Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Détention des chevaux, aménagement du territoire

Pour que l’univers du cheval contribue à plus de biodiversité

01 novembre 2021 09:00

La promotion de la biodiversité de la flore et de la faune est une thématique importante. Il existe également de nombreuses options dans et autour de l’écurie.

Il y a près de cinq ans, Fabienne Meier a commencé à planifier un Paddock Trail à la ferme qu’elle gère avec son conjoint. L’objectif était de concevoir un système d’habitat naturel et adapté aux différentes espèces. Puis, la question des éléments de gazonnement appropriés s’est posée, et la production de foin adapté aux chevaux à partir d’une prairie riche en espèces a commencé. Pour la passionnée de cheval et de nature, ce fut le déclic pour aborder en profondeur l’élevage de chevaux favorisant la biodiversité et transmettre ses connaissances via le bureau de conseil Faunadea. Elle révèle ici quelques précieux conseils sur la façon dont chaque écurie peut être améliorée d’un point de vue écologique, avec des moyens faciles à mettre en oeuvre et peu coûteux.

En automne, les cynorhodons sont un vrai régal en plus d’être colorés. (Photo: Imago) En automne, les cynorhodons sont un vrai régal en plus d’être colorés. (Photo: Imago)

Suggestions d’automne

Une fois qu’il a été analysé pour quels animaux et plantes un habitat doit être créé dans l’écurie familiale, nous pouvons alors commencer. L’automne est une saison idéale pour créer des niches naturelles.

Les plantes sauvages fournissent habitat et nourriture à d’innombrables animaux (insectes, oiseaux, escargots, petits mammifères, etc.). Elles peuvent être cultivées dans un lit, dans des pots ou dans une partie séparée du pâturage. Un coin de plantes sauvages doit être créé au printemps. Cependant, elles peuvent aussi assurer des services importants en automne et en hiver. Si les plantes sont laissées debout, les tiges creuses offrent des opportunités hivernales aux insectes. Et il est important de cultiver des espèces non toxiques pour les chevaux.

Les haies et les buissons sont des habitats importants, car ils permettent aux animaux de traverser des paysages hostiles. En automne, leurs fruits sont une nourriture savoureuse pour les oiseaux et, dans le cas des cynorhodons, ils font aussi office de complément sain au menu du cheval. L’automne est le moment idéal pour planter des buissons de haie, par exemple pour clôturer un manège. Plusieurs petits groupes de haies avec baies ont une plus grande valeur écologique que les haies ininterrompues. Ici aussi, il faut s’appuyer sur des espèces bien tolérées par les chevaux, comme les saules.

Des tas de branches peuvent être empilés à partir du bois mort des arbres et arbustes. Ils offrent un refuge sûr pour de nombreux petits animaux. Les hérissons aiment hiberner dans ces tas. Il est également possible de créer une haie allongée pour la protection de la vie privée. Il convient de noter qu’il est important d’alterner matériaux fins et volumineux lorsque vous les empilez.

Les tas de pierres sont de petites structures précieuses, en particulier lorsque divers matériaux tels que du gravier, du sable, des cailloux et des rhizomes y sont intégrés. L’automne est le moment idéal pour créer cet élément structurel, car de nombreuses espèces telles que les insectes et reptiles peuvent hiverner ici. Ils doivent être érigés dans un endroit le mieux protégé possible des précipitations et sur un sol perméable afin qu’ils ne soient pas inondés en cas de pluie.

Vous n’avez pas nécessairement besoin d’enlever, à l’aide d’un souffleur bruyant, les feuilles qui tombent des arbres en automne. Les tas de feuilles sont très appréciés par de nombreux animaux pour se préparer à l’hibernation.

Les zones dans lesquelles ces niches naturelles sont créées ne doivent pas être accessibles aux chevaux, afin d’éviter de mettre fin brutalement au repos hivernal.

Laubhaufen bieten Igeln ein Überwinterungsquartier.
<br />
<br />Les tas de feuilles fournissent aux hérissons des quartiers d’hivernage. Les tas de feuilles fournissent aux hérissons des quartiers d’hivernage. (Photo: Muriel Willi)

Une approche sensée

Tout d’abord, il y a quelques conseils de base à intégrer. La situation géographique de l’écurie et les conditions écologiques existantes doivent être prises en compte. Cela implique de bien connaître les animaux et plantes qui sont indigènes et/ou menacés sur place. Car plutôt que de transplanter des fleurs exotiques dans un écosystème étranger, il est généralement préférable de privilégier les fleurs et herbes locales. Et le refuge pour la salamandre de feu, par exemple, n’est utilisé que si cette espèce d’amphibien s’est installée dans la zone et peut également trouver des sources de nourriture.

Au début, il est logique de vous limiter à une thématique spécifique. Souhaitez-vous créer un parterre de fleurs sauvages ou fournir des aires d’hivernage pour les hérissons? Si vous vous attaquez à trop de projets en même temps, vous risquez fort de vous enliser.

Pour des projets de refonte plus importants, il est conseillé de consulter des experts - comme les éco-bureaux locaux. Si la gestion de l’alimentation ou des pâturages doit être modifiée, les services spécialisés qui l’accompagnent doivent avoir les connaissances nécessaires en matière de chevaux.

Ein länglicher Asthaufen bietet guten Sichtschutz.
<br /> 
<br />Un tas de branches allongé offre une bonne protection visuelle. Un tas de branches allongé offre une bonne protection visuelle. (Photo: Muriel Willi)

Alimentation et litière respectueuses de la nature

De nombreux propriétaires de chevaux et probablement tous les exploitants d’écuries peuvent vous en dire beaucoup sur la recherche du foin optimal. Si vous souhaitez favoriser un habitat riche en espèces en matière d’alimentation, la question de savoir s’il est possible de donner du foin bio aux chevaux sans aucune hésitation se pose alors. Comme la teneur en sucre du foin bio a tendance à être faible en raison de la coupe tardive et des types d’herbe, il serait même idéal pour les chevaux, explique Fabienne Meier. Cependant, la croissance des champignons avec de telles zones herbeuses est souvent problématique, car de nombreuses prairies naturelles sont encore densément envahies, notamment dans les vallées. Seulement si vous connaissez bien la zone et pouvez apprécier si l’emplacement de la praire et sa composition d’herbacées et graminées sont optimales et ne contiennent aucune plante vénéneuse, le foin bio peut être utilisé sans hésitation. Une analyse en laboratoire est généralement conseillée pour le confirmer.

La paille dans l’idéal est non traitée avec des pesticides et n’est pas transportée sur de longues distances et contribue également à la préservation de la nature.

Ce même principe s’applique également à l’aliment concentré. Pour un bon équilibre écologique, il est recommandé de considérer les producteurs et les moulins biologiques locaux.

Pour ce qui est de la litière, le choix est de plus en plus vaste. Afin de trouver la solution la plus fonctionnelle et respectueuse de la nature, il est important de tenir compte des caractéristiques individuelles de l’écurie. Néanmoins, Fabienne Meier a des conseils de base sur la manière de prendre en compte l’analyse du cycle de vie. L’idéal est que la litière puisse soutenir l’économie circulaire, en d’autres termes, lorsqu’elle libère un engrais respectueux de la nature. Il est également indispensable, ici, de privilégier les produits indigènes.

Jungpflanzen sollten vor Verbiss geschützt werden.
<br />Les jeunes plants doivent être protégés des abroutissements. Les jeunes plants doivent être protégés des abroutissements. (Photo: Muriel Willi)

Les chemins à suivre vers un pâturage riche en espèces

La gestion des pâturages est un défi tout aussi important que la recherche d’une qualité de foin optimale. Une gestion extensive, respectueuse de la nature et favorisant la biodiversité des pâturages pour chevaux est souvent difficile à mettre en oeuvre en Suisse avec son espace assez limité. Les fabricants de semences en sont également conscients, c’est pourquoi ici, on propose presque exclusivement des mélanges de semences pour les pâturages de chevaux faisant l’objet d’une utilisation intensive. Néanmoins, il existe aussi des graines pour créer une prairie riche en espèces et en herbes, comme le recommande Fabienne Meier. S’il n’est pas possible de passer à une gestion extensive des pâturages, même un petit coin fleuri sur une partie clôturée du pâturage peut contribuer à plus de biodiversité. Les briques végétales offrent un moyen simple de créer des îlots de fleurs dans un vaste pré. Si toute la zone de pâturage doit être convertie en culture extensive, il faut de la patience, et l’intervention d’experts est aussi vivement conseillée.

Vous trouverez sur le Paddock Trail à Gunterswilen en Thurgovie (www.paddock-trail-gunterswilen.ch) ou dans le Seeland bernois à la pension pour chevaux de Fabienne Meier à Waltwil (https://waltwil4.ch) des possibilités de mise en oeuvre pratique de ces conseils et encore plus d’inspiration pour garder les chevaux en harmonie avec la nature.

Muriel Willi

 

Wildbienen nutzen geschnittene dürre Äste als Winterquartier.
<br />
<br />Les abeilles sauvages utilisent les tiges mortes coupées comme quartier d’hivernage. Les abeilles sauvages utilisent les tiges mortes coupées comme quartier d’hivernage. (Photo: Imago)

Soins des mûriers – pour favoriser les abeilles sauvages 

Les soins des mûriers sont un moyen simple de favoriser certaines espèces d’abeilles sauvages. Après la récolte des mûres, les vieilles tiges sont coupées en morceaux d’environ 80 cm de long.
Les tiges des mûriers contiennent de la moelle végétale et sont creusées, par exemple par les abeilles Ceratina, et servent ainsi de sites d’hivernage et de nidification.

Voilà comment procéder:
– choisissez un endroit ensoleillé,
– coupez le haut des tiges de mûrier mortes pour exposer la moelle,
– liez-les en un bouquet de trois à cinq pièces,
– fixez ces bouquets verticalement à un poteau/une clôture de jardin/une balustrade de balcon.

D'autres tiges végétales contenant de la moelle sont : Molène, chardon, armoise, framboises, vigne et sureau.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.