Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Concours Complet
Concours Complet

Trois, deux, un, c’est parti pour une nouvelle saison de Concours Complet!

25 mars 2022 17:00

Durant l’hiver, les cavalières et cavaliers suisses de Concours Complet ont suivi une préparation ciblée en vue de la saison 2022. Des entraînements intensifs spécifiques avec des coaches spécialisés ainsi qu’une simulation de concours en présence d’un juge FEI autrichien ont permis à la discipline de faire le point et de constater que sa position de départ est pour le moins favorable!

Ces dernières années, le Concours Complet a connu un véritable boom en Suisse – une évolution que l’on doit principalement aux formidables succès des cavalières et cavaliers des cadres, lesquels ne reculent devant rien pour pouvoir pratiquer leur sport au meilleur niveau international. Mais l’énorme engagement du directoire et des responsables de la discipline au sein de la FSSE, ou encore le soutien généreux des propriétaires de chevaux, des donateurs et des sponsors ont également fait partie du tremplin qui leur a permis de rejoindre l’élite mondiale. Pour 2022, la discipline s’est fixé des objectifs sportifs ambitieux et a profité de l’hiver pour préparer le début de la saison sous des conditions optimales.

Le cavalier du cadre Elite Robin Godel discute de sa reprise de Dressage avec Christian Steiner. | © FSSE/C. Heimgartner Le cavalier du cadre Elite Robin Godel discute de sa reprise de Dressage avec Christian Steiner. | © FSSE/C. Heimgartner

Reclassement à la hausse par Swiss Olympic

Grâce aux succès réjouissants lors des Jeux Olympiques de Tokyo et des championnats d’Europe d’Avenches la saison dernière, la discipline Concours Complet a été réévaluée par Swiss Olympic. Or, ce classement détermine le montant de la contribution financière accordée par l’organisation faîtière du sport suisse aux disciplines sportives. En dehors des résultats obtenus, l’évaluation tient également compte du potentiel à moyen terme, de la mise en œuvre du concept de promotion et de l’importance de la discipline au niveau national. Le Concours Complet est désormais classé au niveau 3. En guise de comparaison, le Saut se situe dans la classification 1, le Dressage, l’Attelage et la Voltige dans la classification 4, l’Endurance et le Reining dans la classification 5.

Le Concours Complet a notamment investi ces nouveaux moyens financiers supplémentaires dans la préparation hivernale intense en vue de la saison à venir – ce dont n’ont pas uniquement profité les membres du cadre Elite! Lors des entraînements hebdomadaires de Saut et de Dressage ainsi que des entraînements masterclass de Cross qui ont eu lieu dans toute la Suisse, d’Avenches (VD) jusqu’à Dielsdorf (ZH) et Obergerlafingen (SO) en passant par Chalet-à-Gobet (VD), les cavalières et cavaliers de tous les cadres nationaux et de toutes les catégories d’âge ont été suivis individuellement par les coaches des différentes disciplines.

Robin Godel et Big Diamond lors de la préparation à la reprise de Dressage jugée par Christian Steiner | © FSSE/C. Heimgartner Robin Godel et Big Diamond lors de la préparation à la reprise de Dressage jugée par Christian Steiner | © FSSE/C. Heimgartner

D’excellents coaches dans toutes les disciplines partielles

La diversité des épreuves fait du Concours Complet la discipline reine des sports équestres: qu’il s’agisse du Dressage, du Cross ou du Saut d’obstacle, un entraînement intensif et ciblé est indispensable si l’on souhaite faire partie de l’élite mondiale.

Afin de ne rien laisser au hasard, le Concours Complet suisse fait confiance depuis plusieurs années au soutien précieux de deux spécialistes renommés et internationalement reconnus dans leur domaine: la légende anglo-suisse du Saut d’obstacle, Lesley McNaught, et la star du Cross néozélandaise, Andrew Nicholson. Cette collaboration est fortement appréciée par toutes les parties et permet aux cavalières et cavaliers de bénéficier de précieux conseils qu’ils peuvent alors approfondir lors de leur entraînement à domicile.

Jusqu’à présent, le Dressage a souvent été considéré comme le talon d’Achille des cavalières et cavaliers suisses de Concours Complet, ceux-ci ayant souvent perdu de nombreux points importants lors de cette première discipline partielle. C’est pourquoi, cette année, la préparation de la saison a, entre autres, été axée autour de l’entraînement de Dressage. Gilles Ngovan, un cavalier, entraîneur et formateur de Dressage suisse très expérimenté, lui-même membre du cadre Dressage Elite suisse, accompagne désormais les cadres du Concours Complet en tant que coach de Dressage. Extrêmement motivé et optimiste, il compte bien aider les cavalières et cavaliers suisses de Concours Complet à progresser (voir interview dans l’encadré).

Le juge FEI autrichien Christian Steiner evalue les complétistes suisses. | FSSE/C. Heimgartner Le juge FEI autrichien Christian Steiner evalue les complétistes suisses. | FSSE/C. Heimgartner

«Il faut plaire aux juges»

Pour clore l’entraînement hivernal, les responsables de la discipline ont organisé, fin février, une épreuve de Dressage sous des conditions de concours pour les membres des cadres du Concours Complet. Afin d’obtenir une estimation neutre et professionnelle du niveau actuel, le juge FEI autrichien et ancien cavalier de Dressage, de Saut et de Concours Complet de haut niveau, Christian Steiner, a été invité à Dielsdorf dans le canton de Zurich. Il a été chargé de noter et de commenter les reprises dans des conditions de concours – et sous la perspective du juge. En effet, comme le souligne le juge qui a officié l’année passée au championnat d’Europe à Avenches et qui jugera également le championnat du monde de Pratoni del Vivaro cette année: «En tant que cavalier, il faut plaire aux juges. Et en tant que juge, je ne peux noter que ce que je vois dans le carré de Dressage. Un peu de stratégie et une monte intelligente sont également nécessaires. Si l’on ne connaît pas le point de vue du juge, on a vite fait de perdre de précieux points sans s’en rendre compte. C’est ce que j’aimerais ici transmettre à l’équipe suisse de Concours Complet. Je ne dis pas comment améliorer quelque chose – ça, c’est le travail de l’entraîneur – mais ce qu’il faut améliorer. L’importance du Dressage est souvent sous-estimée en Concours Complet. Pourtant, il faut bien être conscient que, si l’on n’est pas dans le groupe de tête en Dressage, on a aucune chance de terminer parmi les premiers au classement final.»

Pour Christian Steiner, le fait que les cadres du Concours Complet puissent s’entraîner avec des coaches spécialisés dans toutes les disciplines partielles est une chance exceptionnelle. Il attribue d'ailleurs une bonne note globale aux cavalières et cavaliers suisses et leur donne encore un petit conseil au passage: «Naturellement un cheval qui a de bonnes allures permet de marquer des points dans l’épreuve de Dressage. Mais, pour le Cross, nous avons besoin de chevaux endurants et près du sang. Ceux-ci ont souvent des allures plutôt économiques. Pourtant, une monte précise, harmonieuse et une bonne soumission permettent également d’arriver parmi les premiers en Dressage, même avec un cheval moyen!»

Christian Steiner (à gauche) discute avec le responsable des cadres Dominik Burger. | © FSSE/C. Heimgartner Christian Steiner (à gauche) discute avec le responsable des cadres Dominik Burger. | © FSSE/C. Heimgartner

Une équipe performante

L’initiateur et responsable des cadres Elite et Perspective, Dominik Burger, tire également un bilan positif de cet échange entre le juge, l’entraîneur de Dressage de la discipline et les cavalières et cavaliers: «Christian Steiner est un expert reconnu dans son domaine et sait souligner les points forts et les points faibles des cavalières d’une manière positive. En outre, ses priorités coïncident tout à fait avec la philosophie de notre entraîneur de Dressage, Gilles Ngovan, et de tous les autres coaches. Des conditions donc idéales pour une amélioration durable des performances!»

Entre-temps, le coup d’envoi de la saison internationale a été lancé et la délégation suisse est parvenue, dès le premier grand concours international à Montelibretti en Italie, à obtenir des victoires et des classements sur le podium dans toutes les catégories. Un début donc plutôt prometteur! Pour la saison 2022, l’équipe suisse de Concours Complet pourra donc compter sur des couples intéressants et sur des chevaux – anciens mais également nouveaux – au potentiel très encourageant. Dominik Burger évoque donc la saison à venir avec beaucoup d’optimisme: «Grâce à ce nouveau soutien de Swiss Olympic, nous pouvons désormais compter sur la présence, sur place, de l’ensemble de l’équipe d’entraîneurs pour tous les concours internationaux importants figurant sur notre calendrier. En outre, de jeunes cavalières et cavaliers auront généralement la possibilité d’accompagner les cadres Elite et Perspective, ce qui nous permettra d’exploiter des synergies et d’assurer une bonne promotion de la relève. La saison sera essentiellement marquée par les championnats d’Europe des Juniors et des Jeunes cavaliers à Hartpury, en Angleterre, qui auront lieu au mois de juillet, ainsi que par les championnats du monde de l’Elite en Italie, à Pratoni del Vivaro, qui se dérouleront en septembre. Pour l’Elite, les objectifs de la saison sont clairs: renouer avec les succès des dernières saisons.»

Gilles Ngovan lors de l'entraînement de dressage des  complétistes à Dielsdorf. | © FSSE/C. Heimgartner Gilles Ngovan lors de l'entraînement de Dressage des complétistes à Dielsdorf. | © FSSE/C. Heimgartner

Questions à…
Gilles Ngovan


Comment êtes-vous devenu entraîneur de Dressage de l’équipe suisse de Concours Complet?
C’est l’entraîneur national de l’équipe suisse de Dressage, Oliver Oelrich, qui m’a abordé et m’a demandé si cette tâche ne m’intéressait pas. J’aime beaucoup enseigner, j’ai donc accepté de participer à une réunion de la discipline Concours Complet afin de discuter de cette fonction. J’ai tout de suite remarqué que l’ambiance était bonne et que tout le monde était très motivé et engagé. J’ai donc consenti.

Cet engagement en tant qu’entraîneur et votre propre carrière sportive sont-ils compatibles?
Pour l’instant, ma propre carrière sportive est encore au premier plan – je l’ai expliqué très clairement dès le départ et j’y accorde effectivement une grande importance. Naturellement, il a fallu que j’adapte mon quotidien dans mon écurie de formation: j’entraîne maintenant moins de chevaux afin de pouvoir consacrer suffisamment de temps à mon travail de coach. Désormais, je passe donc toute la journée du mercredi soit à Avenches, soit à Dielsdorf pour l’entraînement de Dressage des membres des cadres de Concours Complet. J’ai même adapté mon calendrier des concours afin de ne manquer aucune compétition de Dressage décisive, mais également d’être présent sur place lors des rendez-vous importants de Concours Complet.

Quelle est la différence entre le Dressage du Concours Complet et le Dressage «classique»?
Il n’y a aucune différence, en fait. Le Dressage reste le Dressage et les exercices sont toujours les mêmes. Naturellement, les chevaux sont différents, ils sont plus près du sang et ont de moins bonnes allures – bien que là aussi, il y ait des exceptions. Mais les bases d’une formation solide et classique ainsi que les critères de jugement sont les mêmes.

Quelle est votre impression à propos des cavalières et cavaliers suisses de CC?
La collaboration avec les cavalières et cavaliers est excellente. Ils sont intéressés et motivés – les progrès sont donc rapides. Mon objectif, mais également mon défi est de ne pas soutenir uniquement les cavaliers de Dressage talentueux dont le niveau est déjà excellent, mais également de tirer le maximum des cavaliers un peu moins doués pour le Dressage via une monte intelligente. Les résultats du premier concours international de la saison à Montelibretti (ITA) avec de nombreux classements parmi les premières places aux épreuves de Dressage et même une victoire suisse dans l’épreuve principale sont d’ailleurs extrêmement prometteurs!

Unité d'entraînement avant la reprise de dressage: Nadja Minder en selle sur Aquila B. | © FSSE/C. Heimgartner Unité d'entraînement avant la reprise de dressage: Nadja Minder en selle sur Aquila B. | © FSSE/C. Heimgartner

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.