Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Fédération Suisse des Sports Équestres FSSE

Menu
Saut
Saut

Cinq questions et cinq réponses: un regard derrière les coulisses du directoire Saut

02 février 2021 09:00

Avec l’arrivée de la saison 2021 se sont opérés quelques changements de personnel au sein du directoire Saut. Qui sont-ils, les délégués qui encadrent et façonnent le saut d’obstacles suisse dans leur temps libre? Entre rétrospective et perspective, une brève interview du «Bulletin» fournit des réponses à cette question.

Philipp Züger et Acolino (Katja Stuppia) Philipp Züger et Acolino (Katja Stuppia)

Stefan Kuhn, ancien chef de la discipline

Stefan Kuhn (màd) Stefan Kuhn (màd)

Après douze ans d’activité, Stefan Kuhn a remis sa fonction de chef de la discipline du directoire Saut à la fin décembre 2020. C’est d’une manière discrète, à l’ombre des projecteurs, mais toujours avec beaucoup de professionnalisme et de dynamisme qu’il a dirigé la discipline au cours de toutes ces années. Le directoire, le secrétariat et le comité de la FSSE tiennent à le remercier chaleureusement pour la collaboration toujours agréable, son excellent travail ainsi que pour son inlassable engagement pour les sports équestres suisses.

Quel est votre plus beau souvenir en lien avec votre mandat?

J’ai vécu énormément de beaux moments au cours de mes douze ans d’activité pour la FSSE - et pas uniquement lorsque nos cavalières et cavaliers obtenaient d’excellents résultats en compétition! Je garde non seulement de très bons souvenirs du travail quotidien, des discussions et des séances, mais j’ai aussi noué de précieux contacts pendant cette période. Tout au long de mon mandat, j’ai pu compter sur un directoire de discipline extrêmement compétent, désireux d’atteindre les objectifs fixés et déterminé à surmonter les éventuels obstacles. Le travail d’équipe a toujours été un réel plaisir et constitue donc un de mes plus beaux souvenirs.

Quel a été le plus gros défi que vous avez eu à relever?

Voilà une question pas évidente… si je voulais répondre en plaisantant, je dirais que le plus gros défi a toujours été la remise dans les délais du rapport annuel obligatoire à l’attention du comité. Non, plus sérieusement, laissez-moi interpréter la question d’une manière un peu différente, à savoir comment nous avons abordé les défis à relever. Il y en avait en effet beaucoup, ce qui est une bonne chose car le directoire est l’organe adéquat pour s’en occuper. Grâce à ses membres compétents et aux spécialistes chevronnés avec lesquels il collabore, le directoire a la capacité de faire avancer les choses. Évidemment, je suis conscient du fait que les solutions trouvées n’étaient pas toujours optimales à 100% pour toutes les personnes concernées. En raison de ses multiples dimensions, notre sport comporte diverses parties prenantes, et il s’agit donc de trouver et de mettre en oeuvre des solutions accommodantes pour tous. Je pense que nous y sommes assez bien parvenus au cours de ces dernières années.

Si vous ne pouviez donner qu’un seul conseil à votre successeur avant son entrée en fonction, que lui recommanderiez-vous?

Le directoire Saut est extrêmement compétent dans son ensemble - les bons conseils de «l’ancien chef» sont donc totalement inutiles. Je souhaite cependant à mon successeur, Beat von Ballmoos, que l’exercice de cette fonction passionnante lui procure autant de plaisir et de satisfaction qu’à moi. Après douze ans d’activité, je peux affirmer avec conviction que c’est une des activités bénévoles des plus passionnantes que l’on peut avoir!

Quel projet allez-vous pouvoir attaquer maintenant que vous avez plus de temps libre?

Je n’ai pas de projet personnel à entamer dans ce sens parce que je l’aurais «mis de côté» au cours des dernières années. Mon activité au sein du comité d’organisation du concours de Pâques d’Amriswil va évidemment beaucoup m’occuper. Après l’annulation des éditions de 2020 et de 2021 en raison de la pandémie de COVID-19, il nous faudra beaucoup d’entrain pour redémarrer au niveau habituel en 2022.

En plus de cela, je suis impliqué dans l’un ou l’autre projet d’envergure prêt à être lancé dans le cadre de mon emploi habituel à la banque, projets qui demanderont une certaine attention de ma part, à côté de mon activité de conseiller à la clientèle. Je remarque qu’après seulement quelques semaines, mon temps «libre» additionnel a déjà de nouveau disparu…

Allez-vous rester actif dans les sports équestres?

Je vais continuer de suivre le sport de compétition national et mondial avec beaucoup d’intérêt et toujours me réjouir énormément s’il y a des résultats helvétiques à fêter au plus haut niveau international.

Je vais de plus poursuivre mon mandat de président au sein du comité organisateur du concours de Pâques d’Amriswil. Bien qu’il ne s’agisse que d’un concours de catégorie nationale, son organisation exige beaucoup de temps et de travail, mais c’est une activité également très plaisante. Pour finir, je vais aussi continuer de suivre les manifestations hippiques sur place avec plaisir.

Beat von Ballmoos, chef de la discipline

Beat von Ballmoos (màd) Beat von Ballmoos (màd)

Le Zurichois de 43 ans Beat von Ballmoos a repris le mandat de Stefan Kuhn au 1er janvier 2021. Avant de devenir chef de la discipline, il a occupé le poste de chef de l’administration pendant deux ans au sein du directoire Saut.

Comment avez-vous obtenu le mandat de chef de la discipline?

Mon prédécesseur Stefan Kuhn m’avait informé l’année passée qu’il souhaitait remettre sa fonction et se retirer du directoire Saut après douze ans d’activité. En même temps, il m’a demandé si je pouvais m’imaginer de reprendre sa succession.

Le fait que je sois son successeur de choix et que ma candidature ait été appuyée par tous les membres du directoire Saut m’a fait très plaisir. J’aimerais remercier chaleureusement Stefan Kuhn, l’ensemble du directoire Saut ainsi que le comité de la FSSE pour la confiance qu’ils m’ont accordée. Je me réjouis d’endosser cette haute responsabilité et de me lancer dans ce travail passionnant.

Quelles sont les tâches du chef de la discipline Saut?

Le chef de la discipline dirige le directoire dont les tâches sont très diverses. La mise en oeuvre de la stratégie générale de la Fédération au sein de la discipline tout comme la définition des objectifs et d’une stratégie propres au saut d’obstacles en font principalement partie.

Le chef de la discipline fait rapport au responsable du sport de compétition au sein du comité et coordonne les tâches des membres du directoire. Il préside également la commission de sélection de la discipline, qui s’occupe de la formation des cadres de relève et d’élite ainsi que des nominations pour les Championnats internationaux pour toutes les catégories d’âge. En outre, il supervise les membres du directoire et assure la communication pour sa discipline selon le concept de communication de la Fédération.

Quels sont les plus gros défis qui vous attendent ces prochaines années?

Notre plus gros défi est actuellement la pandémie de COVID-19 et ses conséquences sur les sports équestres, en particulier sur les manifestations nationales et les compétitions internationales comme la finale de la Coupe du monde, les épreuves de la Coupe des nations et tous les championnats prévus cette année.

Nous espérons tous que la situation va bientôt se normaliser et que nous puissions recommencer à planifier à plus long terme. En ce qui concerne ces prochaines années, je pense que les défis qui nous attendent seront surtout liés à l’évolution des sports équestres et aux changements que cela entraîne. Il est important que les structures de notre sport s’adaptent à ces évolutions, que le grand public reste favorable au saut d’obstacles et que le partenariat entre le cheval et le cavalier soit perçu de façon positive aussi à l’avenir.

Ensuite, la scène compétitive internationale évolue très rapidement, ce qui impacte aussi nos manifestations nationales. Pour finir, nous devons porter une attention particulière à la promotion de la relève afin que la Suisse puisse conserver sa place parmi les grandes nations du saut d’obstacles dans le futur.

De quoi vous réjouissez-vous le plus?

Je me réjouis de collaborer avec mes collègues du directoire ainsi qu’avec le comité et le secrétariat, tout comme avec les responsables et les entraîneurs de l’élite et de la relève. Je me réjouis aussi de faire de belles rencontres avec d’autres passionnés de notre sport, de mener des dialogues constructifs et des discussions controversées, d’étendre mon réseau de contacts et de vivre des moments inoubliables.

Quels liens vous unissent au saut d’obstacles à côté de votre fonction officielle?

J’ai grandi au sein d’une famille très proche des chevaux depuis des générations et j’ai participé à des compétitions de Saut pendant de nombreuses années en tant qu’amateur. Je m’engage également comme speaker dans le cadre de manifestations équestres nationales et internationales en Suisse et à l’étranger depuis plus de 25 ans. Je m’intéresse aussi à l’élevage de chevaux, activité que j’ai pratiqué dans mon temps libre, et je travaille occasionnellement comme commissaire-priseur de ventes aux enchères de chevaux et poulains.

Je suis de plus propriétaire de jeunes chevaux de Saut et membre d’une écurie de groupe active dans les courses de chevaux.

Au fil des ans, j’ai ainsi pu acquérir de l’expérience dans divers domaines, vivre des moments exceptionnels et nouer de nombreux contacts au sein du monde hippique et du saut d’obstacles en particulier.

En tant que speaker de compétition et chef de discipline, il faut suivre l’actualité hippique et se mettre à jour constamment, c’est pourquoi je suis quotidiennement les informations et les résultats en lien avec les sports équestres. Je m’intéresse à tout ce qui touche aux chevaux. En bref: les chevaux ont toujours occupé une place importante dans ma vie et cela ne risque pas changer.

Philipp Züger, chef de l’administration

Philippe Züger (màd) Philippe Züger (màd)

Philipp Züger, chef de l’administration

Philipp Züger est un personnage connu du saut d’obstacles suisse: cavalier de Saut talentueux qui a fait son chemin du cadre junior au cadre élite national, formateur et marchand de chevaux de saut performants et organisateur de manifestations hippiques à Galgenen (SZ) sont quelques-unes de ses casquettes. Depuis le 1er janvier 2021, le Schwyzois de 33 ans a endossé la fonction de chef de l’administration au sein du directoire Saut.

Comment avez-vous obtenu le mandat de chef de l’administration de la discipline Saut?

Le travail du Directoire m’a toujours fasciné et, en tant qu’organisateur de manifestations hippiques, j’étais en contact régulier avec cette instance. Je suis par ailleurs membre de la commission de Saut de l’OKV [NDT: Verband Ostschweizerischer Kavallerie- und Reitvereine, association régionale d’équitation de Suisse orientale]. Lorsque le poste de chef de l’administration s’est libéré au sein du directoire Saut, l’OKV m’a nominé comme candidat.

Les sports équestres font partie intégrante de mon quotidien. L’équitation a été une école de vie pour moi, et le travail avec les chevaux m’a énormément apporté. Je souhaite à présent mettre mon expérience au service de la FSSE, histoire de redonner quelque chose aux sports équestres.

Quelles sont les tâches du chef de l’administration?

Les tâches principales sont l’établissement du budget annuel de la discipline ainsi que la comptabilisation des différents justificatifs. Le chef de l’administration est cependant aussi membre à part entière du directoire Saut et peut contribuer à tous les sujets traités lors des séances de cet organe.

Quels sont les plus gros défis qui vous attendent ces prochaines années?

La pandémie de COVID-19 a durement touché les finances de la discipline Saut, entraînant des modifications de budget et des réévaluations constantes de la situation. J’espère que ce défi sera bientôt surmonté afin que je puisse enfin apporter ma contribution au travail du directoire Saut.

De quoi vous réjouissez-vous le plus?

Je me réjouis de participer à la collaboration passionnante au sein du directoire Saut. Pendant des années, j’ai suivi avec intérêt les décisions de la FSSE et du directoire Saut, décisions sur lesquelles j’ai parfois porté un regard critique. J’ai à présent la possibilité de partager mon point de vue de cavalier et d’organisateur au sein de cette instance et de représenter les intérêts des cavaliers et des organisateurs de manifestations.

Allez-vous rester actif dans les sports équestres à l’avenir?

Monter à cheval a été et restera toujours ma grande passion. Je vais rester actif en tant que cavalier de saut d’obstacles, j’ai de plus quelques bons chevaux à ma disposition qui me procurent beaucoup de plaisir au quotidien. J’adore la compétition, l’atmosphère qui y règne, les montées d’adrénaline et le fait de me mesurer aux autres. Des choses que je ne vais laisser de côté de sitôt!

Interviews menées par Cornelia Heimgartner

Ce site utilise des cookies à des fins de statistiques, d’optimisation et de marketing ciblé. En poursuivant votre visite sur cette page, vous acceptez l’utilisation des cookies aux fins énoncées ci-dessus. En savoir plus.