Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Saut
Saut

«Trois questions à…»: Thomas Fuchs

01 juin 2022 10:00

Ancien cavalier international de saut d'obstacles au palmarès impressionnant lors des championnats du monde et d'Europe, Thomas Fuchs travaille depuis plusieurs années déjà avec succès en tant que coach technique du cadre d'élite suisse. Dans le cadre de cette fonction, il s'occupe également des athlètes avant, pendant et après les grands concours. Le CSIO de Saint-Gall est l'un des principaux objectifs de la saison pour les cavaliers de saut suisses.

Avec la série d'interviews «Trois questions à...», la Fédération Suisse des Sports Equestres accompagne les cavalières et cavaliers de saut ainsi que leur entourage tout au long de la saison et offre un aperçu passionnant des coulisses de ce sport fascinant.

Thomas Fuchs anlässlich der EM in Göteborg 2017 (Bild: Nicole Basieux/SVPS) Thomas Fuchs anlässlich der EM in Göteborg 2017 (Bild: Nicole Basieux/SVPS)

Thomas Fuchs, quelle est l’importance pour la Suisse d’organiser un concours comme le CSIO de Saint-Gall ?

Pour les cavaliers et cavalières suisses de saut d'obstacles, le CSIO à domicile est bien sûr l'un des plus importants. En principe, chaque pays peut organiser une ou deux Coupes des Nations. Maintenant que nous évoluons dans la ligue supérieure du saut d'obstacles, Saint-Gall constitue l'un des principaux objectifs de la saison, car il est l'un des quatre CSIO qui comptent pour la finale de la Coupe des nations à Barcelone. Les départs à Saint-Gall ne sont pas seulement importants d'un point de vue sportif, mais aussi d'un point de vue émotionnel, car il s'agit de l'un des plus grands tournois sur le sol suisse. L'ambiance au Gründenmoos est unique.

CSIO St-Gall 2021 (de g. à dr.) le chef d’équipe Michel Sorg, Martin Fuchs, Steve Guerdat, Bryan Balsiger , Beat Mändli, le coach Thomas Fuchs (photo: Katja Stuppia) CSIO St-Gall 2021 (de g. à dr.) le chef d’équipe Michel Sorg, Martin Fuchs, Steve Guerdat, Bryan Balsiger , Beat Mändli, le coach Thomas Fuchs (photo: Katja Stuppia)

Pour la saison en plein air 2022, beaucoup de choses sont au programme : de nombreuses Coupes des nations, puis, espérons-le, la qualification pour les JO (Paris) lors du championnat du monde. Quelles chances voyez-vous pour la Suisse ?

Bien que nous ayons obtenu de bons résultats jusqu'à présent, la Suisse doit également faire face à des défis. Le nombre de cavaliers et cavalières que nous pouvons envoyer aux Prix des nations 5* est limité. L'objectif de Michel Sorg (chef d'équipe) et de moi-même est de permettre à chaque athlète prometteur et talentueux de prendre part à un CSIO. Cela nous permet également de savoir quels couples nous allons finalement nommer pour le championnat du monde. Ces dernières années, la Suisse a pu compter sur quelques très bons jeunes cavaliers et cavalières. Nous donnerons à certains d'entre eux la chance de concourir pour les grands CSIO en 2022. A Saint-Gall, ce sera par exemple le cas d'Edouard Schmitz qui n'a encore jamais participé à un Prix des nations 5*.

Victoire à Riesenbeck (GER) en 2021 : l'équipe suisse remporte le titre européen par équipe. De g. à d. : Elian Baumann, Bryan Balsiger, Martin Fuchs, Steve Guerdat, Michel Sorg (chef d'équipe), Thomas Fuchs (coach) Victoire à Riesenbeck (GER) en 2021 : l'équipe suisse remporte le titre européen par équipe. De g. à d. : Elian Baumann, Bryan Balsiger, Martin Fuchs, Steve Guerdat, Michel Sorg (chef d'équipe), Thomas Fuchs (coach)

Qu’appréciez-vous dans la collaboration avec Michel Sorg, le chef d’équipe ?

Nous nous comprenons très bien et nous avons une philosophie similaire. Bien sûr, les résultats sportifs sont très importants pour nous, mais nous essayons de ne pas penser à court terme lors de la planification. La répartition des cavaliers doit être bien réfléchie et équitable. Michel Sorg et moi avons de nombreux échanges et discutons ensemble de toutes les étapes. La décision finale lui revient bien sûr, mais jusqu'à présent, nous avons toujours été d'accord sur le principe. J'apprécie que nous soyons ouverts et transparents l'un envers l'autre. Grâce à cette approche, nous avons pu fêter quelques beaux succès avec les athlètes.

Un grand merci, Thomas Fuchs, pour cet entretien.

Brève rétrospective de quelques étapes de la carrière de Thomas Fuchs en tant que cavalier de saut d’obstacle actif

Accueil de l’équipe victorieuses au championnat d’Europe de Hickstead (GBR) 1983. De g. à dr. : Rolf Münger (chef d’équipe), Thomas Fuchs, Willi Melliger et Walther Gabathuler   (photo : Roland von Siebenthal/FSSE) Accueil de l’équipe victorieuses au championnat d’Europe de Hickstead (GBR) 1983. De g. à dr. : Rolf Münger (chef d’équipe), Thomas Fuchs, Willi Melliger et Walther Gabathuler (photo : Roland von Siebenthal/FSSE)

Arthur Schmid avec Thomas Fuchs sur Dylano, champion suisse 1993 à Brugg (photo : Roland von Siebenthal/SVPS) Arthur Schmid avec Thomas Fuchs sur Dylano, champion suisse 1993 à Brugg (photo : Roland von Siebenthal/SVPS)

L’équipe championne d’Europe à Gijon 1993. Willi Melliger, Thomas Fuchs, Stefan Lauber et Lesley McNaught Mändli ainsi que le chef d’équipe Martin Walther (photo : Roland von Siebenthal/FSSE) L’équipe championne d’Europe à Gijon 1993. Willi Melliger, Thomas Fuchs, Stefan Lauber et Lesley McNaught Mändli ainsi que le chef d’équipe Martin Walther (photo : Roland von Siebenthal/FSSE)

Jeux olympiques de Séoul 1988, Thomas Fuchs sur Dollar Girl (archive Max E. Ammann) Jeux olympiques de Séoul 1988, Thomas Fuchs sur Dollar Girl (archive Max E. Ammann)

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.