Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Attelage
Attelage

Championnats du monde des meneurs: l’espoir ne meurt jamais

12 octobre 2020 09:00

Cet hiver, les meneurs des différents cadres ont pu s’entraîner le plus souvent dans des conditions idéales et ils étaient sur la bonne voie dans l’optique des championnats. Et voilà qu’à la mi-mars, le semi-confinement a été décrété avec les conséquences connues, à savoir des restrictions au niveau des entraînements et les annulations de concours, des mesures qui ont fortement frappé le sport d’attelage en tant que discipline d’équipes.

Mario Gandolfo avec son Franches-Montagnes Hakam du Seneut CH, médaillé d’argent des Championnats suisse 2020.  |  © Brigitte Gfeller Mario Gandolfo avec son Franches-Montagnes Hakam du Seneut CH, médaillé d’argent des Championnats suisse 2020. | © Brigitte Gfeller

Une année pleine de questionnements

Et si une certaine normalisation s’est dessinée à partir du mois de juin, de nombreuses manifestations n’ont pas eu lieu car les organisateurs craignaient le risque et les conséquences financières. Pour les meneurs de l’élite, une question se posait en priorité: quelle répercussion cette situation de pandémie allait-elle avoir sur les championnats internationaux planifiés pour 2020?

Très tôt déjà, les organisateurs du Championnat du monde des attelages à un à Pau en France ont informé que les compétitions auraient lieu fin octobre 2020. Pour les attelages à quatre, les championnats ont dans un premier temps été annulés avant qu’un autre comité d’organisation mis en place par le meneur de pointe Boyd Exell décide de reprendre le flambeau. Malgré tout, l’événement, qui aurait dû avoir lieu du 7 au 11 octobre à Valkenswaard (NED) et pour lequel Jérôme Voutaz a été sélectionné comme meneur suisse individuel, a dû être annulé à la toute dernière minute. Bien que les organisateurs aient élaboré un plan de protection détaillé et que toutes les autorisations aient été obtenues, le gouvernement a décidé une semaine avant le concours que l’événement ne pourrait avoir lieu. La déception était énorme pour toutes les personnes concernées car elles avaient mené à bien des préparatifs complexes pour pouvoir rendre ces championnats possible.

Jérôme Voutaz a profité de la journée d’observation pour se préparer au CM. Lui et ses Franches-Montagnes étaient prêts pour le CM dont la réalisation a finalement été rendue impossible une semaine avant le coup d’envoi en raison des restrictions sanitaires supplémentaires promulguées par le gouvernement néerlandais.  |  © Claudia Spitz Jérôme Voutaz a profité de la journée d’observation pour se préparer au CM. Lui et ses Franches-Montagnes étaient prêts pour le CM dont la réalisation a finalement été rendue impossible une semaine avant le coup d’envoi en raison des restrictions sanitaires supplémentaires promulguées par le gouvernement néerlandais. | © Claudia Spitz

Journée d’observation

Il a été décidé de participer à ces championnats du monde, et les attelages à un et à quatre ont donc été convoqués à Berne pour une journée d’observation destinée à déterminer dans quels domaines les meneurs devaient encore travailler, sachant que l’accent était mis sur le Dressage. Trois juges dont la juge internationale hongroise Zsuzsanna Mihok notaient chaque meneur. Ensuite, le programme présenté était analysé avec chaque meneur personnellement afin de lui permettre de continuer à s’entraîner de façon ciblée à la maison. Cette stratégie s’est avérée fructueuse! Lors des championnats suisses début septembre, on a pu voir quelques très beaux programmes qui prouvent que bien des conseils ont été suivis.

Suite à cela, Michaël Barbey, Mario Gandolfo, Stefan Ulrich et Erika Bernhard ont été sélectionnés pour le Championnat du monde.

Les juges et les grooms discutent du programme de la journée d’observation avec Michaël Barbey  |  © Claudia Spitz Les juges et les grooms discutent du programme de la journée d’observation avec Michaël Barbey | © Claudia Spitz

Le contexte a changé

Or, pratiquement en même temps que la sélection définitive pour les Championnats du monde, la Suisse imposait une quarantaine s’appliquant aux personnes rentrant de diverses régions de France dont la région de Pau dans le sud de la France.

Certes, les sportives et les sportifs qui participent à des compétitions à l’étranger peuvent être exemptés de cette quarantaine par les autorités cantonales, mais on doit encore clarifier quelles sont les consignes en vigueur, qui est compétent et où. Toutefois, personne ne peut prédire comment et quand ces règles seront à nouveau modifiées.

Erika Bernhard avec Athene THD CH lors de l’épreuve de maniabilité aux Championnats suisses 2020 à Berne qu’elle termina sur la 4e place  |  © Brigitte Gfeller Erika Bernhard avec Athene THD CH lors de l’épreuve de maniabilité aux Championnats suisses 2020 à Berne qu’elle termina sur la 4e place | © Brigitte Gfeller

Pour les meneuses et les meneurs et pour leurs grooms ainsi que pour la direction de l’équipe, il s’agit d’une situation totalement inédite avec des défis très spéciaux comme l’a confirmé Marco Bryner, responsable du cadre et vétérinaire des attelages à un. «Nous nous sommes préparé du mieux possible et nous espérons que le Championnat du monde aura bien lieu. Il est très difficile de planifier dans ces conditions car on ne sait jamais vraiment ce qui est en vigueur. Mais je me réjouis malgré tout à l’approche de cette compétition!»

Pour les meneurs, la situation n’était pas simple non plus mais déjà lors de la journée d’observation, ils ont prouvé leur totale motivation et démontré qu’ils s’étaient beaucoup entraînés. Voici ce que dit Stefan Ulrich: «Nous avons travaillé comme nous le faisons toujours et nous sommes restés positifs. Durant la pause des compétitions, nous avons fait beaucoup de travail de base, après quoi nous avons à nouveau intensifié l’entraînement en vue des concours de préparation. Nous espérons que ce Championnat du monde aura bien lieu et nous nous réjouissons de ce voyage dans le sud de la France.»

Stefan Ulrich et Pamino U, Champion suisse d’attelage à un 2020  |  © Brigitte Gfeller Stefan Ulrich et Pamino U, Champion suisse d’attelage à un 2020 | © Brigitte Gfeller

Pour Thomas Scherrer, qui accompagne l’équipe en tant qu’expert responsable/entraîneur, cette année a également été très spéciale car l’annulation des compétitions de préparation n’a pas permis de découvrir le niveau actuel des diverses nations et de leurs meneurs. Contrairement à la Suisse, et en fonction des directives décidées dans chaque pays, les possibilités d’entraînement des meneuses et de meneurs étaient fortement limitées jusqu’à l’été.

Thomas Scherrer réfléchit également à la situation actuelle: «Nous nous réjouissons bien entendu de pouvoir participer à ces championnats et les meneurs sont très bien préparés. Cependant, nous devons être conscients du fait que nous sommes face à une situation exceptionnelle. De ce fait, il est important que tous respectent les plans de sécurité en ne prenant aucun risque. Cela étant, je suis certain que nous pourrons vivre de belles compétitions passionnantes.»

Les préparatifs pour ces championnats se poursuivent normalement dans l’espoir bien entendu qu’ils auront vraiment lieu, que tous les participants pourront donner le meilleur d’eux même et que tous rentreront en bonne santé à la maison.

Claudia Spitz

Cyrine Falk fait partie des cadres perspective et a remporté la médaille d’argent aux Championnats suisses d’attelage à deux poneys  |  © Brigitte Gfeller Cyrine Falk fait partie des cadres perspective et a remporté la médaille d’argent aux Championnats suisses d’attelage à deux poneys | © Brigitte Gfeller

Entraînements du cadre Perspective
Pour le cadre Perspective, la pandémie de coronavirus a eu d’importantes répercussions puisque trois entraînements du cadre ont dû être annulés. Afin de les remplacer, un entraînement de deux jours était au programme en août. Avec différents entraîneurs, les participants, répartis en divers groupes, ont travaillé les trois disciplines, ce qui a permis à chacun d’en tirer profit. La concentration était au rendez-vous tout comme une très bonne ambiance. Le week-end avait été parfaitement organisé par le chef de la discipline Attelage, Pius Hollenstein.

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.