Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Saut
Saut

Andy Kistler passe le témoin

14 septembre 2020 09:00

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 auraient dû être le dernier grand événement inoubliable de sa carrière de chef d’équipe, mais l’apparition d’un virus qui a mis la terre entière sens dessus dessous a chamboulé tout le programme de la saison. Malgré ce bémol final, Andy Kistler, qui a connu de nombreux hauts et bas au cours des sept années passées aux côtés des cavaliers suisses de l’élite de Saut, a marqué le cadre de son empreinte en tant que force tranquille et engagée oeuvrant à l’arrière de la scène.

L’homme de famille Andy Kistler aux CE d’Aix-la-Chapelle en 2015 avec ses deux filles qui lui avait fait découvrir les sports équestres.  |  © FSSE/Nadine Niklaus L’homme de famille Andy Kistler aux CE d’Aix-la-Chapelle en 2015 avec ses deux filles qui lui avait fait découvrir les sports équestres. | © FSSE/Nadine Niklaus

Lorsqu’il débuta son mandat de chef d’équipe en 2014, Andy Kistler a pu s’appuyer sur l’expérience qu’il avait acquise en tant que remplaçant de son prédécesseur, Urs Grüning. Bien qu’il ne soit pas cavalier lui-même, le monde hippique lui était déjà familier de longue date étant donné que ses filles Fränzi et Marianne ont toutes deux été membres des cadres Juniors et Jeunes cavaliers de la FSSE. Le Schwyzois, passionné de sport depuis toujours, préfère néanmoins être assis sur un vélo que sur un cheval et avoir les lattes aux pieds dans la poudreuse plutôt que sur un obstacle devant lui.

 

Le grand huit des championnats

La première grande manifestation de la carrière d’Andy Kistler en tant que chef d’équipe furent les Jeux équestres mondiaux en Normandie. C’est au cours de cette compétition qu’il a pris l’habitude de partager ses impressions sur son blog, qui s’est établi et est devenu populaire depuis. Malgré une bonne préparation, ce championnat ne s’est pourtant pas déroulé comme prévu: l’équipe suisse manqua un classement dans le Top Ten, et la qualification directe pour les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro (BRA) de 2016 semblait hors de portée. C’est avec cette grosse déception qu’a débuté le mandat du chef d’équipe pourtant hautement motivé.

Lors des Championnats d’Europe d’Aix-la-Chapelle (GER) l’année suivante, la pression que reposait sur les épaules de tous les membres de l’équipe était énorme, la nervosité se faisait sentir. Andy Kistler a résumé la situation de la manière suivante dans son blog: «Ce furent des journées extrêmement émotionnelles à Aix-la-Chapelle et j’ai encore de la peine à croire à ce qu’il s’est passé.» En effet, se trouvant dans une situation initiale tout sauf idéale après la première épreuve, l’équipe entourant Andy Kistler a réussi à remonter jusqu’à la troisième place du classement, s’assurant ainsi la médaille de bronze ainsi qu’une qualification pour les JO de Rio. La joie et le soulagement qu’apporta ce succès étaient énormes!

Toujours prêt pour une petite plaisanterie: dans le cadre de la finale Coupe du monde de Göteborg en 2016, Andy Kistler mène une interview avec Steve Guerdat pour la télévison suisse allemande.  |  © FSSE/Nadine Niklaus Toujours prêt pour une petite plaisanterie: dans le cadre de la finale Coupe du monde de Göteborg en 2016, Andy Kistler mène une interview avec Steve Guerdat pour la télévison suisse allemande. | © FSSE/Nadine Niklaus

Le bilan de l’expédition à Rio qu’Andy Kistler tira dans son blog fut, quant à lui, plutôt mitigé. Une médaille individuelle était à portée de main, mais il en fut autrement: «La médaille nous a échappé de peu, de très peu même. Il ne nous a manqué qu’un pas pour écrire un nouveau chapitre de l’histoire du sport de notre pays.» Malgré tout, la vie dans le village olympique ainsi que l’atmosphère de cette fête mondiale du sport resteront inoubliables pour Andy Kistler, qui n’aura malheureusement pas l’occasion de vivre une seconde aventure olympique en tant que chef d’équipe en raison du report des JO de cette année.

Le point fort de la saison 2017 furent les Championnats d’Europe de Göteborg (SWE). L’importance que le chef d’équipe accordait à la délégation suisse dans son ensemble - et pas uniquement aux cavaliers et aux cavalières, mais aussi aux aides discrètes en arrière-plan - a été relevée dans l’article de blog rédigé quelques jours après cette manifestation. «Je suis encore plein d’émotions et de joie. Notre but était de remporter une médaille à Göteborg, et nous avons atteint cet objectif en décrochant la médaille de bronze par équipe. Je suis très fier de notre équipe composée de Nadja Peter Steiner, Romain Duguet, Martin Fuchs et Steve Guerdat. Mais ce n’est pas que la performance des cavaliers qui a été fantastique, mais aussi le soutien qui nous a été apporté, en particulier par notre coach technique Thomas Fuchs, ainsi que par notre vétérinaire d’équipe Thomas Wagner et notre cavalière de réserve Janika Sprunger. J’aimerais aussi mentionner nos grooms, qui ont à nouveau fait un excellent travail, les propriétaires de nos chevaux, qui étaient tous sur place pour nous encourager, ainsi que la direction de la délégation suisse et les représentants du secrétariat de notre fédération, qui nous ont tous épaulés.»

Andy Kistler (au milieu) et toute l’équipe se réjouissent du bon parcours de Steve Guerdat et Bianca aux JEM de Tryon (USA) en 2018  |   © Hippo Foto / Dirk Caremans Andy Kistler (au milieu) et toute l’équipe se réjouissent du bon parcours de Steve Guerdat et Bianca aux JEM de Tryon (USA) en 2018 | © Hippo Foto / Dirk Caremans

Mais les aventures n’ont réellement commencé qu’en 2018 avec les Jeux équestres mondiaux de Tryon (USA), ou plutôt avant ceux-ci, pour Andy Kistler. En effet, les avertissements d’ouragan provenant de l’autre côté de l’Atlantique que le chef d’équipe reçut chez lui à Reichenburg avant le départ inquiétèrent lui et son équipe. Pouvait-il prendre le risque de monter à bord d’un avion avec ses protégés dans de telles conditions? Le vol réservé de longue date partit finalement sans la délégation suisse de Saut d’obstacles. Comme les prévisions météorologiques annonçaient un temps plus calme le lendemain déjà, le voyage fut entrepris avec un jour de retard. Cependant, au lieu d’atterrir à un aéroport proche du lieu de compétition comme prévu initialement, la délégation suisse a dû effectuer les dernières heures du voyage en voiture et camion jusqu’à Tryon. Ce «tour d’honneur» précédant la compétition sembla pourtant avoir motivé les cavaliers plus qu’autre chose, étant donné que ceux-ci se retrouvèrent à la tête du classement par pays après les deux premières épreuves. Le troisième jour de compétition cependant, l’équipe d’Andy Kistler semblait être poursuivie par la malchance. Bien qu’ils réussissent à décrocher la qualification olympique tant désirée, les cavaliers suisses manquèrent le podium de peu en se classant au quatrième rang final de ces championnats. Andy Kistler n’a pas pu cacher sa déception lors de l’interview qui s’en est suivi: «Nous sommes extrêmement déçus de ces résultats au vu de notre super position dans le classement d’hier. Nous devons à présent digérer ce qu’il s’est passé. Steve et Martin vont cependant tout donner dimanche et tenter de remporter une médaille en individuel.» Heureusement, les deux cavaliers d’exception ont effectivement répondu aux attentes du chef d’équipe: Martin Fuchs avec Clooney et Steve Guerdat avec Bianca décrochèrent la médaille d’argent, respectivement celle de bronze, grâce à deux parcours sans faute lors de la finale individuelle de ces Championnats du monde. Submergé par les émotions, Andy Kistler a exprimé son soulagement de la manière suivante: «Avec ces deux médailles, nous avons en fait remporté l’or par équipe! Quel succès fantastique et historique pour notre sport!»

En 2019, c’est Martin Fuchs qui a pour ainsi dire placé la cerise sur le gâteau de la carrière du chef d’équipe: lors des Championnats d’Europe de Rotterdam, auxquels la performance de l’équipe suisse a été plutôt décevante, il s’adjugea la médaille d’or entièrement méritée avec l’exceptionnel Clooney!

Andy Kistler ne pourra malheureusement pas couronner sa carrière de chef d’équipe avec une deuxième participation aux Jeux Olympiques en raison de la pandémie qui touche le monde entier cette année. Il a néanmoins atteint de nombreux objectifs avec «ses» cavaliers de Saut - et ce non seulement lors de championnats mais aussi dans des épreuves de Coupe des nations et de Coupe du monde.

Andy Kistler, fier chef d’équipe, à la coupe des nations de La Baule (FRA) en 2019 avec Brian Balsiger (à gauche) et Steve Guerdat  |  © Hippo Foto/Dirk Caremans Andy Kistler, fier chef d’équipe, à la coupe des nations de La Baule (FRA) en 2019 avec Brian Balsiger (à gauche) et Steve Guerdat | © Hippo Foto/Dirk Caremans

Bon communicateur et père de famille

L’esprit d’équipe a été un élément fondamental pour Andy Kistler tout au long de son mandat. Ce faisant, il a toujours souligné que l’équipe ne se composait pas uniquement des cavaliers et cavalières, mais également de l’entourage de ceux-ci, des grooms et des propriétaires de chevaux. En outre, il a toujours accordé une grande importance aux relations interpersonnelles et entretenait un bon contact avec les autres chefs d’équipe tout comme avec les propriétaires de chevaux et les organisateurs de manifestation.

En tant que père de quatre enfants, Andy Kistler est également très proche de sa famille et se réjouit d’avoir dorénavant plus de temps à consacrer à ses petits-enfants. Sa femme Agnes, qui l’a toujours soutenu et assuré ses arrières si nécessaire, est également heureuse de pouvoir passer plus de temps avec son mari dans leur nouvelle maison construite récemment - la statue de cheval en bronze qu’Andy Kistler a reçu comme cadeau de départ de la discipline Saut en orne désormais le jardin.

Pourtant, on ne peut pas dire qu’Andy Kistler prenne sa retraite en quittant son poste de chef d’équipe! Le droguiste de formation et gérant de grandes entreprises internationales siège notamment au conseil d’administration de l’agence de placement Top Fifty Interim et de la boulangerie industrielle Romer’s. Il gardera en outre également un pied dans le monde du cheval en tant que président de compétition du CSI de Bâle.

Au cours de son mandat de chef d’équipe, Andy Kistler a toujours aimé sortir des sentiers battus du sport équestre. Il s’est ainsi engagé pour développer d’autres aspects négligés - parfois encore aujourd’hui - de sa discipline équestre, comme la préparation mentale et l’entraînement physique des cavaliers.

Présentation du successeur d’Andy Kistler, Michel Sorg (à gauche), dans le cadre du CHI de Genève en 2019  |  © Hippo Foto/Drik Caremans Présentation du successeur d’Andy Kistler, Michel Sorg (à gauche), dans le cadre du CHI de Genève en 2019 | © Hippo Foto/Drik Caremans

La continuité assurée

Après la cérémonie d’adieu pour Andy Kistler dans le cadre du Championnat suisse de Saut élite à Humlikon (ZH), le témoin est passé à Michel Sorg, jusque-là chef du sport de la discipline Saut. Le Genevois entend poursuivre le chemin emprunté par Andy Kistler aux côtés du coach technique Thomas Fuchs et du préparateur mental Jörg Wetzel qui accompagnaient déjà les cavaliers de Saut jusqu’ici. Le passage de témoin a été préparé au cours de l’été afin d’assurer une transition sans interruption. Andy Kistler restera pourtant à disposition de l’élite suisse de Saut de manière ponctuelle à l’avenir en tant que chef d’équipe adjoint.

Avec Andy Kistler, le vétérinaire d’équipe actuel Thomas Wagner prend également sa retraite. Il avait encadré les différentes délégations à tous les championnats internationaux et à de nombreux CSIO pendant de nombreuses années. Son poste est repris par Fabian Huwiler, qui avait accompagné l’équipe suisse à plusieurs compétitions internationales aux côtés d’Andy Kistler en 2019 en tant que vétérinaire de la discipline et membre du directoire Saut.

Le directoire de la discipline Saut et le secrétariat de la FSSE remercient Andy Kistler chaleureusement pour son immense engagement au cours de toutes ces années et lui souhaitent bonheur et réussite pour ses futurs projets.

Cornelia Heimgartner

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.