Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Dressage
Dressage

Christoph Hess fait l’éloge du dressage suisse

20 mars 2022 09:00

Les préparations en vue de la saison de concours de la discipline Dressage battent leur plein. Le directoire de la discipline s’est félicité de la présence du juge de dressage international Christoph Hess à un cours de formation ayant pour objectif d’évaluer le niveau de performance actuel et les perspectives d’avenir des meilleurs cavaliers et cavalières de dressage suisses au sein des différents cadres. Les juges de dressage S suisses ont également profité de cette occasion pour échanger leurs expériences avec cet intervenant de renom.

En Suisse, ce modèle de formation avait disparu depuis longtemps: cavaliers, juges et entraîneurs se sont réunis pour discuter et évaluer les reprises en commun – de manière critique et parfois même controversée – tout en profitant de l’expérience ô combien précieuse de Christoph Hess, ambassadeur de longue date de la Fédération Allemande d’Equitation (FN) et juge de dressage passionné. L’intérêt suscité auprès des différentes parties était donc considérable, personne ne souhaitant passer à côté de cette occasion unique en son genre.

Meilin Ngovan et Dreamdancer à l'entraînement des cadres à Dielsdorf. | © FSSE/C. Heimgartner Meilin Ngovan et Dreamdancer à l'entraînement des cadres à Dielsdorf. | © FSSE/C. Heimgartner

Des commentaires plutôt que des notes

Christoph Hess s’était rendu à Dielsdorf, dans le canton de Zurich, avec un programme pour le moins marathonien: il avait en effet pour mission de juger, durant cette journée, les reprises de niveau jeunes chevaux à Grand Prix de cavalières et cavaliers des cadres Dressage Elite et Relève, c’est-à-dire de plus de 20 couples au total. Et ce, en mettant l’accent sur le commentaire – oral et écrit – et non pas sur la note. Les secrétaires, chargées de noter toutes ses observations sur le papier, ont été rudement sollicitées, tout comme les cavalières et cavaliers, lesquels ont été soumis aux commentaires de Christoph Hess directement après leur reprise.

Ce feed-back oral direct, généralement réservé aux épreuves pour jeunes chevaux, s’est avéré extrêmement précieux, non seulement pour les cavalières et cavaliers, mais aussi pour leurs entraineurs personnels également présents. Christoph Hess a souligné à plusieurs reprises l’importance qu’il accordait à l’harmonie entre le cheval et le cavalier. Son œil averti a su apprécier à juste titre une cavalière présentant son cheval avec beaucoup de tact ou un cavalier préparant et effectuant ses figures de manière intelligente. Mais les points critiques ont également été mis en avant, de manière directe, certes, mais également bienveillante.

Malgré le froid glacial dans le manège, Christoph a fait son commentaire oral directement après chaque reprise. De g. à d.: Oliver Oelrich (entraîneur national Dressage), Christoph Hess, Margret Dreier (cheffe technique Dressage), Ruth Haas (responsable des cadres Dressage Elite, Perspektive et U25) | © FSSE/C. Heimgartner Malgré le froid glacial dans le manège, Christoph a fait son commentaire oral directement après chaque reprise. De g. à d.: Oliver Oelrich (entraîneur national Dressage), Christoph Hess, Margret Dreier (cheffe technique Dressage), Ruth Haas (responsable des cadres Dressage Elite, Perspektive et U25) | © FSSE/C. Heimgartner

Une simulation de concours particulièrement précieuse

La saison des concours arrivant à grands pas, cette manifestation représentait un excellent exercice pour les cavalières et cavaliers et leur a permis de repasser en mode compétition. Un contrôle vétérinaire effectué par le vétérinaire de la discipline Christoph Kühnle, la détente dans un paddock séparé puis la reprise de dressage devant le jury ont pour beaucoup été l’occasion de faire un bilan important après l’entraînement hivernal.

Markus Graf a participé à cet évènement à différents titres: lui-même installé sur le site de Dielsdorf, il était présent en tant que cavalier de dressage du cadre Perspective, que juge de dressage S, mais également qu’entraîneur de sa fille Robynne qui, cette année, est parvenue à franchir le pas et à passer du cadre Poneys au cadre Juniors A. Quel que soit le point de vue sous lequel il se place il tire un bilan positif de cette journée: «La manifestation était remarquablement bien organisée! Je remercie la FSSE et toutes les personnes impliquées pour leur engagement. Les commentaires de Christophe Hess, mais également de l’entraîneur national Oliver Oelrich ainsi que les enregistrements vidéo ont été très instructifs. J’aurais juste souhaité que Christophe Hess attribue également une note globale à la fin de la reprise – car en fin de compte, l’évaluation se fait sous forme de notes en concours. Cela aurait permis de mieux situer le niveau de performance, notamment dans le contexte international. La manifestation a toutefois offert une excellente plateforme qui mériterait d’être exploitée davantage. L’échange entre les juges, les entraîneurs et les cavaliers est important et, avec autant d’entraîneurs expérimentés et renommés réunis en un même lieu, il aurait pu être intéressant de discuter des différentes approches d’entraînement et de la manière d’améliorer concrètement certaines lacunes mises en avant par les juges. Cela pourrait constituer un point clé lors d’un prochain cours de formation – dans tous les cas, l’organisation de telles manifestations est une excellente initiative.»

La Championne suisse en titre Charlotte «Tiggy» Lenherr et Sir Stanley à l'entraînement des cadres à Dielsdorf. | © FSSE/C. Heimgartner La Championne suisse en titre Charlotte «Tiggy» Lenherr et Sir Stanley à l'entraînement des cadres à Dielsdorf. | © FSSE/C. Heimgartner

Discussions également dans la cabine du jury

Pour les juges présents, le modèle de la manifestation était pour le moins inhabituel, il s’est toutefois rapidement avéré bénéfique: répartis par groupes de trois sur l’ensemble de la tribune, ils ont suivi les reprises, discuté entre eux et retenu des commentaires par rapport à certains exercices ainsi qu’une évaluation globale pour chaque couple. Une procédure très enrichissante, comme l’explique la juge de dressage S expérimentée, Barbara Gorsler: «L’échange direct avec les confrères et consœurs du jury s’est avéré particulièrement précieux. Discuter des différentes perceptions et évaluations était extrêmement intéressant. Il s’agissait en principe d’une sorte de jugement commun, comme on le connaît en Suisse pour les épreuves jeunes chevaux ainsi que dans les pays frontaliers pour les épreuves de niveau supérieur. Christoph Hess est pour moi un juge exemplaire en matière de commentaires positifs et, dans le petit groupe – mais également plus tard lors des échanges avec les entraîneurs et les cavaliers –, j’ai beaucoup apprécié l’atmosphère propice aux discussions ouvertes, une atmosphère que nous devrions continuer à entretenir. En tant que juges, nous devrions émettre des évaluations et des commentaires constructifs, mais également donner aux cavaliers et entraîneurs des sortes de devoirs pour la suite de leur travail. A cet égard, la manifestation de Dielsdorf a posé des jalons importants pour une poursuite de l’échange.»

Dans la soirée, l’échange d’idées avec les juges de dressage S présents était également axé sur le dialogue. Christophe Hess, riche de plus de 30 ans de carrière en tant que juge national et international, a encouragé ses confrères et consœurs à utiliser activement les cases commentaires sur les feuilles de notation afin de nuancer et d’expliquer la note. Plus encore, il a appelé cultiver l’échange dans la cabine du jury: «Les discussions sont importantes afin de dissiper les doutes et de pouvoir catégoriser ce que l’on a vu.». La présentation personnelle du parcours de deux cavalières du cadre des Jeunes Cavaliers et de deux cavalières du cadre Juniors, encadrées par Heidi Bemelmans, entraîneur de longue date et responsable des cadres pour la relève, a constitué un complément intéressant à la manifestation du soir.

Les juges présents ont évalué et commenté les reprises ensemble. | © FSSE/C. Heimgartner Les juges présents ont évalué et commenté les reprises ensemble. | © FSSE/C. Heimgartner

«Jugement positif»

Lors des échanges d’expérience, Christoph Hess a également insisté à plusieurs reprises sur un autre point qui lui tient particulièrement à cœur: le principe du «jugement positif», consistant pour le juge à ne pas uniquement chercher les erreurs, mais également les aspects positifs – dans les commentaires tout comme dans l’attribution des notes: «En tant que juges, nous devons former notre œil à reconnaître les points positifs et, le cas échéant, à les noter en conséquence!»

Pour Christoph Hess, cela signifie qu’un couple cavalier-cheval qui a commis une faute lors d’un mouvement mérite qu’on lui donne la chance d’obtenir une excellente note pour la figure suivante. Ici, il a comparé le dressage au saut d’obstacle: «Quand une barre tombe sur un parcours, le cavalier doit immédiatement aller de nouveau vers l’avant afin de franchir les obstacles restants sans faute. Ce qui est arrivé est arrivé. En tant que cavalier, il faut pouvoir l’oublier tout de suite. Et en tant que juges, nous devons également faire abstraction de cette erreur et évaluer la figure suivante sans préjugé.»

 

L’évaluation des juges en tant que référence

En tant que pédagogue diplômé de formation, Christoph Hess attache une importance particulière au processus d’apprentissage. Lors de son échange avec les juges, il a insisté sur la responsabilité pédagogique du jury et sur le fait que l’évaluation devait permettre aux cavalières et cavaliers de faire le point sur leur niveau de formation et celui de leur partenaire animal: «Quand le cavalier rentre chez lui après la manifestation, il doit savoir sur quels points il va devoir travailler!»

L’entraîneur national suisse de dressage, Oliver Oelrich, qui était également présent à la manifestation, a approuvé ce principe. Il a toutefois souligné, en prenant l’exemple de l’assiette du cavalier, que le véritable jugement ne doit pas non plus exclure les critiques: «Si la position de la cavalière est mauvaise ce jour-là, elle doit être notée en conséquence, et ce, même si le juge sait qu’elle a une très bonne assiette d’habitude. Une telle évaluation améliore la compréhension et renforce l’effet d’apprentissage. Les juges doivent émettre des signaux clairs et ne pas hésiter à utiliser la case des commentaires afin de justifier une mauvaise note.»

«Jugement positif» – ainsi, les cavaliers et les chevaux quittent le carré avec un bon sentiment. A l'image: Andrina Suter avec Briatore âgé de 7 ans. | © FSSE/C. Heimgartner «Jugement positif» – ainsi, les cavaliers et les chevaux quittent le carré avec un bon sentiment. A l'image: Andrina Suter avec Briatore âgé de 7 ans. | © FSSE/C. Heimgartner

Des cavaliers talentueux et des chevaux formidables

Malgré les points critiques mis en avant par les commentaires de Christoph Hess directement après la reprise ou lors de l’échange avec les juges dans le cadre de l’analyse vidéo, les notes attribuées au dressage suisse ont été plus que satisfaisantes: «Nous avons vu aujourd’hui un grand nombre de cavalières et cavaliers talentueux montant des chevaux formidables, et ce, dans toutes les catégories de performance et d’âge: du jeune cheval au Grand Prix en passant par la Relève. Le dressage suisse va pouvoir s’appuyer là-dessus pour progresser!»

Même la cheffe sport de la discipline Dressage, Natascha Renfer, tire un bilan positif de la manifestation et attend désormais le début de la saison avec impatience: «Pour moi, ce cours de formation a constitué une étape importante. Nous devons le succès de cette manifestation à l’excellent travail d’équipe de l’ensemble des participants! Chacun d’eux s’est investi et a apporté sa contribution personnelle au bon déroulement de l’évènement. Cette équipe n’est pas uniquement constituée de la discipline Dressage et du secrétariat de la FSSE, mais également de tous les acteurs du dressage suisse, des cavaliers aux juges en passant par les entraîneurs et les propriétaires de chevaux. Cette manifestation nous a permis, en tant qu’équipe, de resserrer encore davantage les liens qui nous unissent, chacun de nous contribuant à faire avancer le dressage. Nous avons pu constater que le dressage suisse était sur la bonne voie, mais que nous devions encore intensifier notre travail de développement dans le domaine de la relève afin de recruter de nouveaux talents pour rejoindre les cadres. Les questions critiques sont importantes et peuvent nous aider à progresser. Mais le communication ouverte, la volonté de dialogue et la collaboration en tant qu’équipe le sont encore plus.»

 

En route vers l’avenir!

La manifestation avec Christoph Hess ayant suscité un grand intérêt de la part des participants, la discipline Dressage prévoit désormais d’organiser d’autres rencontres de ce genre en temps voulu. Mais maintenant, la saison des concours approche à grands pas avec des temps forts tels que les championnats du monde Elite au Danemark en août, ou encore les championnats d’Europe des juniors et jeunes cavaliers en Angleterre en juillet, les championnats d’Europe des cavaliers de moins de 25 ans en Hongrie au mois d’août et les championnats d’Europe poneys en Pologne, également au mois d’août.

Le dressage suisse a pris son envol et semble avoir le vent en poupe. Toute l’équipe est extrêmement motivée et souhaite rejoindre, à long terme, l’élite mondial.

Cornelia Heimgartner

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.