Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Cheval+

Rollkur: qualification et évaluation du ­comportement sur la place d’entraînement

16 mars 2015 08:00

Depuis le 1er janvier 2014, le barrage des chevaux de saut ainsi que la dénommée «rollkur» sont interdits en Suisse, conformément à un complément correspondant à l’Ordonnance sur la protection des animaux. La Fédération Suisse des Sports Equestres a, à présent, élaboré des mesures concrètes. Elle sensibilise et forme notamment ses officiels. Ces derniers doivent ­pouvoir qualifier et évaluer le comportement du cavalier et du cheval sur la place d’entraînement de manière sûre et convaincue, afin d’être en mesure d’intervenir immédiatement lors d’éventuelles transgressions des limites. 

La Fédération Suisse des Sports Equestres FSSE s’engage durablement pour le bien-être des chevaux. Afin de pouvoir garantir cela en ce qui concerne la rollkur, il convient tout d’abord d’éclaircir quelques définitions. De quelle façon la rollkur est-elle véritablement reconnue? Quand est-ce qu’une position cervico-faciale est considérée trop basse? A quel moment le cheval ne se sent plus à l’aise sous le cavalier et sur quels signes de comportement repose la reconnaissance de ce mal-être?  

Information et formation sont la clé 

Afin de répondre clairement à ces questions, les officiels sont à présent sensibilisés et formés. Dans cette optique, la FSSE a adapté un film de la Fédération Equestre Allemande FN aux circonstances suisses. Ainsi, la thématique doit être visualisée à l’aide d’exemples les plus fidèles possibles. Le film est étudié sous conduite experte lors des journées de formation des officiels, accompagné de la documentation correspondante, et est ­finalement discuté par des exemples et des expériences vécues.

Afin d’être préparés de manière optimale pour des cas sérieux sur les places de concours, les officiels suivent de surcroît dans les ­prochains mois un cours portant sur le thème de la gestion des conflits (voir ­également interview avec la juge de dressage Steffy Kuriger dans le ­«Bulletin» 02/2015). Les personnes ayant déjà suivi ce cours sont satisfaites et le considèrent intéressant ainsi que très pertinent pour la pratique.

Hormis le film sur la qualification et évaluation du comportement du cheval et du cavalier sur la place d’échauffement, la FSSE a préparé d’autres documents à l’intention des officiels. Ils ont valeur de fondement pour l’évaluation du comportement sur la place d’entraînement d’une manifestation officielle et servent de guide d’action aux juges et délégués techniques (DT) pour un possible avertissement ou l’exclusion d’un participant d’une épreuve ou d’une manifestation.

Le film «Observations du cheval et du cavalier – guide d’action pour la place d’entraînement» peut être visualisé dans les deux langues par toute personne intéressée sur le site internet de la FSSE. Hormis les officiels, les cavaliers et cavalières en particulier mais aussi toutes les autres personnes s’occupant des chevaux doivent être sensibilisés et informés.

Catalogue de critères – observations du cheval et du cavalier

Dans le catalogue de critères sont classés de manière soignée, professionnelle et compétente différents aspects des interactions entre cheval et cavalier. Si l’on applique le catalogue correctement et de manière conséquente, il est possible de diviser toutes les situations se produisant sur une place d’entraînement en trois catégories: «respectueux du cheval», «inapproprié» et «non respectueux du cheval». 

Schéma d’avertissement – fil conducteur pour juges et délégués techniques

La manière d’avertir montre de quelle façon est conçu le contrôle sur la place d’entraînement. Partant de «aucune mesure nécessaire» lors de la première intervention, suivi par un avertissement après une deuxième intervention, elle peut ainsi aller jusqu’à une exclusion possible d’une épreuve ou manifestation lorsque le cavalier n’adapte pas immédiatement son comportement. 

Qu’est-ce que la rollkur?

Depuis le 1er janvier 2014, le barrage et la dénommée «rollkur» sont expressément définis en tant que pratiques interdites chez le cheval dans l’Ordonnance sur la protection des animaux OPAn (article 21h). Les particularités de cette méthode utilisée lors du dressage consistent à imposer au cheval une position particulièrement basse de la tête, soit par traction violente sur les rênes soit par d’autres moyens, ce qui provoque une hyperflexion de l’encolure et une tension excessive dans le dos.

On peut alors observer une flexion exagérée de la tête. Sont considérés comme problématiques au regard de la protection des animaux les cas extrêmes, c’est-à-dire ceux où l’influence exercée par le cavalier, les moyens utilisés et la position non naturelle sont manifestement néfastes et où l’hyperflexion de l’encolure dure plusieurs minutes.

Lors d’un entretien accordé au «Bulletin» (édition 02/2014), Hans Wyss, directeur de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV, explique: «Si je dois décrire la rollkur à quelqu’un, je la décris comme une traction extrême, un ‹enroulement› forcé de l’encolure du cheval qui ne peut pas se libérer de cette position.» La rollkur serait donc une méthode violente qui cause au cheval des douleurs physiques et psychiques.

Vous pouvez relire l’interview complète d’Hans Wyss ici.

 

Nicole Basieux

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.