Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Dressage
Dressage

C’est sonné pour les jeunes chevaux de Dressage!

02 février 2021 09:00

La FSSE propose de nouveaux programmes de Dressage pour jeunes chevaux qui entrent en vigueur pour la saison 2021. Ces nouvelles reprises mettent surtout l’accent sur les grandes figures fluides afin que les remontes puissent être présentées de façon optimale en tenant compte de leur âge.

Bretton Leaf KWG CH, monté par Corinne Sélébam Alt, a prouvé son talent dans les épreuves pour jeunes chevaux et s'est qualifié pour les Champoinnats du monde de Dressage des jeunes chevaux par biais des épreuves S an 2019. (© Katja Stuppia) Bretton Leaf KWG CH, monté par Corinne Sélébam Alt, a prouvé son talent dans les épreuves pour jeunes chevaux et s'est qualifié pour les Champoinnats du monde de Dressage des jeunes chevaux par biais des épreuves S an 2019. (© Katja Stuppia)

Grâce à l’élevage moderne, les chevaux de sport d’aujourd’hui naissent avec énormément de talent et d’aptitudes à développer sous la selle. Ce grand potentiel de performance couplé à un extérieur de cheval de sport presque idéal conduit cependant bon nombre de cavaliers et de propriétaires ambitieux à avoir des exigences prématurées envers ces jeunes talents. On a vite fait d’oublier que les apparences peuvent être trompeuses, et que, malgré tous les progrès de l’élevage, il ne faut pas sauter les étapes dans la formation des jeunes équidés! Leur corps athlétique étant encore fragile, les jeunes chevaux ne sont musculairement, anatomiquement et mentalement pas aussi développés qu’ils n’apparaissent au premier coup d’œil.

Prendre le temps nécessaire

Les épreuves pour jeunes chevaux constituent le tremplin de départ pour entrer dans le sport de compétition et doivent servir de pierres de touche dans la formation des équidés. Les exigences des différentes reprises suivent les étapes de la formation classique et contribuent ainsi au respect du bien-être de l’animal. Le groupe de travail de la FSSE qui s’est occupé de la révision des programmes devenus obsolètes est conscient de cette responsabilité envers les athlètes à quatre sabots. Les exigences des nouvelles reprises devaient être adaptées à l’âge des équidés et les figures à exécuter permettre la mise en valeur optimale de ceux-ci. Le cavalier de Dressage et formateur de jeunes chevaux Gilles Ngovan est membre de ce groupe de travail et souligne le fait que la Suisse dispose certes d’excellentes remontes, mais que ce réservoir de jeunes talents est relativement petit en comparaison avec ceux des grands pays d’élevage comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Danemark, c’est pourquoi il faut en prendre le plus grand soin: «Nos épreuves JC ne sont pas des plateformes de commercialisation dont le but est le spectacle, comme on peut parfois l’observer dans d’autres pays. Avec nos reprises pour jeunes chevaux, nous voulons pousser les cavaliers et cavalières à suivre une formation de base solide et honnête.» La cheffe technique de la discipline Dressage, Margret Dreier, estime également que l’objectif des épreuves JC, qu’elle aime juger personnellement, est à voir sur le long terme: «Les grandes trajectoires présentes dans les nouveaux programmes permettent aux chevaux modernes de montrer l’amplitude de leurs grands mouvements. Lors de l’évaluation des reprises, nous accordons de plus une grande importance à l’harmonie entre le cheval et le cavalier. Notre objectif est de laisser évoluer les bons chevaux en compétition longtemps, donc de ne pas surmener les jeunes talents. Le fait de revoir des chevaux devant ma table de juge dans une compétition de niveau plus élevé, des années après les avoir notés à 4 ans, me procure toujours une joie énorme.»

Gilles Ngovan, cavalier formateur de jeunes chevaux et cavalier de Dressage. (Katja Stuppia) Gilles Ngovan, cavalier formateur de jeunes chevaux et cavalier de Dressage. (Katja Stuppia)

Des programmes adaptés aux amateurs

Alors que les reprises de Dressage destinées aux 4 et 5 ans (JC 01/40 resp. JC 02/60) s’appuient sur les programmes FEI concordants et correspondent donc à des exigences internationales, les reprises pour les chevaux de 5 ans (JC 03/40 resp. JC 04/60) ne s’orientent pas au plus haut niveau mondial. On veut ainsi prendre en considération les particularités de la scène hippique suisse, comme l’explique Gilles Ngovan: «Nous ne sommes pas une nation d’équitation comme l’Allemagne par exemple. Dans notre pays, nous disposons certes de très bons cavaliers formateurs de jeunes chevaux, mais la plupart d’entre eux ne sont pas des professionnels, c’est pourquoi bon nombre de remontes sont présentées par des amateurs ou les éleveurs eux-mêmes dans les épreuves JC. C’est à ces cavaliers que sont destinés ces nouveaux programmes, dont les exigences ne sont pas autant élevées.» Eva Lachat, vice-présidente de la Fédération d’élevage du cheval de sport CH (FECH) et cavalière formatrice de jeunes chevaux chevronnée, se réjouit de présenter les nouvelles reprises au cours de cette saison: «Du point de vue de la FECH, les nouveaux programmes JC sont tout à fait défendables. Si le degré de difficulté était plus exigeant, beaucoup de cavaliers auraient de la peine à emmener leur chevaux à un niveau aussi élevé.»

Eva Lachat, cavalière formatrice de jeunes chevaux et éleveur de chevaux. (Katja Stuppia) Eva Lachat, cavalière formatrice de jeunes chevaux et éleveur de chevaux. (Katja Stuppia)

Des passerelles pour les superstars de demain

Le fait qu’il existe des talents à quatre sabots exceptionnels issus de l’élevage suisse fait consensus. On peut penser à Flirt de Lully CH, hongre provenant de l’élevage de Jean-Jacques Fünfschilling à Lully (FR), ou à la jument Well Done de la Roche CMF CH de l’élevage de Françoise Trembley à Ogens (VD), pour ne citer que deux exemples du passé récent. Tous deux avaient d’abord été présentés dans des épreuves JC en Suisse et ont finalement réussi à passer dans les plus hautes sphères du Dressage international avec des cavaliers d’élite étrangers. Eva Lachat est convaincue que le système suisse permet à de tels talents d’exception de se développer en fonction de leur potentiel: «Si un jeune cheval particulièrement talentueux remplit les exigences internationales, il peut se qualifier pour les Championnats du monde de Dressage des jeunes chevaux par biais des épreuves L à 5 ans, des épreuves M à 6 ans et des épreuves S à 7 ans.» Parmi ces jeunes stars, on compte par exemple l’étalon Bretton Leaf KWG CH, issu de l’élevage de Walter Kunz à Grosswangen (LU), qui s’est qualifié pour les Championnats du monde de Dressage des jeunes chevaux en 2019 à l’âge de 7 ans dans une épreuve nationale S avec la cavalière suisse Corinne Sélébam Alt de Dintikon (AG). L’étalon Fürst Alexander TM CH, de l’élevage de Christian Meyer à Jona (SG), s’est également qualifié pour ce championnat en 2020 avec le cavalier suisse Fabio Tino de Wollerau (SZ) dans le cadre d’épreuves L, mais la compétition n’a pas pu avoir lieu en raison de la pandémie.

Margret Dreier, Chefin Technik der Disziplin Dressur (SVPS-FSSE/Cornelia Heimgartner) Margret Dreier, cheffe technique de la discipline Dressage. (SVPS-FSSE/Cornelia Heimgartner)

Plus de flexibilité pour les organisateurs

Un souhait souvent évoqué par les personnes actives dans la formation de jeunes chevaux interrogées dans le cadre de ce projet était d’avoir plus de possibilités d’inscrire leurs protégés à des compétitions en Suisse. Après tout, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, et chaque départ est une occasion d’acquérir de la routinepour les athlètes en herbe à quatre sabots. Ce n’est qu’une fois que ces derniers ont acquis une certaine assurance en compétition qu’ils peuvent exploiter tout leur potentiel et leur talent. Pour cette raison, des modèles d’organisation flexibles ont été élaborés lors de la révision des programmes JC: les épreuves pour jeunes chevaux, d’ailleurs ouvertes aux remontes de toutes les races, peuvent désormais aussi être organisées sur des carrés de 20×40 mètres. Ainsi, tous les organisateurs ont à présent la possibilité de proposer des épreuves JC. Il est de plus clairement mentionné pour toutes les reprises si cellesci doivent être évaluées de manière individuelle ou collective par le jury, ce qui devrait permettre d’éviter les malentendus qui survenaient régulièrement au cours des dernières années. Pour finir, n’oublions pas que les jeunes chevaux d’aujourd’hui sont les bons professeurs de demain. Tous ceux qui ont affaire à eux – du formateur au juge en passant par l’organisateur de manifestation – se doivent donc de leur accorder le temps, l’attention et la patience nécessaires pour qu’ils puissent remplir leur destinée. Ou pour l’exprimer avec les paroles de Gilles Ngovan: «Que les chevaux aient les aptitudes pour évoluer au plus haut niveau du Dressage n’a finalement aucune importance. Une formation soigneuse est de toute manière une question de respect du bien-être animal et de sécurité pour tout cavalier et toute cavalière, et ce tout au long de la vie de l’équidé, peu importe la discipline pratiquée.»

Cornelia Heimgartner

Fürst Alexander TM CH s'est qualifié pour les Championnats du monde de Dressage des jeunes chevaux en 2020 avec son cavalier Fabio Tino dans le cadre d'épreuves du niveau L. (Katja Stuppia) Fürst Alexander TM CH s'est qualifié pour les Championnats du monde de Dressage des jeunes chevaux en 2020 avec son cavalier Fabio Tino dans le cadre d'épreuves du niveau L. (Katja Stuppia)

Les nouveaux programmes pour jeunes chevaux sont disponibles en ligne sur: fnch.ch > Disciplines > Dressage > Sport > Programmes de Dressage > Programmes Jeunes Chevaux

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.