Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+
Dossier: Science des équidés

«Pourquoi ne veux-tu pas dormir?»

11 mars 2019 14:00

Les chevaux peuvent aussi souffrir d’un manque chronique de sommeil. Les animaux concernés peuvent alors présenter les symptômes d’une pseudonarcolepsie comme le fait d’osciller, voire même de tomber. Une étude devrait apporter des réponses quant aux mesures destinées à gérer simplement ce problème.

Chevaux au repos en groupe. Chevaux au repos en groupe.

Depuis quelques années, de plus en plus de chevaux présentent des blessures particulières aux articulations du genou, du boulet et du jarret et parfois même à la tête, sans raison apparente. C’est souvent bien plus tard que les propriétaires de ces dits chevaux découvrent, lors d’une phase de repos, que leur animal s’assoupit debout, la tête et l’encolure descendant lentement vers le sol et leurs membres antérieurs se pliant soit partiellement ou complètement. Habituellement, les chevaux se réveillent avant de tomber, s’étirent éventuellement, puis recommencent ce comportement. Les chevaux atteints se tiennent souvent lors des phases de repos à proximité d’un mur ou d’un coin ou même la tête par-dessus la porte de l’écurie afin de trouver un appui. Il est possible d’observer ces chevaux se rouler, mais on ne les trouve jamais ou du moins rarement allongés.

Ces anomalies renvoient à ce qu’on appelle la pseudonarcolepsie, un phénomène qui a été étudié dans plusieurs études scientifiques ces dernières années. Contrairement à la vraie narcolepsie, une maladie neurologique que l’on trouve chez l’homme et le chien mais très rarement chez le cheval, la pseudonarcolepsie est simplement causée par un manque persistant de sommeil.

La vidéosurveillance de l’aire de repos peut aider à contrôler le sommeil des chevaux. La vidéosurveillance de l’aire de repos peut aider à contrôler le sommeil des chevaux.

Le comportement de repos des chevaux

Les phases de récupération sont très importantes pour les chevaux tout comme pour nous, même si les équidés diffèrent considérablement des humains dans leur comportement de repos très caractéristique. En effet, les chevaux peuvent se reposer, voire même dormir debout, cependant des phases de repos couché sont nécessaires. Il y a trois niveaux d’intensité de repos chez les chevaux. Les assoupissements fréquents se produisent en position debout. Grâce au verrouillage de la rotule, le cheval qui somnole peut réduire sa dépense en énergie et ainsi se reposer debout. L’étape suivante est caractérisée par l’allongement du cheval sur le sol avec les jambes repliées sous le ventre. C’est dans ces deux positions de repos que s’effectue ce qu’on appelle le «slow wave sleep». La troisième et dernière étape, caractérisée par l’allongement du cheval sur le côté avec les jambes déployées, permet de réaliser le sommeil profond où le tonus musculaire est fortement réduit. Le sommeil profond n’est possible qu’en position latérale (ou en position couchée sur le ventre avec le menton appuyé sur le sol). Des mouvements oculaires rapides peuvent parfois être observés sous les paupières fermées, ce qui par exemple s’accompagne de phases de rêve chez l’homme (sommeil profond REM, Rapid Eye Movement Sleep). Les chevaux sauvages nous ont appris que la durée des périodes de repos dépend de la saison, de l’âge et du sexe. Elles durent environ sept heures chez le cheval adulte. L’allongement ne représente qu’une faible proportion du temps de repos total: entre une demi-heure et deux heures et demie. Cependant, s’allonger est un besoin essentiel pour le cheval, car pour une véritable récupération, toutes les étapes du repos doivent être respectées.

Un cheval se couche uniquement lorsqu’il se sent en sécurité

Pour un animal de fuite, se coucher est une prise de risques. Les chevaux ne se couchent donc que lorsqu’ils se sentent en sécurité et peuvent se relever rapidement. Ainsi, dans la détention individuelle ou en groupe, il se peut qu’un cheval ne s’allonge que rarement ou jamais à cause de l’insécurité. Ceci peut être dû à un nouvel environnement inconnu, à des difficultés ou des douleurs au moment de s’allonger et de se lever, aux emplacements pour se coucher trop petits ou pas assez fournis en litières, à d’autres conditions structurelles mais aussi à des conflits sociaux avec les autres chevaux du groupe. Si le cheval refuse de s’allonger pendant une longue période, ce comportement peut entraîner un manque chronique de sommeil profond REM avec diverses conséquences graves, telles que la pseudonarcolepsie mentionnée plus haut.

L’insécurité sociale comme cause

Parmi plusieurs causes possibles, une explication au fait qu’un cheval ne s’allonge plus peut aussi résider dans l’environnement social. En règle générale, les chevaux se sentent à l’aise et protégés près de leurs congénères et s’allongent pour dormir sans problème. Cependant, certains individus sont incapables de se détendre au sein d’un groupe ou lorsqu’ils sont détenus en boxe individuel à côté d’un voisin particulier. D’une part, il peut s’agir de chevaux de rang inférieur qui ont besoin d’une distance individuelle plus prononcée ou d’une protection vis-à-vis des chevaux de rang supérieur. Cependant, il peut aussi s’agir d’animaux de haut rang social avec un contrôle excessif sur les autres chevaux ou l’environnement, ce qui peut entraîner un stress chronique et donc une réduction du comportement couché. Les causes de l’environnement social peuvent également varier selon le cheval affecté. Pour améliorer la situation, il est important de choisir des mesures spécifiques à chaque cheval, ce qui exige de l’empathie et de la patience de la part du propriétaire.

Iris Bachmann
Bureau de conseils cheval, Agroscope, Haras national suisse

Etude sur le management des chevaux pseudonarcoleptiques détenus en boxe avec terrasse
Dans le cadre d’un travail de Bachelor à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et agroalimentaires (HAFL) à Zollikofen et en partenariat avec les éthologues du Haras National Suisse (Agroscope) à Avenches, une étude va être mise en place afin de tester 
le succès de simples mesures de gestion. Pour ce faire, nous sommes à la recherche de chevaux atteints de pseudonarcolepsie et détenus dans des boxes avec des sorties individuelles adjacentes, appelés aussi boxes avec aire de sortie attenante ou boxes terrasse. Si vous êtes intéressés à participer à ce travail, nous vous remercions de prendre contact directement avec nous par mail: bachelorHAFL@gmail.com.

Exemple typique de blessure chez 
un cheval qui présente une pseudo-narcolepsie. Exemple typique de blessure chez 
un cheval qui présente une pseudo-narcolepsie.

Exemple typique de blessure chez un cheval qui présente une pseudo-narcolepsie. Exemple typique de blessure chez un cheval qui présente une pseudo-narcolepsie.

Une quantité généreuse de litière est appréciée. Une quantité généreuse de litière est appréciée.

Un cheval a besoin de se sentir en sécurité pour se coucher. Un cheval a besoin de se sentir en sécurité pour se coucher.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.