Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Concours Complet
Concours Complet

Jeux olympiques 1960 à Rome (ITA): Le rêve olympique – médaille d’argent pour l’équipe suisse

14 mars 2016 08:00

Tous ceux ayant eu la chance de participer à des Jeux olympiques le confirment: les JO sont une expérience unique, très spéciale et simplement inoubliable. Aux 17es JO à Rome en 1960, une équipe suisse de concours complet était également de la partie – et avec succès, comme il s’est avéré par la suite, aussi bien par équipe qu’en individuel. Même après 45 ans, les souvenirs de l’Olympique Rudolf Günthardt sont encore très présents.

Ruedi Günthardt. / Photo: zvg Ruedi Günthardt. / Photo: zvg

Nous sommes en 1960. C’est la première fois que des Jeux olympiques d’été sont diffusés à la télévision dans le monde entier, c’est pourquoi les 17es Jeux de Rome sont aussi appelés les premiers Jeux olympiques télévisés. Le cavalier de concours complet suisse Rudolf Günt­hardt était aussi de la partie. Le cavalier alors encore très jeune constituait l’équipe suisse avec Anton Bühler et Hans Schwarzenbach.

Aujourd’hui, Rudolf Günthardt a 79 ans. Il a gardé un bon souvenir de cet événement inoubliable. «Mes camarades se moquaient gentiment quand nous avons fait la reconnaissance du parcours de cross à pied», sourie-t-il. Ils croyaient que j’allais déjà tomber au deuxième obstacle – un fossé de quatre mètres de large et de deux mètres de profondeur – et me retrouver dans le fossé.

Cette taquinerie suffit pour motiver le jeune Rudolf Günthardt. Il en rit encore aujourd’hui: «Je me suis dit, c’est égal où je tombe, mais pas dans ce fossé!» Et il en fut ainsi. «Après le premier obstacle, j’ai mis les gaz, j’ai galopé en avant et nous avons franchi cet énorme fossé sans problèmes», raconte l’homme très éveillé.

Auparavant, il était gymnaste. Son père le soutenait et lui conseilla de devenir membre du club de gymnastique. «Les enfants ne devraient pas se spécialiser trop tôt, mais d’abord apprendre les notions d’équilibre et de force», telle était la devise de son père. «Cela servirait aussi beaucoup pour l’équitation.» Une chose qui est restée à Rudolf Günthardt jusqu’à aujourd’hui: «Il disait aussi toujours qu’il ne faut pas abandonner tout de suite si quelque chose ne fonctionne pas du premier coup!» C’est exactement ce qu’il dit aujourd’hui aux jeunes cavaliers de concours complet qu’il soutient avec beaucoup d’enthousiasme. 

CC un jour, CC toujours
Il y a quelques années, Rudolf Günthardt s’était encore acheté un hongre demi-sang suisse, Grosso de Lully. Mais en raison de son âge avancé, il dut se rendre à l’évidence et décida de mettre le cheval à disposition de la jeune cavalière de complet Joëlle Bruni et de sa sœur. Rudolf Günthardt apprécie encore beaucoup le concours complet et est sur place dès qu’il le peut.

D’ailleurs, il monte encore lui-même son pur-sang quatre à cinq fois par semaine. 
En plus de cela, Rudolf Günthardt aime aller à l’hippodrome, les chevaux de course étant également une de ses passions. «Autrefois, il y avait aussi une épreuve de course en concours complet, le steeple», raconte-t-il. «C’est pour cela que j’allais à chaque fois chez un entraîneur de cours. Mes chevaux ont appris le métier de ses chevaux de course», explique-t-il.

Quand il était encore actif, Rudolf Günthardt se rendait tous les mercredis à Berne à 
l’EMPFA, appelé aujourd’hui le NPZ, pour l’entraînement de dressage. Son entraîneur était nul autre que le cavalier de dressage Henri Chammartin qui remporta l’or olympique en 1964 à Tokyo.

Rudolf Günthardt doit rire rien que d’y penser: «Parfois, je devais revenir encore et encore, 12 à 15 fois pour finir, sur la ligne du milieu, étant donné que j’étais à chaque fois de travers.» Les nombreux efforts ont pourtant porté leurs fruits et les cavaliers de complet suisses furent récompensés et fêtés comme il se doit lors des Jeux olympiques de 1960. Pour la Suisse, Anton Bühler décrocha la médaille de bronze en concours complet individuel et l’argent en équipe avec Hans Schwarzenbach et Rudolf Günthardt.

Nicole Basieux

«L’Olympe des cavaliers suisses»

Exposition inédite du Musée du Cheval de La Sarraz (VD) durant l’Année Olympique 2016

Une grande exposition consacrée aux cavaliers et cavalières suisses médaillés aux JO, de la première médaille de Paris en 1924 à celle de Steve Guerdat à Londres en 2012, est organisée du 25 mars au 30 octobre 2016, au Musée du Cheval de La Sarraz VD. Plus d'informations.