la litière se transforme relativement vite en bouillie lorsqu’avec la stabulation libre, les chevaux entrent et sortent relativement souvent en hiver, amenant de la neige dans l’écurie avec leurs sabots.

Nous voulions une litière qui soit plus saine pour les sabots, qui ne soit pas mangée par nos juments qui ont tendance à prendre du poids, et qui produise un volume aussi petit que possible de fumier.

Petites lampes solaires
Pour Siebenhaar et Wirth, des grands projecteurs pour la place de sable n’entraient pas en question. Cependant, il fallait tout de même un peu de lumière pour les sombres soirées d’hiver. Ils ont donc acheté un petit projecteur LED et installé autour de la place des petites lampes solaires qui s’intègrent bien optiquement parlant. Walter Wirth explique le montage et le fonctionnement de la manière suivante: «Au lieu d’avoir une alimentation secteur, les lampes sont équipées d’un module solaire avec batterie, elles n’ont donc pas besoin de raccordement électrique, ce qui les rend particulièrement intéressantes pour l’extérieur. Les cellules solaires rechargent la batterie durant la journée. Une fois le soir venu, la lampe solaire le reconnaît grâce à son capteur crépusculaire qui active alors la lampe en passant automatiquement du mode chargement au mode éclairage.» Selon Wirth, le montage des petites lampes solaires est très simple puisqu’il suffit de les planter dans le sol. «Mais nos deux chevaux ont constamment renversé les lampes et nous les avons vissées sur les piquets de la clôture», ajoute Wirth.

Chaque mesure compte
Conclusion: la durabilité est aujourd’hui un thème plus important que jamais. Nous consommons beaucoup de ressources, notre mode de vie produit beaucoup trop de CO2 et nos cours d’eau sont pollués. Il serait trop long de vouloir lister ici toute la gamme de problèmes environnementaux. Néanmoins, le fait est que chaque mesure compte et au niveau des écuries de chevaux et des centres équestres en particulier, il y a encore un grand potentiel d’amélioration en Suisse. Si le matériau bois est très apprécié dans le domaine équestre et que les éclairages LED sont de plus en plus souvent utilisés, la récupération de l’eau de pluie ou les maisons Minergie avec écuries intégrées sont encore l’exception. Il y a encore beaucoup à faire à ce niveau. A nous d’agir!

Barbara Würmli

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.