Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+

NOUVEAU: Interdiction générale des rênes allemandes pour le bien-être du cheval et pour la protection des sports équestres

19 octobre 2015 08:05

Les sports équestres se trouvent souvent au centre de l’attention du grand public, mais malheureusement pas toujours dans le sens positif du terme. Les images de chevaux montés en rênes allemandes suscitent des sentiments de soumission et de contrainte chez les observateurs non-expérimentés. La Fédération Suisse des Sports Equestres veut s’engager en continu et de manière proactive pour le bien-être des chevaux et pour la réputation des sports équestres. Pour ce faire, elle a besoin de la compréhension et du soutien de ses membres, de ses officiels et des cavalières et cavaliers.

Jusqu’à présent, l’utilisation quoique limitée des rênes allemandes était autorisée aux manifestations de saut d’obstacles. Selon l’article 7.9 paragraphe 3 du règlement de saut actuel de la Fédération Suisse des Sports Equestres, «les rênes allemandes sont interdites dans toutes les épreuves et sur la place d’échauffement dès que l’on saute des obstacles». A partir du 1er janvier 2016, les rênes allemandes seront totalement interdites. Mais pourquoi une interdiction est-elle nécessaire?

Les sports équestres occupent sans aucun doute une place particulière dans l’attention du grand public. Souvent, ce groupe est composé d’amateurs n’ayant tout simplement pas les connaissances de base sur le cheval, sa formation, sa détention et son utilisation. Ce n’est donc pas un hasard si certaines images pouvant être vues en concours peuvent irriter les spectateurs, peu importe si ce qu’ils voient soit correct ou non.

La raison d’être remise en question
Même au sein du Comité international olympique, la question s’il ne vaudrait pas mieux renoncer aux disciplines équestres olympiques, entre autres pour des raisons éthiques, resurgit de temps en temps. Ceci parce que la majorité des amateurs de sports se demandent si l’équitation a réellement sa place dans le sport d’élite, sans parler de l’interrogation si le sport d’élite est éthiquement correct envers l’animal.

Les rênes allemandes vues comme une contrainte
Le bien-être et la protection du cheval et des sports équestres en général sont au centre de la décision d’interdire les rênes allemandes aux manifestations soumises aux réglementations de la Fédération Suisse des Sports Equestres.

Une réaction à la modification des conditions juridiques en Suisse
Les conditions juridiques ont été considérablement modifiées en 2014 avec l’adaptation de l’Ordonnance sur la protection des animaux: le barrage ainsi que la rollkur sont depuis interdits par la loi (OPAn 21g et 21h). 

Un spectateur sans connaissances de base fondées perçoit un cheval monté en rênes allemandes comme un cheval sous la contrainte. Que les rênes allemandes soient utilisées de manière correcte ou non ne joue aucun rôle pour l’observateur inexpérimenté, étant donné qu’il lui manque probablement les connaissances pour en juger correctement.

Hans Wyss, directeur de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV, souligna lors de l’adaptation de l’Ordonnance sur la protection des animaux («Bulletin» 02, 17. 2. 2014) que les sports équestres se trouvaient sur le fil du rasoir. «L’utilisation responsable du cheval dans le sport sera décisive à l’avenir.» La façon dont ils se présentent au grand public, aux spectateurs, aux médias, aux sponsors et autres sera donc essentielle pour les sport équestres. 

Pour le bien-être et la protection du cheval et des sports équestres
Le directoire saut a décidé d’introduire une interdiction générale des rênes allemandes dans le règlement. L’article 7.9 paragraphe  3 stipule désormais: «Les rênes allemandes sont interdites (épreuves, place d’échauffement et distribution des prix).» Cette modification a été soigneusement analysée et ensuite approuvée par la Commission des règlements de la Fédération. Elle sera mise en pratique à partir du 1er janvier 2016.

Le directoire saut justifie cette modification par le changement de la base juridique en Suisse et la grande attention que porte le public à l’utilisation d’animaux pour la pratique d’un sport. Une image suggérant la contrainte et la violence émet un mauvais message et nuit à la réputation des sports équestres. Si l’on ne combat pas cette image par tous les moyens, une interdiction complète des sports équestres pourrait en résulter tôt ou tard. L’ensemble du monde hippique suisse en est responsable et est appelé à s’engager pour le bien-être des chevaux ainsi que pour la protection et la réputation des sports équestres.

Directoire discipline saut 

Scène fictive – application incorrecte des rênes allemandes, la tête du cheval est attirée vers sa poitrine. Scène fictive – application incorrecte des rênes allemandes, la tête du cheval est attirée vers sa poitrine.

Scène fictive – application correcte des rênes allemandes, la tête du cheval ne doit être derrière la  verticale. Scène fictive – application correcte des rênes allemandes, la tête du cheval ne doit être derrière la verticale.

Le devoir des cavaliers

Utilisées de manière incorrecte, les rênes allemandes ne servent plus à maintenir l’extension de l’encolure mais souvent à forcer le cheval à porter sa tête dans une position fixe. La première raison pour laquelle l’on passe à l’utilisation d’enrêne­ments est en général une certaine résistance du cheval dans la nuque, l’encolure ou le dos. Le but de leur emploi est donc souvent d’accélérer le travail de dressage. Les rênes allemandes servent en général à des fins correctionnelles et ne devraient donc que se trouver entre les mains de très bons cavaliers. L’emploi de rênes allemandes peut tout à fait être justifié mais il ne doit pas se faire par incapacité ou par paresse.